Comment affronter Noël si l'on souffre d'un trouble du comportement alimentaire ?

Comment affronter Noël si l'on souffre d'un trouble du comportement alimentaire ?
Elena Sanz

Relu et approuvé par la psychologue Elena Sanz.

Dernière mise à jour : 23 décembre, 2022

Noël peut être une fête difficile pour les personnes souffrant d’un trouble de l’alimentation. Étant donné que ces festivités tournent autour de grandes quantités de nourriture et de réunions de famille, bon nombre de ces personnes éprouvent des niveaux accrus d’anxiété, de culpabilité et de sentiment de solitude.

Qu’il s’agisse de boulimie, d’anorexie mentale, d’hyperphagie boulimique ou de trouble alimentaire restrictif, le risque de crises et de complications liées aux changements de routine à ces dates est élevé. Par conséquent, nous partageons ci-dessous une série de recommandations pour y faire face.

Conseils pour affronter Noël si vous souffrez d’un trouble du comportement alimentaire (TCA)

Les troubles alimentaires (TCA) sont caractérisés par une altération des habitudes alimentaires, souvent dérivée d’une préoccupation excessive pour le poids corporel et l’image.

Ils peuvent se manifester par une restriction extrême des apports alimentaires ou, au contraire, une consommation excessive de ceux-ci. Ils sont classés comme des problèmes psychiatriques et, en fait, ils figurent dans la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5).

Les plus fréquents sont les suivants :

Les autres troubles inclus dans le DSM-5 sont la rumination, le pica et d’autres troubles de l’alimentation spécifiés et non spécifiés.

Une publication dans le Internal Medicine Journal indique que la prévalence de ces maladies est plus élevée chez les femmes et les jeunes. Cependant, les hommes ne sont pas exempts d’en souffrir, tout comme les personnes de tous âges.

En raison de la complexité de ces troubles et du risque constant de rechute, Noël représente une période difficile pour les patients concernés. La pression de manger plus que d’habitude, l’augmentation de la socialisation, le stress dû au manque de temps et la modification des routines deviennent des déclencheurs de crises.

Il faut prendre en compte qu’il est extrêmement difficile pour une personne souffrant de troubles alimentaires d’établir une bonne relation avec la nourriture. D’où le fait que leur anxiété et leur préoccupation concernant le type et la quantité de nourriture qui est habituellement donnée lors des fêtes de Noël augmentent.

Alors que faut-il faire pour y faire face ? Comment aider un proche qui souffre de troubles alimentaires et qui ne passe pas un si bon moment à ces dates ? Tout d’abord, il faut s’assurer que l’approche médicale et psychologique est respectée. Le fait de passer par des dates de fêtes n’est pas une raison pour suspendre ou reporter les traitements.

De plus, il est possible de mettre en place une série de stratégies qui non seulement aident à réduire les symptômes d’anxiété, mais sont également décisives pour éviter les crises et les complications. Voyons les plus pertinents.

Femme souffrant de troubles alimentaires à Noël.
Les circonstances de la période des Fêtes ajoutent de la pression et du stress aux personnes vivant avec des troubles de l’alimentation.


planifier des activités

Sans aucun doute, la planification des activités de Noël est l’une des principales clés pour éviter les rechutes en cas de trouble de l’alimentation. Il faut casser l’idée que la fête rime avec excès.

Si vous ou un membre de votre famille souffrez d’un TAC, il convient de choisir des plans agréables, qui permettent la distraction et le plaisir, mais ne sont pas axés sur la nourriture. Jeux en famille, décorer la maison, chanter des chants de Noël, regarder un film, faire du karaoké, sortir voir les lumières ou danser sont quelques-unes des options.

planifier les repas

Bien sûr, ce qui a à voir avec la planification des repas mérite une mention spéciale. Puisque le problème d’une personne souffrant d’un trouble du comportement alimentaire est son rapport à la nourriture, les menus de Noël doivent être préparés avec soin.

En ce sens, il faut changer un peu la puce et laisser de côté l’idée que les fêtes doivent se faire avec des plats variés et abondants sur la table. Il ne faut pas ignorer que la personne peut être tentée de manger des portions exagérées, ou peut se sentir dépassée en voyant tant de nourriture.

L’idéal est donc de mettre en œuvre les recommandations suivantes :

  • Retirer la personne des préparations alimentaires. Vous n’avez pas besoin d’être impliqué dans les achats ou la préparation des dîners. Cela empêche votre anxiété de se déclencher plus tôt.
  • Basez le menu sur des aliments frais et sains. Évitez les repas copieux, car plus tard ils peuvent générer un sentiment de culpabilité.
  • Évitez les repas sous forme de buffet. Le fait d’avoir de nombreux aliments à disposition peut déclencher de l’anxiété ou de l’angoisse.
  • Servir d’abord l’entrée, puis le plat principal et enfin le dessert.
  • Assurez-vous que les portions sont les mêmes pour tout le monde à table. Cela normalise le moment et peut donner la tranquillité d’esprit à la personne souffrant d’un trouble de l’alimentation.
  • N’insistez pas pour manger plus. Peu importe à quel point un repas est délicieux, vous devez respecter le processus de la personne atteinte de dysfonction érectile. Presser ou faire des commentaires sur ce que vous devriez manger ou en quelle quantité a tendance à entraver le traitement.

Mettre en œuvre des techniques de relaxation ou de distraction

Ce qui est lié à la nourriture n’est pas le seul déclencheur d’anxiété à Noël chez ceux qui ont un trouble du comportement alimentaire. Les rassemblements sociaux, les heures de travail, les difficultés économiques, entre autres facteurs, peuvent déclencher de l’anxiété chez ces patients et exacerber leurs symptômes.

Pour le contrer, une bonne option consiste à mettre en œuvre des techniques de relaxation pendant la journée. Écouter de la musique, faire des exercices de respiration, avoir une séance d’ aromathérapie, se promener ou pratiquer le yoga est très bénéfique.

Privilégier les soins personnels

Il est vrai que les fêtes de Noël impliquent des changements dans la routine. Mais lorsque vous souffrez d’un trouble du comportement alimentaire, cela ne doit pas signifier un sacrifice de bien-être. En fait, profitant du temps libre des vacances ou des vacances de Noël, il est sain de faire des activités de soins personnels.

Certaines options intéressantes sont les suivantes :

  • À méditer.
  • Dormez bien.
  • Lire un livre.
  • Prenez un bain dans la baignoire.
  • Mettez un masque facial.
  • Faites de l’activité physique (à condition que le spécialiste l’approuve).

soigner la langue

Le soutien familial et social joue un rôle important dans le rétablissement d’une personne atteinte d’un trouble de l’alimentation. Pour cela, il est essentiel d’apprendre à prendre soin de la langue, surtout lorsqu’il y a un type de réunion ou de célébration.

Il n’est pas valide de faire des commentaires “blaguants” ou de catégoriser les aliments comme bons ou mauvais. Si la personne décide de manger moins ou opte pour des aliments différents du dîner familial, il n’y a pas lieu de commenter. Ce qui pour certains peut être une simple plaisanterie, pour le malade peut être un motif d’insatisfaction et d’inconfort.

De la même manière, s’il y a des invités, vous devez essayer de les informer avant de procéder au dîner et au partage. L’idée est d’éviter les questions ou les commentaires liés à la nourriture, à l’apparence physique ou à tout autre problème associé au trouble.

Dinde de Noël.
Les repas de Noël sont généralement si abondants que changer le menu traditionnel est un choix judicieux pour accompagner les patients souffrant de troubles alimentaires.

Autres stratégies utiles pour faire face à un TAC ce Noël

  • Comprendre et accepter les émotions. Bien que Noël soit associé au bonheur, vous devez vous rappeler qu’il n’est pas mal de se sentir triste ou anxieux. Ce n’est pas une obligation d’être heureux ou excité.
  • Si la personne est à risque de comportements compensatoires, elle peut avoir quelqu’un pour la soutenir lorsqu’elle veut aller aux toilettes.
  • Les opinions sur le physique doivent être évitées. Non seulement de la personne affectée, mais de toute personne.
  • La flatterie avec des références esthétiques doit être évitée. Au lieu de cela, vous pouvez proposer un message de soutien tel que “tu es très courageux”, “je t’admire”, “je suis fier”.
  • Lorsque vous offrez des cadeaux, vous devez éviter les choses qui peuvent générer de la sensibilité. Par exemple, dans ces cas, ce n’est pas une si bonne idée de donner des vêtements en raison du problème de taille. Et si vous faisiez mieux d’offrir une expérience ? Cela peut être un voyage, une journée au spa, une visite de musées… il y a différentes options.


Le soutien familial et environnemental est essentiel pour les personnes souffrant de troubles de l’alimentation

Comprendre les difficultés que la période de Noël implique pour les personnes ayant un trouble de l’alimentation est essentiel pour favoriser l’empathie et être un réseau de soutien. La famille et les autres personnes de l’environnement peuvent être impliquées dans la création d’un environnement plus approprié pour éviter les rechutes.

Il faut tenir compte du fait que ces dates déclenchent de l’anxiété chez ces patients ; non seulement à cause de ce qui est lié à la question de l’alimentation, mais à cause de la pression sociale et du fait de vouloir répondre aux attentes de joie et d’enthousiasme. Ainsi, accompagner, éviter les commentaires inutiles et prévoir différentes parties est déterminant pour réduire le sentiment d’inquiétude et de culpabilité qui tend à s’aggraver.



  • Balasundaram P, Santhanam P. Eating Disorders. [Updated 2022 Sep 3]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK567717/
  • Hay P. Current approach to eating disorders: a clinical update. Intern Med J. 2020 Jan;50(1):24-29. doi: 10.1111/imj.14691. PMID: 31943622; PMCID: PMC7003934.
  • Davis LE, Attia E. Recent advances in therapies for eating disorders. F1000Res. 2019 Sep 26;8:F1000 Faculty Rev-1693. doi: 10.12688/f1000research.19847.1. PMID: 31598212; PMCID: PMC6764116.
  • Barati F, Nasiri A, Akbari N, Sharifzadeh G. The Effect of Aromatherapy on Anxiety in Patients. Nephrourol Mon. 2016 Jul 31;8(5):e38347. doi: 10.5812/numonthly.38347. PMID: 27878109; PMCID: PMC5111093.
  • Ostermann, T., Vogel, H., Boehm, K., & Cramer, H. (2019). Effects of yoga on eating disorders—A systematic review. In Complementary Therapies in Medicine (Vol. 46, pp. 73–80). Elsevier BV. https://doi.org/10.1016/j.ctim.2019.07.021

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.