Comment arrêter la pilule ?

Arrêter la pilule contraceptive est une décision qui mérite de prendre son temps pour réfléchir. Les conséquences affectent le corps de la femme, mais aussi toute la famille si cela se termine par une grossesse.

Dans de nombreux pays, la pilule contraceptive figure parmi les trois méthodes les plus couramment utilisées. En fait, on lui attribue une plus grande libération sexuelle chez les femmes. Son utilisation a permis des rapports sexuels plus libres, et plus sûrs dans la prévention des grossesses non désirées. Malgré cela, beaucoup pensent à arrêter la pilule.

Que ce soit parce qu’elles veulent changer la méthode de contraception ou parce qu’elles désirent devenir mères, c’est une consultation récurrente dans les cabinets des gynécologues. Il est très important d’être informé sur la façon de faire le processus d’abandon de la pilule afin de ne pas prendre de risques. Une visite chez le médecin est importante, surtout dans les cas où elle est utilisée comme traitement pour d’autres affections.

La régulation du cycle menstruel, les ovaires polykystiques, les saignements abondants, entre autres, se traitent avec la pilule. Donc, les abandonner signifie chercher d’autres médicaments pour remplacer leur effet. Il ne s’agit pas seulement de la possibilité d’une grossesse. Par conséquent, vous devez savoir comment vous préparer à vous passer des pilules contraceptives magiques.

Les étapes avant d’arrêter la pilule

Si l’abandon est déjà décidé, l’idéal est de terminer la boîte pour le mois. Ne pas couper l’apport d’hormones à un autre moment aide le corps à avoir un meilleur équilibre hormonal.

1. Consultez le gynécologue

pour arrêter la pilule, consultez votre gynécologue

Faire un examen gynécologique est essentiel. De cette façon, vous pourrez choisir de nouvelles alternatives pour éviter les grossesses non désirées. De plus, celles qui les prennent pour d’autres traitements devraient également chercher à les remplacer. Et si vous avez envisagé d’avoir un bébé, le contrôle est nécessaire.

Le saviez-vous ? Qu’est-ce qu’un périnatologue, le spécialiste en médecine materno-foetale ?

2. Retrouvez des cycles menstruels réguliers

Dans la plupart des cas,  le cycle se normalise en peu de temps. Mais il peut aussi arriver qu’après plusieurs années de prise de pilules, la régularisation du cycle soit plus lente. Il existe des alternatives telles que l’acupuncture pour normaliser la période qui influence les flux sanguins. Des maux de tête ou d’autres inconforts sont susceptibles de se produire pendant cette période. L’intensité des jours fertiles sera plus grande et chaque changement dans l’organisme sera ressenti. Pas besoin de s’inquiéter, c’est juste quelques jours par mois.

3.  Ayez recours à des médicaments naturels

arrêter la pilule et opter pour des médicaments naturels

Il existe des infusions naturelles qui servent à réguler le cycle féminin. Elles sont très utiles lorsque la pilule est utilisée comme un médicament pour un traitement gynécologique. Il devient nécessaire que les hormones soient équilibrées afin de ne pas affecter ces journées.

Il est important de garder à l’esprit que lorsque vous cessez de prendre la pilule, il y a un risque automatique de grossesse. La durée d’utilisation de cette méthode n’a pas d’importance. Dans le même cycle d’ovulation, il n’y a plus de protection. Si vous voulez être mère, allez-y. Mais si vous ne l’avez encore décidé, il est nécessaire d’accompagner l’arrêt de la pilule d’une autre méthode de contraception.

Nous vous recommandons de lire : Ovulation douloureuse : comment la soulager ?

Conseils pour arrêter de prendre la pilule

arrêter la pilule

Si vous avez un partenaire stable, il est important de partager la décision avec votre compagnon. Certains changements se produiront dans votre corps et votre humeur la première fois. Un accompagnement avec de la patience est très important. Il y a aussi la possibilité d’une grossesse, de sorte que les deux partenaires devraient être conscients du risque. S’ils décident de ne pas avoir un enfant pour l’instant, le partenaire peut prendre l’initiative de se protéger lui-même.

Si vous êtes seule, mais que vous avez la possibilité d’avoir des rapports sexuels, vous devriez être claire avec le besoin d’une autre méthode de contraception. En plus d’éviter les grossesses occasionnelles, la pilule peut également prévenir des maladies sexuellement transmissibles.

Soyez patiente avec vous-même. Sûrement les premiers cycles menstruels sans pilule causent de l’inconfort. Des inflammations abdominales, des saignements plus abondants et des coliques sont présentes. Le corps doit s’adapter au manque d’hormones fournies par les pilules. Prendre des analgésiques ou des infusions vous aide à traverser ces moments difficiles.

Si vous ne tombez pas enceinte rapidement, ne désespérez pas. Cela ne signifie pas qu’il y a un problème de santé ou d’infertilité. Il suffit de quelques mois pour que l’ovulation revienne à la normale. Il faut comprendre que l’organisme était habitué à inhiber les ovules par l’effet de la pilule. Le timing dépend de chaque femme. Avoir des rapports sexuels programmés est une bonne option, mais toujours avec une tranquillité d’esprit. L’accompagnement de vitamines et d’acide folique est recommandé pour préparer le corps à une grossesse.

Certaines pensent qu’il est malsain de tomber enceinte tout de suite. Mais en fait, cela n’influence pas le développement du fœtus. Il est donc acceptable de le faire tout de suite ou de le chercher plusieurs mois plus tard. L’important, c’est d’être sûre de soi.

 

A découvrir aussi