Lésions des ménisques : un « pansement vivant » de cellules mères

8 mars 2019
Ce pansement vivant de cellules mères a été pensé pour traiter les lésions des ménisques et ainsi régénérer les tissus blessés.

Les lésions de ménisques est un des problèmes de genoux les plus fréquents dans le monde entier. De fait, seulement en Europe et aux Etats-Unis décèdent plus d’un million de cas tous les ans.

Il s’agit d’une fracture ou d’une déchirure des tissus cartilagineux du genou, lesquels fonctionnent comme des tampons de la rotule, à qui ils confèrent la stabilité.

Ce problème est connu des sportifs, principalement des joueurs de football. Dans la plupart des cas, cela peut uniquement se résoudre grâce à une chirurgie complexe.

Étant donné que la zone manque d’irrigation sanguine, la blessure ne cicatrise pas facilement. Par conséquent, ne guérit pas complètement.

Les professionnel-s conseillent une intervention connue sous le nom de « méniscectomie ». Cette intervention consiste en l’extirpation totale du ménisque. Bien qu’elle soit généralement un succès, elle ne demeure pas exempte d’autres problèmes pouvant survenir postérieurement.

Étonnamment, il y a peu de temps, un groupes de chercheurs de l’Université de Liverpool et de Bristol ont découvert une nouvelle méthode qui pourrait soigner la lésion sans extirpation. Il s’agit d’un pansement vivant fait à partir de cellules mères du patient lui-même.

Ménisques « réparés » avec un pansement de cellules mères

Cellules souches

L’étude publiée dans la revue Stem Cells Translational Medecine montre comment un « pansement cellulaire » peut stimuler la récupération des ménisques.

Le pansement a été créé par l’entreprise spin-out Azellon, avec l’appui économique d’Innovate UK.

Il a été essayé la première fois sur cinq patients volontaires. Ces patients étaient âgés entre 18 et 45 ans et avaient souffert d’une lésion dans la zone blanche des ménisques.

  • En premier lieu, les scientifiques ont pris les cellules mères de la moelle osseuse des participants et les ont placées en culture de plaques de laboratoire pour une période de deux semaines.
  • Ensuite, ils ont utilisé les cellules mûres dans une structure membraneuse au milieu de la lésion du ménisque en cousant le cartilage autour pour le couvrir et le fixer.

Quel a été le résultat ? À la grande surprise des chercheurs, la méthode a eu assez de succès et ses effets sont très prometteurs. Tous les patients avaient des ménisques intacts après 12 moins du processus. Trois d’eux ont montré une récupération totale du genou en 24 mois.

Malheureusement, les autres patients ont dû être soumiss à la chirurgie d’extirpation totale des ménisques.

Cet article peut aussi vous intéresser : Blessure au genou : 5 astuces simples et efficaces pour se soigner

Deux interventions sont nécessaires…

Douleurs au genou

Deux interventions sont nécessaires pour y parvenir.

La première pour extraire les cellules mères de la moelle osseuse et l’autre pour l’implantation du pansement crée.

Cependant, Anthony Hollander, directeur de la recherche, assure qu’ils sont en train de travailler pour améliorer la version du traitement, en utilisant des cellules mères de donneurs pour réduire les coûts et éviter les deux opérations.

Pour sa part, le professeur Ashley Blom, chef de chirurgie Orthopédique de l’Université de Bristol, ajoute :

« Le pansement cellulaire offre une nouvelle option de traitement qui pourrait bénéficier particulièrement aux patients les plus jeunes et aux athlètes, en réduisant la probabilité d’ostéoarthrite prématurée après avoir été soumis à une méniscectomie ».

Lisez cet article : Découvrez le nouveau traitement de la lombalgie chronique

Des résultats très prometteurs…

Bien que ce soit un élément qui requiert d’autres études, les résultats du « pansement cellulaire » sont très intéressants. Ce traitement représente une alternative très importante face au processus d’extirpation total des ménisques.

Étant donné qu’il pourrait réparer le tissu endommagé, il ne serait pas nécessaire de réaliser d’autres interventions pour récupérer la fonctionnalité du genou.

De plus, comme les tissus se récupèrent, cela diminuerait de façon significative le risque de troubles chroniques comme l’arthrite, l’arthrose et l’ostéoarthrite.