Coïtocentrisme : parce que le sexe c'est plus que la pénétration

Au niveau social, nous accordons une importance excessive aux rapports sexuels dans les relations sexuelles, ce qui peut limiter notre plaisir et générer des difficultés. On vous en dit plus sur le coïtocentrisme et ses conséquences.
Coïtocentrisme : parce que le sexe c'est plus que la pénétration

Dernière mise à jour : 26 août, 2022

Si on vous dit que deux personnes ont eu des rapports sexuels, vous pensez probablement automatiquement au coït. Et vous pouvez ressentir quelque chose de similaire à propos de vos propres rencontres sexuelles : s’il n’y a pas eu de pénétration, l’expérience est incomplète ou insatisfaisante. Tout ce qui précède est dérivé du coïtocentrisme, une conception sociale qui limite et ritualise la sexualité, entraînant parfois des conséquences négatives.

Le coïtocentrisme est un terme qui désigne l’idée que le rapport sexuel (c’est-à-dire la pénétration du pénis dans le vagin) est le centre et le sommet de la sexualité et de la jouissance. Ainsi, il est considéré comme une pratique clé et essentielle (parfois la seule nécessaire) dans une rencontre sexuelle.

Peu importe que les personnes impliquées le veuillent ou l’apprécient. Le large éventail de pratiques alternatives qui existent n’est pas non plus pertinent : les rapports sexuels doivent toujours avoir lieu. En fait, d’autres activités telles que les caresses, la masturbation mutuelle ou le sexe oral sont considérées comme de simples préliminaires ; positions par lesquelles on peut passer (ou pas) avant d’arriver à ce qui est vraiment important. Maintenant, savez-vous comment cette conception du sexe nous affecte ?

D’où vient le coïtocentrisme ?

Orgasme anal : conseils utiles pour vous et votre partenaire.
Réduire les relations sexuelles au coït peut avoir un impact sur la satisfaction du couple.

En raison de l’enracinement de cette croyance, il peut sembler que le coïtocentrisme est naturel et inévitable, ou fait partie des préférences humaines. Il s’agit pourtant d’une construction sociale issue de l’hétéropatriarcat (les relations doivent être hétérosexuelles et centrées sur le plaisir masculin) et de certaines conceptions religieuses qui lient et limitent le sexe à la fonction reproductive.

De cette façon, une relation sexuelle complète n’a lieu que lorsqu’il y a union entre les organes génitaux, et c’est le seul moyen d’atteindre l’orgasme. Tout le reste est hors de propos, consommable et même puéril et déviant. De cette façon, une hiérarchie est générée qui place le coït au plus haut point et relègue le reste des pratiques à un niveau secondaire.

Le coïtocentrisme et ses conséquences

Malheureusement, cette idée du sexe génère de grandes limitations et peut entraîner des conséquences négatives à différents niveaux. D’une part, il limite le plaisir et la jouissance, surtout pour les femmes, qui ont plus de mal à atteindre l’orgasme par la seule pénétration. En effet, on estime que contre 95 % des hommes, seules 65 % des femmes y parviennent.

Ce n’est pas seulement parce que beaucoup de femmes ont besoin d’une stimulation clitoridienne pour atteindre leur apogée ; mais aussi parce que leurs rythmes sont différents de ceux de l’homme. Elles ont généralement besoin de plus de temps et de plus de dévouement pour augmenter leur excitation ; par conséquent, forcer la pénétration à l’avance peut être insatisfaisant, ennuyeux et même douloureux.

D’autre part, le coïtocentrisme fait que les organes génitaux deviennent les protagonistes absolus des rencontres sexuelles, ce qui peut générer une pression qui conduit à un dysfonctionnement sexuel chez les hommes et les femmes. La peur de ne pas être à la hauteur de la tâche ou de ne pas pouvoir remplir le rôle assigné peut entraîner des troubles de l’érection, une dyspareunie, une éjaculation précoce, un vaginisme ou une difficulté à atteindre l’orgasme.

Si le sexe et le plaisir se limitent aux rapports sexuels, ceux qui souffrent de l’un des troubles ci-dessus peuvent se sentir extrêmement impuissants et incapables de profiter ou de faire profiter leur partenaire, alors que cela ne devrait pas être le cas. En fait, le sexe est bien plus que la pénétration.

La clé réside dans l’éducation sexuelle

Faits sur ce que pensent les hommes quand ils font l'amour
Les baisers, les caresses, les massages et le sexe oral sont une partie fondamentale du sexe et ne nécessitent pas de pénétration pour générer du plaisir.

Si nous voulons démolir ce mythe et commencer à profiter pleinement de notre sexualité partagée, la clé réside dans l’éducation sexuelle. Au lieu de concevoir le sexe comme un simple acte reproductif, revendiquons son aspect ludique et jouissif, sa capacité à créer de l’intimité et à générer de la jouissance. Éliminons les tabous, les normes et les stéréotypes, et ouvrons-nous aux différentes possibilités.

Tout d’abord, nous devons tous connaître notre propre anatomie et celle de notre partenaire, identifier les différents points érogènes et les moyens de les stimuler. Il serait également important de connaître le cycle de la réponse sexuelle et ses différentes phases, afin de respecter ses propres rythmes et ceux du partenaire.

Mais, surtout, il est temps de transformer cette hiérarchie qui privilégie les rapports sexuels par rapport aux autres pratiques. Toute activité consensuelle, sécuritaire et génératrice de plaisir est aussi pertinente que la pénétration, et cette dernière ne doit pas nécessairement faire partie de la rencontre sexuelle.

Baisers, caresses, massages, jeux et jouets érotiques, masturbation, sexe oral… les possibilités sont nombreuses et variées. En élargissant cette conception du sexe, nous aurons non seulement accès à des relations sexuelles plus intenses et satisfaisantes, mais nous réduirons également cette pression qui est souvent la cause ou le facteur d’entretien des dysfonctionnements sexuels.

Peut-être que ce changement de paradigme n’est pas facile ; cependant, il suffit d’identifier dans quelle mesure nous avons enraciné le coïtocentrisme et décidons délibérément de nous ouvrir à différentes manières de se rapporter sexuellement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Céphalée coïtale : les causes des maux de tête pendant les rapports sexuels
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Céphalée coïtale : les causes des maux de tête pendant les rapports sexuels

Découvrez ici comment traiter la céphalée coïtale, à savoir le mal de tête qui apparaît pendant les rapports sexuels ou pendant la masturbation.



  • Contreras, C., & Lucas, M. (2021). Experiencias de mujeres que han sido diagnosticadas de vaginismo. Una aproximación sociológica cualitativa. RELIES: Revista Del Laboratorio Iberoamericano Para El Estudio Sociohistórico De Las Sexualidades, (5), 80-98.
  • de Miguel Álvarez, A. (2015). La revolución sexual de los sesenta: una reflexión crítica de su deriva patriarcal. Investigaciones feministas6, 20-38.
  • Uribe, J. F., Quintero, M. T., & Gómez, M. (2015). Orgasmo femenino: definición y fingimiento. Urología Colombiana24(1), 19-27.