Méthodes contraceptives : les mythes et les vérités

Il est très important de connaître les mythes et les vérités concernant la pilule contraceptive, non seulement au moment d'éviter une grossesse mais également pour prévenir différentes maladies.

Aujourd’hui nous allons découvrir quelques mythes et vérités des méthodes contraceptives. Ceci est très important car il existe de nombreuses croyances concernant les méthodes contraceptives qui ne sont pas vraies.

Ces mythes autour des contraceptifs font surgir des doutes qui nous font parfois commettre des erreurs. Pour cela, nous allons découvrir aujourd’hui les mythes et les vérités des méthodes contraceptives.

Les mythes des méthodes contraceptives

Nous allons commencer à vous parler de ces mythes autour des méthodes contraceptives et que beaucoup d’entre vous reconnaîtront. Ce sont ces croyances qui sont socialement acceptées comme des vérités et qui n’en sont pas réellement.

  1. La pilule fait grossir

femme ayant des méthodes contraceptives

Il faut faire attention avec le premier des mythes autour des méthodes contraceptives. La raison étant que chaque pilule est différente. Certaines ont de faibles taux d’hormones, d’autres des taux élevés d’oestrogènes… Tout dépendra des besoins de chaque femme et de ses réactions face à la pilule.

A moins que la femme ne souffre de problèmes circulatoires, de poids ou ait des habitudes nocives comme boire de l’alcool ou fumer, de nos jours les pilules ont une dose hormonale qui n’affecte pas les utilisatrices.

C’est pourquoi la pilule ne présente pas ce type d’effets secondaires, sauf dans les cas où la femme souffre d’un des problèmes mentionnés.

Nous vous recommandons de lire : Comment mettre fin au syndrome prémenstruel de manière définitive

2. Le préservatif protège de tout

C’est une grave erreur de penser qu’en utilisant un préservatif nous serons protégés de tout. Ce n’est pas le cas. Non pas parce que le préservatif peut se rompre ou parce qu’il a une efficacité de 90 %, mais pour d’autres raisons.

En plus d’éviter les grossesses, les préservatifs préviennent les MST. Nous disons bien prévenir, car parfois il n’est pas possible de les éviter complètement.

Même si nous utilisons un préservatif, une maladie sexuellement transmissible peut se transmettre, dans quels cas ?

  • S’il y a un minimum de contact avec la peau dans le cas où le préservatif ne couvre pas la totalité du pénis.
  • Si l’on utilise un préservatif seulement pour le sexe vaginal mais pas pour le sexe anal.
  • Dans certains cas les MST se transmettent des organes génitaux à la bouche, c’est pourquoi il faut également se protéger lors du sexe oral.

3. Le DIU ne fonctionne pas

méthodes contraceptives

L’un des autres mythes autour des méthodes contraceptives c’est de croire que le DIU ne fonctionne pas. Comme nous le savons, toutes les méthodes ont un faible pourcentage de dysfonctionnement.

Le DIU possède également ce pourcentage. Quoiqu’il en soit, il est considéré comme une méthode très efficace, qui surpasse la pilule ou l’anneau vaginal.

Par conséquent, le DIU est une méthode contraceptive très confortable, grâce auquel nous pouvons avoir des relations sexuelles en toute tranquillité.

En revanche, il n’est pas recommandé aux femmes n’ayant pas eu d’enfants à cause de l’étroitesse de leur col de l’utérus, ce qui pourrait provoquer des douleurs.

Les vérités sur les méthodes contraceptives

Après avoir vu quelques mythes dont nous avons souvent entendu parler, nous allons parler des vérités sur les méthodes contraceptives. Celles dont on ne nous a peut-être pas parlé, mais auxquelles nous avons donné beaucoup de crédibilité.

  1. La pilule du lendemain permet d’avorter

La pilule du lendemain est une pilule que l’on peut prendre au maximum 72 heures après une relation sexuelle. Plus on laisse passer de temps, moins elle sera efficace.

Cette pilule du lendemain ne doit pas être utilisée de manière habituelle.

La pilule du lendemain contient une grande quantité d’hormones qui provoquera une série d’effets secondaires : douleurs abdominales, léger saignement… Ceci est naturel, car sa fonction est d’éviter l’implantation de l’ovule « fécondée ».

Si cette pilule est utilisée comme méthode contraceptive, elle peut provoquer l’infertilité.

Voir également : Les 7 principales causes de l’infertilité féminine

2. Si j’arrête la pilule je peux tomber enceinte

méthodes contraceptives

C’est quelque chose qu’il faut bien garder à l’esprit car certaines personnes pensent que lorsqu’elles arrêtent la pilule, leur corps a besoin d’un mois ou deux pour pouvoir se remettre en état.

Rien n’est moins éloigné de la réalité. Quand vous arrêtez la pilule, vous pouvez tomber enceinte.

C’est pourquoi, si ce n’est pas votre souhait, mais que vous allez arrêter la pilule, il est important d’utiliser une autre méthode contraceptive pour éviter de tomber enceinte. Le préservatif peut être une bonne option.

3. Les patchs et les injections sont également très efficaces

Bien que le préservatif et la pilule soient les méthodes contraceptives les plus connues, il en existe d’autres qui ont la même efficacité pour empêcher une grossesse. En outre, elles aident également à réduire le syndrome prémenstruel.

Toutefois, les patchs et les injections ne protègent pas des maladies sexuellement transmissibles. C’est pourquoi il serait nécessaire d’utiliser une méthode supplémentaire, comme par exemple le préservatif.

Quels mythes et vérités connaissiez-vous ? Lesquels avez-vous découverts à travers cet article ? Nous vous encourageons à nous parles des autres mythes et vérités sur les méthodes contraceptives que vous connaissez.

Aujourd’hui nous avons seulement parlé des plus importants, mais il en existe bien d’autres !

 

 

Catégories: Médicaments Étiquettes:
A découvrir aussi