Surdosage d'insuline : quelles sont les conséquences ?

La transpiration, la somnolence et les tremblements font partie des premiers symptômes d'un surdosage d'insuline. Que faire lorsque ce tableau clinique apparaît ?
Surdosage d'insuline : quelles sont les conséquences ?

Dernière mise à jour : 24 septembre, 2022

L’insuline est une hormone qui joue un rôle crucial dans le contrôle du diabète. Elle favorise l’absorption et le stockage du sucre ou du glucose. Une mauvaise administration peut entraîner un surdosage d’insuline.

L’hormone est produite par un groupe de cellules spécialisées dans le pancréas. Elle peut être synthétisée en laboratoire et utilisée comme médicament injectable dans la prise en charge du diabète. Selon les études, cette maladie touche plus de 285 millions de personnes dans le monde.

L’utilisation de cette hormone améliore la qualité de vie et augmente la survie d’un grand nombre de personnes. Cependant, un surdosage d’insuline est capable de mettre la vie en danger et d’engendrer de multiples conséquences.

Quelles sont les doses d’insuline sûres ?

Dans la plupart des cas, la dose d’administration d’insuline varie en fonction du poids et de l’âge de la personne. Les charges habituelles dans l’insulinothérapie d’entretien pour le diabète varient de 0,5 à 1,5 UI par kilogramme de poids corporel par jour.

La recherche suggère que l’utilisation de l’insuline est basée sure un régime physiologique ou non physiologique, le premier étant le plus utilisé, puisqu’il cherche à reproduire la propre sécrétion de l’hormone. Pour ce faire, une dose bolus d’insuline et une dose basale sont utilisées.

Insuline basale

C’est la dose d’insuline utilisée pour compenser la glycémie tout au long de la journée. Et ce, dans le but de maintenir un apport adéquat de sucre aux différents organes, sans atteindre l’hyperglycémie.

L’insuline à action intermédiaire ou à action prolongée est généralement utilisée pour couvrir la charge basale. La quantité sera déterminée par un médecin spécialiste.

Bolus d’insuline

Le bolus d’insuline est administré en fonction de l’apport alimentaire. Le corps aura ainsi la capacité de gérer le sucre qui pénètre dans la circulation sanguine, ce qui aide à prévenir les complications de l’hyperglycémie.

Les diabétiques doivent maintenir un contrôle strict de leur glycémie avant de prendre leurs repas. De plus, ils doivent tenir compte du type d’aliment, de la quantité de glucides ingérés et de l’activité physique à réaliser par la suite.

Pour cela, une formation préalable par des professionnels de santé est nécessaire.



Les différentes formes d’administration d’insuline

Actuellement, il existe plusieurs types d’insulines disponibles sur le marché. Les praticiens doivent tenir compte de plusieurs facteurs, tels que le taux de libération et la concentration d’insuline lors du calcul des doses.

Le bolus d’insuline peut atteindre le sang dans un délai qui varie de 15 minutes à 1 heure. La dose basale est à libération lente et reste généralement dans le corps pendant 24 heures ou plus.

Par ailleurs, il existe des insulines avec des concentrations de 100 UI par millilitre et d’autres formes qui atteignent 500 UI par millilitre. La marge d’erreur est donc présente.

En ce qui concerne les différentes formes d’administration, les études mettent en évidence les suivants

  • Flacons : C’était la première forme disponible sur le marché. Il consiste en un flacon et d’une seringue graduée. Les plus courants sont l’insuline régulière, le NPH et le lispro.
  • Stylos : c’est un système chargé et réglable avec des cartouches d’insuline qui permet une administration rapide. Les cartouches contiennent généralement 300 UI d’insuline.
  • Jets : ce dispositif, semblable à un stylo, permet une administration sous-cutanée sans aiguilles.
  • Pompes à perfusion continue : il s’agit d’un petit appareil qui pompe l’insuline d’un réservoir à un débit défini. L’administration est sous-cutanée, et a généralement lieu au niveau des fesses ou de l’abdomen.
Pombe à insuline.
Les pompes à insuline régulent l’administration via un système informatique. Elles doivent être programmées à l’avance.

Comment se produit un surdosage d’insuline ?

Pour la plupart des personnes atteintes de diabète, l’utilisation de l’insuline est une pratique quotidienne qui ne nécessite pas de grandes compétences. Cependant, il ne faut pas la sous-estimer, car un excès ou le déficit d’insulinothérapie peut compromettre la vie.

Parmi les causes de surdosage d’insuline, figurent les suivantes :

  • Dose excessive dans le calcul
  • Utilisation du mauvais type d’insuline
  • Charges multiples sans ordonnance
  • Ne pas manger après l’administration
  • Administration dans les jambes ou les bras avant l’exercice, car l’absorption est accélérée

L’excès d’insuline dans le corps, également appelé hyperinsulinémie, accélère le métabolisme des sucres. Par conséquent, la glycémie sera réduite et le corps entrera dans un état d’hypoglycémie, laissant les organes vitaux sans leur apport énergétique.

Les symptômes courants

Un surdosage d’insuline se manifeste par une hypoglycémie aiguë. Les symptômes apparaissent généralement rapidement. Dans les cas bénins, ce sont les suivants :

  • Irritabilité
  • Somnolence
  • Confusion
  • Anxiété et dépression
  • Tremblements et faiblesse
  • Transpiration et frissons
  • Engourdissement dans les lèvres
  • Vertiges et nausées
  • Palpitations
  • Vision double ou floue

D’autre part, il existe des cas de surdosage appelés chocs insuliniques, avec des hypoglycémies très graves qui compromettent la vie du patient. Ils représentent une urgence médicale et comprennent les manifestations suivantes :

  • Perte de conscience
  • Difficulté respiratoire
  • Perte de coordination
  • Problème de concentration



 

Les conséquences d’une administration inadéquate d’insuline

La principale conséquence d’un surdosage d’insuline est l’hypoglycémie. Celle-ci est associée à un large éventail de complications, les plus courantes étant le coma diabétique et les convulsions.

Coma diabétique

C’est une complication grave des patients diabétiques, qui se caractérise par une perte de conscience soudaine. Le coma diabétique peut se manifester à la fois chez les patients ayant une glycémie basse et élevée. En cas d’hypoglycémie, la compromission de l’apport énergétique cérébral est à l’origine du phénomène.

Convulsions

Comme le coma diabétique, les convulsions sont le résultat d’un déficit en glucose au niveau du système nerveux central. La recherche suggère que ce symptôme neuroglupénique apparaît lorsque la glycémie tombe en dessous de 50 milligrammes par décilitre (mg/dl). De plus, elle peut s’accompagner de troubles du comportement et de maux de tête.

Que faire en cas de surdosage d’insuline ?

En cas de surdosage d’insuline, il est possible d’appliquer certaines recommandations pour prévenir la progression de la maladie. Ces mesures dépendent de la sévérité des symptômes et améliorent le pronostic des patients.

Crises d'overdose d'insuline.
Face à un coma diabétique ou à des convulsions chez un patient sous insuline, une intervention rapide est essentielle.

Légère surdose d’insuline

Tout d’abord, la personne concernée doit éviter de s’alarmer et rester calme. L’anxiété et la panique peuvent exacerber le tableau clinique.

De même, il est crucial de surveiller la glycémie. Si la glycémie est inférieure à 70 mg/dl, il y a hypoglycémie confirmée.

Dans ce cas, il est recommandé de manger un aliment sucré ou une boisson avec une charge élevée en glucose. Par exemple : un fruit, un bonbon, une boisson gazeuse ou un morceau de sucre.

De plus, il est important de savoir quelle est la cause directe du surdosage. Si la personne a manqué un repas, elle doit manger dès que possible.

Il est nécessaire de mesurer la glycémie après 15 à 20 minutes d’application des mesures ci-dessus. Dans le cas où la glycémie reste basse ou que les symptômes persistent, il est essentiel de consulter un médecin professionnel.

Surdosage sévère d’insuline

Les cas de surdosage sévère d’insuline nécessitent un traitement spécialisé dans une unité hospitalière.

Il ne faut en aucun cas essayer de mettre quelque chose dans la bouche d’une personne inconsciente, car il y a un risque d’étouffement. La première mesure est de se rendre au centre médical le plus proche.

Le traitement médical repose sur l’administration d’une solution de dextrose par voie intraveineuse. De plus, le remplacement des électrolytes est également nécessaire chez la plupart des personnes. Une fois le tableau d’hypoglycémie terminé, le patient sera gardé sous observation médicale jusqu’à sa complète stabilisation.

Quelques conseils pour prévenir un surdosage d’insuline

L’éducation à la gestion du diabète est la mesure la plus efficace pour éviter les erreurs d’administration d’insuline. Voici quelques conseils qui peuvent aider à prévenir une surdose :

  • Lisez attentivement l’emballage de l’insuline avant de l’utiliser, surtout si vous utilisez un produit nouveau ou inconnu.
  • Étiquetez et identifiez les types d’insuline que vous devez administrer pendant la journée.
  • Ne sautez pas de repas ou n’oubliez pas de manger après une dose d’insuline.
  • Gardez une trace des doses administrées chaque jour.
  • N’oubliez pas de toujours vérifier la charge d’insuline.
  • Consultez un professionnel si vous ne savez pas comment utiliser le médicament.

L’observance thérapeutique est la clé de l’insulinothérapie

L’insuline est une hormone avec de grands avantages pour les patients diabétiques. Cependant, comme tout autre médicament, elle peut avoir des effets secondaires si elle n’est pas utilisée correctement.

Les personnes qui l’utilisent doivent se conformer en détail aux indications médicales. Le surdosage d’insuline est un état induit par l’inconscience et potentiellement mortel, il ne doit donc pas être pris à la légère.

Cela pourrait vous intéresser ...
Utilisation d’insuline basale : tout ce que vous devez savoir
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Utilisation d’insuline basale : tout ce que vous devez savoir

L'insuline basale comprend l'insuline à action intermédiaire et prolongée. Elles maintiennent une concentration normale de glucose.



  • Di Lorenzi R, Bruno L, Pandolfi M, Javiel G, et al. Hipoglucemia en pacientes diabéticos. Rev. Urug. Med. Int. 2017; 2(3): 51-60.
  • Gómez A. Terapia insulínica. Revisión y actualización. Offarm. 2008; 27(10): 72-81.
  • Camejo M, García A, Rodríguez E, Carrizales M, et al. Visión epidemiológica de la diabetes mellitus: Situación en venezuela. Registro epidemiológico y propuesta de registro. Programas de detección precoz. Rev. Venez. Endocrinol. Metab. 2012; 10(1): 2-6.
  • Kuzmanic A. Insulinoterapia. Rev. Med. Clin. Condes. 2009; 20(5): 605 – 613.