La solitude et son lien avec l’insomnie

· 6 novembre 2017

Même si nous ne faisons pas le lien, la sensation de solitude est l’un des facteurs les plus déterminants lorsque l’on souffre d’insomnie, car l’individu se sent vulnérable et en insécurité.

Les personnes isolées et avec peu de vie sociale pourraient être sujettes à l’insomnie.

Les réseaux sociaux et internet ont crée des situations propices à ce que les individus aient moins de contact direct avec leurs proches.

Nous pouvons ajouter à cela des faits réels comme la migration et le bullying qui nous motivent à rester enfermé-e-s dans nos propres espaces, seuls mais en sécurité.

Cette prédisposition à l’isolement peut provoquer certains inconvénients et le plus notoire est sûrement la difficulté à jouir d’un sommeil réparateur.

Plus de 25% se sentaient seul-e-s et dormaient mal

Lorsqu’un groupe de chercheur-e-s du King’s College (Royaume-Uni) a réalisé son étude sur les habitudes de sommeil, nous pensions nous attendre à trouver un lien entre l’insomnie et différents facteurs qui influent sur notre style de vie. Mais ça n’a pas été le cas.

De fait, lors de cette étude, les chercheur-e-s ont étudié des éléments comme la situation professionnelle, si les personnes avaient des enfants, la consommation d’alcool et même la génétique.

Au final, aucun de ces éléments n’avait de relation directe avec la difficulté à dormir, sauf un : la sensation de solitude.

De source sûre, il a été démontré que les personnes qui se sentent seules avaient 25% de chance de souffrir de ce problème gênant.

Le plus préoccupant c’est que cette étude sur l’insomnie a été réalisée uniquement sur des personnes jeunes, dont l’âge oscillait entre 18 et 19 ans.

Voir également : Comment préparer un onguent maison pour améliorer la qualité du sommeil

Les victimes et l’insomnie

La solitude et son lien avec l'insomnie

La tendance était encore plus marquée chez les personnes qui avaient souffert d’un abus ou d’une violence pendant leur enfance.

La maltraitance, le viol et le bullying déclenchent l’isolement qui, à son tour, affecte le sommeil des victimes.

Tout cela nous invite à réfléchir sur l’influence de ce trauma sur les heures de repos des individus. Etre maltraité implique du stress, de la confusion, de l’anxiété et une série de problèmes psychologiques graves.

Toutefois, ce n’est pas la seule recherche concluante en la matière.

La tendance se répète chez les adultes

En 2011, un autre groupe de scientifiques a réalisé une étude similaire dans la zone rurale du Dakota du sud (Etats-Unis). A cette occasion, l’étude s’est basée sur 95 adultes qui, s’ils n’étaient pas totalement isolés, ont manifesté se sentir « seuls ».

Cette recherche n’a pu conclure sur un lien spécifique entre solitude et manque de sommeil.

Toutefois, la majorité des interrogés souffraient d’un phénomène appelé sommeil fragmenté, qui est l’interruption constante du sommeil nocturne.

Quoiqu’il en soit, ces deux études sont arrivées à une conclusion similaire : la perception de solitude génère de l’insomnie et est négative pour la santé humaine.

Hypothèse anthropologique

hyptohèse anthropologique

Les chercheur-e-s de la première étude pensent que cette relation avec l’insomnie est due à une réponse évolutive de l’être humain.

Dans cette perspective, la solitude dans la psyché humaine, se traduit par des individus qui se sentent en insécurité et vulnérable.

  • Comme ils se sentent isolés, il est possible que le cerveau s’automatise pour la prévention, la lutte et la fuite. Ceci expliquerait le besoin des personnes touchées à se lever constamment pendant la nuit.
  • En résumé, nous sommes face à un mécanisme de préservation qui s’active lorsque nous nous sentons seul-e-s.
  • Ceci aurait une importance particulière chez les jeunes qui viennent de prendre leur indépendance ainsi que les émigré-e-s.

Visitez cet article : Saviez-vous qu’il existe différents types d’insomnie ?

Apprendre à être indépendant-e-s

Le résultat de ces deux études confirme l’importance de l’apprentissage de l’indépendance pour le développement humain.

Se préparer depuis l’enfance facilitera le changement d’environnement à l’âge adulte et les parents jouent un rôle crucial en cela.

Comment pouvons-nous aider les jeunes à être plus indépendants ? Chaque parent aura sa propre méthode, mais le plus important c’est de les placer dans certaines situations où ils devront s’occuper d’eux-mêmes.

D’autre part, la sensation d’accompagnement pour être la clé de la stabilité des enfants qui viennent de prendre leur indépendance.

S’appeler ou se parler par messages sur des réseaux sociaux pourrait faciliter la stabilité émotionnelle des personnes touchées.

Il est également recommandé aux parents de planifier des visites le week-end. De cette manière, ils contribueront à la stabilité émotionnelle des personnes seules, en ravivant leur confiance et en leur rappelant qu’elles ne sont pas seules.

Comment combattre la solitude et l’insomnie

solitude des persones âgées

Paradoxalement, l’ère de la communication est peut-être l’une des périodes historiques les plus solitaires de l’humanité.

Tout ce qui nous rapproche en termes sociaux devra être sauvé par notre bien-être physique et émotionnel.

Les victimes d’abus, les émigré-e-s, les veuf-ve-s, les personnes âgées et les jeunes indépendant-e-s sont davantage sujets à l’isolement.