Tremblement essentiel : symptômes, causes et traitements

12 septembre 2019
Le tremblement des membres supérieurs et inférieurs du corps est un symptôme commun à de nombreuses maladies. Parmi ces maladies figurent le tremblement essentiel. Nous vous expliquons ici ce que l'on sait sur cette maladie à l'heure actuelle.

Le tremblement essentiel est une maladie assez fréquente au sein de la population. Parmi les troubles du mouvement, le tremblement essentiel est la maladie la plus commune, dépassant largement la maladie de Parkinson. Du côté des statistiques, la prévalence du tremblement essentiel est vingt fois plus importante chez un adulte que celle de la maladie de Parkinson.

Le troisième âge est le groupe le plus affecté par la maladie. Ou autrement dit, les personnes âgées de plus de soixante-cinq ans. Mais les spécialistes considèrent que c’est souvent entre quarante et soixante ans que les premiers symptômes commencent à se manifester. Des cas ont également été enregistrés chez les enfants.

Le tremblement essentiel se caractérise par un mouvement involontaire en forme de secousses persistantes. Ce tremblement affecte essentiellement les membres supérieurs du corps, à savoir les mains et les bras. Les épisodes se produisent généralement de façon symétrique avec des pauses.

Bien qu’il s’agisse d’une situation chronique, c’est-à-dire une maladie qui se prolonge dans le temps, le tremblement ne se produit pas pendant toute la journée et, parfois, même pas tous les jours.

Le tremblement essentiel n’est pas une maladie mortelle. Ce trouble n’entraîne pas non plus une détérioration cognitive, ni des dégénérescences au niveau du système nerveux. Néanmoins, bien qu’il soit considéré comme bénin, c’est un trouble très important pour les individus qui en souffrent. Nous pouvons dire qu’il représente une cause d’handicap à l’heure de réaliser les tâches de la vie quotidienne. Écrire, prendre une tasse de thé ou encore faire ses lacets ne sont plus toujours des actions simples à réaliser.

Les causes du tremblement essentiel

Le scanner d'un corps humain

À l’heure actuelle, il n’existe pas encore suffisamment d’études scientifiques sur le sujet nous permettant de savoir quelle est la cause à l’origine de la maladie. Cela se doit au fait qu’il s’agit d’un trouble bénin dont l’évolution est lente.

Néanmoins, on sait que le tremblement essentiel est lié à une altération au niveau des connexions du système nerveux dans les noyaux du mouvement. Le thalamus, la voie nigrostriée et le cervelet sont les régions du système nerveux chargées de réguler les mouvements du corps. L’hypothèse scientifique est la suivante : certaines des régions citées subissent une altération anormale qui provoque le mouvement involontaire caractéristique du tremblement essentiel.

Le fait que certains cas familiaux où père et fils souffrent du tremblement essentiel confirme le lien entre une composante génétique et l’altération à l’origine de la maladie. D’ailleurs, l’autre nom du tremblement essentiel est « tremblement familial ».

Cet article peut également vous intéresser : 7 signaux qui vous aideront à savoir si vous avez des risques de souffrir de la maladie de Parkinson

Les symptômes du tremblement essentiel

La caféine agrave les symptômes du tremblement essentiel

Tout d’abord, il convient de différencier le tremblement essentiel de la maladie de Parkinson. Le signal d’alerte clé est le suivant : les mouvements involontaires du tremblement essentiel se produisent lorsque la personne réalise un mouvement spécifique ou tente de maintenir une certaine posture ; les mouvements involontaires de la maladie de Parkinson se produisent au repos.

En plus du signe clé, un individu qui souffre du tremblement essentiel présente également les symptômes suivants :

  • Changement dans la voix : le tremblement essentiel affecte le larynx et altère alors la production de la voix au niveau des cordes vocales
  • Hochement de tête : la personne semble dire « oui » ou « non » de la tête, mais de façon involontaire
  • Problèmes pour réaliser des activités de la vie quotidienne : parfois, le tremblement n’est pas suffisamment évident, mais la personne se rend compte qu’il lui est difficile d’attraper des choses, de bien manier un outil ou, tout simplement, d’écrire

S’ils ne sont pas traités, les symptômes auront tendance à s’aggraver avec l’âge. Par ailleurs, il a été démontré que les symptômes cités s’aggravent et deviennent plus répétitifs lorsque la personne consomme beaucoup de caféine. La même chose se passe lorsque l’individu est stressé ou dort mal la nuit.

Bien qu’il ait été démontré que la consommation de petites quantités d’alcool améliorent les symptômes, il ne s’agit pas du tout d’une recommandation médicale.

Cet article peut également vous intéresser : Athétose : le trouble du mouvement

Les options de traitement

Il est important de préciser qu’il n’existe pas de traitement curatif pour éradiquer le tremblement essentiel. La mesure hygiénico-diététique recommandée consiste à arrêter de consommer du café. Pour combattre le stress, il est recommandé d’avoir recours à la psychothérapie. Quant au manque de sommeil, un traitement médicamenteux peut être la solution.

Certains patients bénéficient de séances de kynésithérapie et de physiothérapie afin d’améliorer leur contrôle musculaire. Mais aussi d’augmenter la coordination de l’équilibre.

Quant à l’usage d’un traitement médicamenteux, les drogues suivantes sont les plus utilisées et ce sont aussi celles qui aident le plus les patients :

  • Le propanolol : il s’agit d’un bêta-bloquant et sans doute du médicament le plus efficace pour soulager les symptômes. Néanmoins, les patients qui souffrent d’une maladie cardiaque doivent prendre ce médicament avec précaution et toujours sous surveillance médicale, notamment s’ils ont des antécédents de blocage cardiaque
  • La primidone : il s’agit d’un anticonvulsif
  • Les antidépresseurs : ces médicaments ont pour but de contrôler le stress
  • Les anxiolytiques : ces médicaments servent à contrôler le stress et à réguler le sommeil
  • La toxine botulique : elle s’utilise sous forme de doses injectables dans des zones déterminées du corps, essentiellement la tête et les mains

Les traitements plus complexes en dernier recours

Si tous les traitements cités ci-dessus ne fonctionnent pas, il est aujourd’hui possible d’avoir recours à des traitements plus complexes. Ces traitements sont réservés aux patients dont la réponse face aux médicaments est peu concluante. Et qui présentent un tableau clinique invalidant :

  • La radiochirurgie stéréotaxique : ce traitement consiste en l’utilisation d’ondes de radiofréquence de haute puissance concentrées sur une zone ponctuelle du système nerveux
  • Ultrasons focalisés de haute intensité ou HIFU : c’est le même type de traitement que celui cité ci-dessus à la différence que les ondes utilisées sont des ultrasons
  • L’implant d’un stimulateur : un dispositif envoie des stimuli électriques au thalamus
  • La thalamotomie : ce traitement consiste en l’excision de parties du thalamus via la chirurgie. Aujourd’hui, la technique traditionnelle est remplacée par la radiochirurgie ou la technique du HIFU, car ces traitements évitent l’invasion chirurgicale

 

  • Louis ED. Essential tremor. Lancet Neurol 2005; 4: 100-10.
  • Labiano-Fontcuberta, A y Benito-León J. (2012) Temblor esencial: una actualización. Medicina Clinica, 140 (3). 128-133.
  • Dietrich Haubenberger, Mark Hallett N Engl J Med 2018;378:1802-10