Les effets de l’alcool dans le corps

La consommation prolongée d'alcool peut faire que les cellules hépatiques perdent de leur capacité de régénération, ce qui peut entraîner une cirrhose.

Les effets nocifs que produit l’alcool dans le corps sont innombrables ! Tout d’abord, l’éthanol est une drogue psychoactive qui provoque de nombreux effets secondaires et qui  altère donc grandement notre organisme. La quantité d’alcool ingérée ainsi que diverses circonstances jouent un rôle important dans ces cas-là. Si on consomme de l’alcool avec l’estomac plein, les effets dans l’organisme seront bien moins importants. Par contre, si on en boit alors que l’estomac est vide, les effets seront bien plus graves !

Comment l’alcool agit dans notre corps ?

L’alcool peut avoir un double effet sur ​​le corps. Au début, on ressent un grand sentiment de satisfaction et de joie, mais plus tard, on commence à avoir de graves problèmes de coordination et notre vision est brouillée. Les membranes des cellules ne peuvent pas retenir le passage de l’alcool. Et comme il est dans le sang, il se répartit dans la plupart des tissus qui composent le corps.

Lorsqu’on consomme de l’alcool de façon excessive, on peut facilement perdre conscience. Pire encore, si la consommation est extrêmement élévée, elle peut provoquer un empoisonnement par l’alcool. Cela peut provoquer la mort. En effet, un haut pourcentage d’alcool dans le sang provoque un arrêt cardiorespiratoire. On peut même mourir asphyxié à cause des vomissements. En effet, lorsqu’une personne est totalement ivre à cause de l’alcool, elle peut s’étouffer avec son propre vomi. En fait, elle ne réalise pas qu’elle doit répondre à ce besoin.

Après avoir ingéré de l’alcool, il faudra trente ou quatre-vingt dix minutes pour que ce dernier arrive dans le sang. À ce moment-là, les sucres dans le sang se réduisent, ce qui entraîne une faiblesse absolue et un épuisement total. En fait, l’alcool accélère la transformation de glycogène en glucose, qui s’élimine bien plus facilement.

Les étapes d’une intoxication éthylique

Après avoir bu de l’alcool, les effets commencent à apparaître. Ils dépendent de la quantité ingérée dans le corps.

  • La première, c’est l’euphorie, l’excitation, la désinhibition : on commence à avoir un comportement impulsif.
  • La seconde, c’est l’intoxication. Lorsque le corps n’est pas habitué à l’alcool, cela affecte le système nerveux et notre capacité à coordonner les mouvements. On perd l’équilibre, ce qui entraîne donc quelques chutes. L’alcool provoque aussi des dépressions et une perte de chaleur du corps.
  • La troisième phase est appelée hypnotique. Il y a beaucoup de confusion, d’irritabilité, d’agitation. On a sommeil. Des nausées, des vomissements et des maux de tête se produisent alors.
  • La quatrième phase est anesthésique, c’est la stupeur. On dit des phrases incohérentes, notre conscience diminue grandement et la force musculaire est perdue. On n’arrive pas à contrôler notre envie d’uriner et la respiration devient difficile.
  • La cinquième phase est la bulbaire, c’est-à-dire la mort. On entre dans un choc cardiovasculaire, un arrêt respiratoire se produit, et c’est là que la mort surgit.

Les effets de l’alcool dans le corps

L’alcool a de nombreux effets sur le corps. Beaucoup d’entre eux sont à moyen/long terme. Ils affectent énormément d’organes !

Le cerveau et le système nerveux

  • La consommation fréquente d’alcool affecte gravement le fonctionnement du cerveau. Tout d’abord, ce sont nos émotions qui se voient troublées. L’alcool provoque de brusques changements d’humeur. Le contrôle de la motricité est lui aussi altéré, ce qui entraîne des difficultés d’élocution, des réactions très lentes et une perte d’équilibre.
  • L’alcool peut vraiment troubler l’action des neurotransmetteurs, en modifiant leur structure et leur fonction. Cela entraîne donc un certain nombres d’effets, notamment sur la capacité de réaction. Les réflexes sont retardés, la capacité à coordonner les mouvements est perdue. Des tremblements et des hallucinations se produisent. On perd aussi la maîtrise de soi, la mémoire et notre capacité de concentration. La fonction motrice est sévèrement altérée.
  • Tous ces effets ensemble provoquent énormément d’accidents de la route. De nombreuses vies dans le monde en ont déjà payé les frais…
  • L’alcool provoque aussi de graves dommages aux cellules du cerveau. Il en va de même pour les nerfs périphériques. Ces dommages peuvent être définitifs.
  • L’alcool provoque aussi une diminution de la vitamine B1, ce qui provoque le syndrome de Wernicke-Korsakoff, qui entraîne des troubles dans les sentiments, les pensées et la mémoire.
  • Parmi les personnes qui consomment de l’alcool fréquemment, une grande majorité souffrent de troubles du sommeil.
  • En plus, ces personnes s’isolent de leur environnement social, familial et professionnel, ce qui entraîne l’abandon de la famille, le divorce et la perte d’emploi. Tout cela peut provoquer une dépression profonde et dans la plupart des cas, se terminer en suicide.
  • La plupart de ces effets dépendent de la quantité et de la fréquence avec laquelle l’alcool est consommé.
  • Lorsqu’on prend de très fortes doses, on peut tomber dans le coma. Dans des cas très avancés, il se produira des troubles mentaux graves et des dommages permanents au cerveau.
  • On souffre aussi de périodes d’anémie, ce qui provoque des anomalies dans la mémoire. Cela peut durer plusieurs minutes, plusieurs heures ou même plusieurs jours !

Dans le cœur et dans le système respiratoire

  • L’activité cardiaque augmente.
  • La consommation de doses élevées peut augmenter la pression sanguine ou la pression artérielle. Cela provoque des dommages aux muscles cardiaques, à cause de l’effet toxique de l’alcool.
  • Le muscle cardiaque est affaibli, et donc sa capacité à pomper diminue.
  • Il se produit une vasodilatation périphérique, ce qui provoque une rougeur de la peau et une augmentation de la température de la surface de la peau.

Dans le tube digestif : estomac, pancréas, foie et œsophage

Toutes les douleurs gastriques sont dues à l’éthanol. Il ronge et irrite la muqueuse de l’estomac, ce qui provoque des brûlures d’estomac. Ces dernières peuvent être bien plus douloureuses si différents types de boissons alcoolisées sont consommés en même temps.

  • L’alcool augmente la production d’acide dans l’estomac, ce qui entraîne une irritation et une inflammation de la muqueuse de l’estomac. C’est ce qui peut provoquer des ulcères et des saignements internes qui pourraient être fatals.
  • La forte consommation d’alcool peut créer des cancers d’estomacs, du larynx, de l’œsophage et du pancréas.
  • L’alcool peut entraîner une œsophagite, c’est à dire une inflammation de l’œsophage. En plus, il peut provoquer des varices œsophagiennes saignantes.
  • Il peut se produire une pancréatite aiguë. C’est une inflammation grave du pancréas qui peut conduire à la mort.
  • La pancréatite peut aussi être chronique, cela provoque alors une douleur intense et permanente.
  • La consommation d’alcool peut amener des personnes à souffrir de diabète de type II. Les conséquences de cette maladie sont très graves pour ceux qui en souffrent.
  • L’organe qui se charge de métaboliser l’alcool est le foie. Les enzymes du foie transforment d’abord l’alcool en acétaldéhyde, ensuite en acétate et en autres composants. Le processus est très long, ce qui provoque des dommages dans les tissus du foie.
  • L’irritation et l’inflammation des cellules hépatiques peuvent amener à développer une hépatite alcoolique. Le foie est alors touché, et il peut se transformer d’abord en foie gras, puis développer une hépatite et une cirrhose. Il finit finalement par se développer en cancer du foie, ce qui entraîne la mort.
  • D’autres changements peuvent avoir lieu dans cet organe, comme la jaunisse, quand la peau prend une couleur jaunâtre. Il peut aussi y avoir une sclérotique et une accumulation de liquides au niveau des membres.
  • La fonction rénale est altérée. En effet, l’hormone antidiurétique réduit ses taux, ce qui entraîne un déshydratation.
  • L’alcool apporte une grande quantité de calories mais très peu d’apport nutritifs. Il empêche l’absorption de certains minéraux et vitamines. Il élimine l’appétit, et tout cela provoque une dénutrition.

Dans le sang

  • Il empêche la production de globules blancs et rouges.
  • Quand il n’y a pas assez de globules rouges pour transporter l’oxygène, on souffre d’une anémie mégaloblastique.

Dans le système immunitaire et reproducteur

  • La défaillance du système immunitaire produit un manque de globules blancs. Les risques d’infections virales et bactériennes augmentent alors.
  • L’alcool réduit le désir sexuel.
  • Il peut causer de l’infertilité et une dysfonction érectile.

Pendant la grossesse et dans le fœtus

  • La consommation d’alcool pendant la grossesse peut provoquer le syndrome d’alcoolisation fœtal. Les symptômes de cette maladie se manifestent par un retard de croissance, une altération des caractéristiques cranéo-faciales et des malformations cardiaques, hépatiques, rénales et oculaires chez le fœtus.
  • Le dommage le plus important est produit au niveau du système nerveux central du fœtus. Un certain retard mental peut alors survenir.

Le syndrome de dépendance alcoolique, ou alcoolisme

La consommation incontrôlable et sans limite d’alcool peut amener à une dépendance, et c’est d’ailleurs sûrement l’une des conséquences les plus graves. En effet, la liste des symptômes et des pathologies associés à l’alcoolisme est vraiment très longue.

Nous avons essayé d’illustrer ici tous les grands problèmes de santé qui peuvent être provoqué par l’alcool. Nous espérons que cela sera utile, surtout pour ceux qui n’arrivent pas à contrôler leurs impulsions face à la boisson. Cet article les aidera peut-être à prendre conscience du problème. Ils pourront ainsi essayer de chercher une aide professionnelle. En effet, l’alcoolisme est un vice, et c’est ainsi qu’un grand nombre de gens le nomment. C’est en fait un grave problème de santé, et il faut lui accorder une attention immédiate dès lors qu’on ressent des envies de boire fréquentes.

Si vous avez un ami, une connaissance ou quelqu’un de votre famille qui a ce problème, essayez de pousser cette personne à accepter de l’aide. Elle pourra alors se rendre dans un centre de réhabilitation pour personnes alcooliques. Vous pouvez être sûr qu’elle vous remerciera dans le futur. En effet, elle évitera ainsi un grand nombre de problèmes, familiaux ou personnels. Et surtout, elle évitera de graves problèmes de santé qui pourraient avoir des conséquences fatales.