L’allergie au gingembre : comment la reconnaître ?

5 septembre 2020
L'allergie au gingembre se produit à cause d'une réaction de l'organisme face à l'ingestion de cette épice. Ses symptômes peuvent être gastro-intestinaux ou cutanés. Comment l'identifier ? Nous vous le détaillons dans cet article.

Les allergies aux épices sont peu fréquentes. On a cependant pu relever certains cas d’allergie au gingembre et à d’autres condiments comme le curcuma.

La majeure partie de ces types de réactions se caractérisent par les processus adverses de type cutané ou gastro-intestinal qu’elles déclenchent. Dans certains cas seulement, on peut même développer un état d’inflammation.

Le plus habituel lorsque l’on développe des allergies est l’hypersensibilisation à une protéine, comme l’affirme un article publié dans la revue Pediatrics and International Child Health.

Le lait de vache et le gluten, en particulier, sont ceux qui provoquent le plus ces réactions, mais les épices peuvent aussi être des éléments déclencheurs dans certains cas. Alors, comment reconnaître l’allergie au gingembre ?

Comment reconnaître l’allergie au gingembre ?

Même si, bien souvent, on donne le nom d’« allergie » à un processus d’intolérance, l’allergie au gingembre se caractérise surtout par sa manifestation au niveau intestinal. La consommation de cet aliment peut déclencher l’apparition de gaz, de coliques et de diarrhées.

A voir également : Quels sont les aliments qui génèrent le plus de gaz intestinaux ?

Dans les cas les plus extrêmes, une anaphylaxie pourrait même se déclencher, selon le compte-rendu d’un cas publié dans la revue The Journal of Dermatology. Quoi qu’il en soit, les réactions aussi graves ne sont généralement pas fréquentes en ce qui concerne les épices.

Il est aussi possible que ce type d’allergie déclenche une série de réactions sur le plan cutané, comme des irritations, des rougeurs et des boutons. On pourrait par ailleurs ressentir une démangeaison dans la bouche.

Une jeune femme faisant une allergie au gingembre.

Prévention de l’allergie

L’allergie à un aliment est un type de pathologie qui, alors même qu’elle peut être traitée, présente un caractère chronique. Il est cependant possible de suivre une série de mesures pour éviter son apparition.

Par exemple, l’alimentation avec du lait maternel jusqu’à 1 an et l’inclusion d’une alimentation complémentaire à partir de 6 mois réduit le risque de ce type de pathologies auto-immunes. L’hygiène excessive peut aussi provoquer une hypersensibilisation de la part de l’organisme car il se retrouve face à une substance étrangère, même si elle n’est pas nocive.

Il est aussi recommandé d’avoir une alimentation variée : de cette façon, le système digestif apprend à connaître différents nutriments et s’habitue à leur métabolisme. Retirer certains aliments de notre régime alimentaire peut ne pas générer d’allergie mais déboucher sur un processus d’intolérance.

Que faire en cas d’allergie au gingembre ?

Si vous pensez souffrir d’une allergie, le plus important est d’aller consulter un spécialiste (allergologue) pour recevoir un diagnostic clinique. Il vous indiquera votre degré de sensibilisation et vous dira s’il est nécessaire de retirer ce produit de votre alimentation ou seulement de modérer sa consommation.

À partir de là, il est nécessaire d’évaluer le risque d’anaphylaxie si on entre en contact avec l’allergène en question. Il s’agit d’une situation extrême et peu fréquente, surtout dans le cas de l’allergie au gingembre.

Éviter certaines épices culinaires peut néanmoins être une bonne chose si vous souffrez de cette pathologie. En faisant cela, vous vous épargnerez des problèmes gastriques et intestinaux.

0

Découvrez : Remède au gingembre contre la douleur

L’allergie au gingembre, un cas peu fréquent

Même s’il est possible de développer une allergie à presque n’importe quelle substance, les épices culinaires ne sont généralement pas liées à ce type de pathologies. Malgré tout, le gingembre est capable de produire des réactions d’hypersensibilisation chez certaines personnes. Un diagnostic précoce est important pour éviter des complications à ce sujet.

Il convient ici de rappeler que les habitudes de vie sont capables de favoriser le développement de ces situations. L’absence d’allaitement maternel ou une flore intestinale déséquilibrée peuvent générer des allergies et des intolérances à moyen et long terme.

Étant donné qu’il s’agit d’un problème chronique, la meilleure solution consiste à réduire ou restreindre la consommation de l’aliment en question. Il est même probable que vous vous retrouviez dans l’obligation d’éviter d’autres épices de sa famille, comme c’est le cas du curcuma.

À partir de là, la meilleure chose à faire est d’adopter un régime varié et complet d’un point de vue nutritionnel. En fait, il peut être judicieux d’essayer les compléments à base de probiotiques afin d’améliorer la symptomatologie. Tout cela en étant surveillé par un médecin, bien entendu.

 

 

  • Manuyakorn W., Tanpowpong P., Cow milk protein allergy and other common food allergies and intolerances. Paediatr Int Child Health, 2019. 39 (1): 32.40.
  • Hayashi E., Sowa Osako J., Fukai K., Natsumi A., et al., Case of anaphylaxis caused by black ginger in a dietary supplement. J Dermatol, 2019. 46 (2): 56-57.
  • Kawamoto Y, Ueno Y, Nakahashi E, et al. Prevention of allergic rhinitis by ginger and the molecular basis of immunosuppression by 6-gingerol through T cell inactivation. J Nutr Biochem. 2016;27:112-122. doi:10.1016/j.jnutbio.2015.08.025
  • Bloomfield SF, Stanwell-Smith R, Crevel RW, Pickup J. Too clean, or not too clean: the hygiene hypothesis and home hygiene. Clin Exp Allergy. 2006;36(4):402-425. doi:10.1111/j.1365-2222.2006.02463.x
  • Gehlhaar P, González-de-Olano D, Madrigal-Burgaleta R, Bartolomé B, Pastor-Vargas C. Allergy to ginger with cysteine proteinase GP-I as the relevant allergen. Ann Allergy Asthma Immunol. 2018;121(5):624-625. doi:10.1016/j.anai.2018.07.013