7 conséquences du manque de sommeil

· 8 novembre 2017
Nous l'ignorons souvent, mais le manque de sommeil influe sur notre santé physique et mentale. Découvrez sept conséquences négatives du manque de sommeil.

Pour conserver une bonne santé physique et mentale, il est primordial de privilégier une qualité optimale de sommeil. Il faut dormir entre 7 et 8 huit heures sans interruption. Nous vous invitons ici à découvrir quelles sont les principales conséquences du manque de sommeil.

Bien dormir permet au corps de renouveler son énergie physique et à l’esprit de renouveler ses capacités. Vous pouvez ainsi affronter chaque nouvelle journée fraîchement reposé.

Ce temps de repos remplit à lui seul une fonction cruciale de remise à zéro des systèmes biologiques nécessaires à notre bon fonctionnement journalier. Il active également certains mécanismes de notre activité hormonale.

Le soucis auquel nombre d’entre nous fait face est la planification du sommeil : une mauvaise gestion de votre cycle entraîne un certain nombre de conséquences affectant la qualité de vie.

S’il est au début facile d’ignorer l’impact du manque de sommeil sur nos vie et notre santé, les problèmes générés au fil du temps ont tendance à s’aggraver. C’est à nos dépens que nous ignorons les conséquences du manque de sommeil sur nos vie.

Découvrez ici les principales conséquences du manque de sommeil.

1. Une pression artérielle élevée, l’une des conséquences du manque de sommeil

Le manque de sommeil ou l’insomnie peut altérer votre santé cardiovasculaire. Le manque de sommeil peut conduire à une augmentation de la pression artérielle, forçant le cœur à travailler plus intensément qu’il ne le devrait.

C’est pourquoi les personnes dormant moins de sept heures par nuit ont habituellement une pression artérielle systolique autour de 132. L’idéal étant en-dessous de 120.

Lisez également : Apprenez à réduire votre pression artérielle grâce à ces 5 techniques de respiration

2. Prise de poids

Conseils pour perdre du poids après les fêtes

Le manque de sommeil est souvent associé à la prise de poids : l’appétit augmente pendant la période durant laquelle le corps est censé se reposer.

Manquer de sommeil mène à une diminution du taux de leptine, l‘hormone responsable de la sensation de satiété.

Or, le manque de sommeil provoque au contraire une stimulation de l’appétit et une augmentation du niveau de ghréline, l’hormone responsable de votre sensation de faim. De ce fait, le manque de sommeil ouvre votre appétit et entraîne une ingestion plus importante de calories.

3. Diminution des dépenses énergétiques

Le manque de sommeil affecte directement l’activité métabolique et provoque de la fatigue, ce qui influe sur le niveau de dépenses énergétiques.

Ainsi, les patient-e-s rencontrant des problèmes de sommeil sont susceptibles d’être moins actif-ve-s, ce qui conduit à une diminution des dépenses caloriques et une accumulation de graisse.

Si nous ajoutons à cela l’augmentation de l’appétit qui découle également du manque de sommeil, le risque de surpoids devient une conséquence très probable d’un repos insuffisant.

4. Les problèmes de concentration sont généralement liés au manque de sommeil

Le cerveau est l’organe souffrant le plus des conséquences négatives du manque de sommeil. Le manque de sommeil diminue nos performances cognitives quotidiennes et la fatigue affecte négativement la concentration et les capacités cérébrales.

D’autre part, il se peut qu’au fil du temps, le manque de sommeil diminue la capacité du cerveau à nettoyer les plaques créées par certaines protéines responsables de troubles chroniques tels que la maladie d’Alzheimer.

Cet article peut aussi vous intéresser : 5 conseils pour prévenir la maladie d’Alzheimer

5. Une baisse du système immunitaire

Système immunitaire

L’épuisement physique causé par le manque de sommeil compromet directement la santé immunitaire et, en provoquant une diminution de ses fonctions. Cela augmente le risque de maladies respiratoires et d’infections.

Le déficit d’anticorps facilite l’attaque des virus, des bactéries et des champignons. Dès lors, il n’est pas rare de constater l’apparition d’une maladie après plusieurs jours de privation de sommeil.

6. Manque de sommeil ? Stress et irritabilité

L’impacte du manque de sommeil sur la santé émotionnelle est presque immédiat. Par conséquent, il est courant de constater un état de stress et d’anxiété chez une personne en manque de sommeil.

Le manque de sommeil diminue significativement la production de sérotonine et d’endorphines, deux hormones connues pour générer un sentiment de bien-être.

En lieu et place, on trouve une augmentation de la production d’adrénaline et de cortisol, des hormones provoquant des réponses émotionnelles négatives.

7. Faiblesse musculaire

Pendant la période de repos, les muscles se relaxent, ce qui leur permet de régénérer leurs tissus afin d’affronter les défis que présente toute nouvelle journée. Durant cette période de sommeil, les hormones de croissance sont libérées, ce qui influe également sur la formation de la masse musculaire.

C’est pourquoi le manque de sommeil a tendance à affaiblir et épuiser vos muscles. Forcer sur ses muscles dans une période d’épuisement peut mener à une plus grande usure physique. Il est préférable d’éviter l’activité physique à fort impact lorsque vous manquez d’un sommeil réparateur et suffisant.

Cet article peut aussi vous intéresser : 8 huiles aromatiques pour mieux dormir

Vous avez des problèmes de sommeil ? Si c’est le cas, adoptez des habitudes qui faciliteront votre endormissement.

Même si nous ne le sentons pas au début, notre corps nous fait payer la facture…. Donc, faites attention !

  • Chokroverty, S. (2008). “Sleep and its disorders”. In: W. G. Bradley, R. B. Daroff, G. M. Fenichel, and J. Jankovic, eds. Neurology in Clinical Practice. Philadelphia, Pa: Butterworth-Heinemann Elsevier.
  • Druker, R. (2005). “Regulación del apetito y control hormonal del peso corporal”. En Fisiología Médica. México, DF: El Manual Moderno.
  • Loria Kohen, V.; Gómez Candela, C.; Fernández Fernández, C., y otros (2011). “Parámetros hormonales e inflamatorios en un grupo de mujeres con sobrepeso/ obesidad”, Nutr. Hosp., 26 (4): 11-15.
  • Voderholzer, G. (2012). “Sleep disorders”, Handb Clin Neurol, 106: 527-540.