Cuba fournit le premier vaccin du cancer du poumon gratuit

· 26 octobre 2016
L'un des premiers bienfaits des nouveaux traités entre Cuba et les États-Unis sera l'apparition du premier vaccin contre le cancer du poumon, développé et testé par des médecins cubains.

Vous souvenez-vous du temps où les vaccins contre les cancer faisaient l’objet de science fiction ?

Chaque jour, nous nous rapprochons de sa matérialisation et les meilleurs scientifiques concentrent tous leurs efforts pour en finir avec ce fléau.

Peu importe sa provenance : tous les pays investissent une partie de leurs ressources dans les traitements et les cures pour cette maladie.

Ils n’hésitent pas à passer des contrats avec les meilleurs cerveaux du monde pour atteindre leur objectif.

Pour preuve, cette découverte dont nous allons parler dans cet article. La première surprise, c’est qu’elle vient d’un accord passé entre les États-Unis et Cuba.

Les deux nations se sont mises d’accord pour partager des informations dans le but de concevoir le premier vaccin contre le cancer du poumon. Les médecins cubains l’ont finalement mis au point.

Cependant, il ne s’agit pas d’un médicament préventif, ni curatif. Il freine l’évolution du cancer, de manière à ce que la douleur devienne chronique mais pas mortelle.

La chimiothérapie ou la radiothérapie ne seraient pas nécessaires. De cette manière, on éviterait l’une des parties les plus difficiles du cancer.

Le premier vaccin contre le cancer du poumon est surprenant

cancer-du-poumon-500x283

Selon le directeur du projet, Fernando Ravsberg, le vaccin présente de nombreuses nouveautés.

Toutes les tumeurs ont en commun une structure très particulière. Elles contiennent une molécule très prononcée qui a une incidence sur leur croissance.

Le vaccin agit sur cette molécule, et l’empêche de se développer.

Le vaccin permettra que la qualité de vie des malades s’améliore. N’importe quelle personne qui a souffert de cancer, directement ou indirectement, sait à quel point c’est important.

Quand l’état de l’affection est très avancé, la qualité de vie est extrêmement altérée, à tel point que certaines personnes décident même d’arrêter de se traiter.

À Cuba, on le transmet déjà aux Cubains. Si vous êtes étranger, la question se complique pour des raisons politiques, mais on peut y arriver.

La première chose qu’il faut faire, c’est prendre contact avec Servimed pour entrer dans le système de santé de Cuba.

Voir aussi : Le secret du village où les habitants ne souffrent ni du cancer, ni du diabète

Le vaccin dans le monde 

femme-cancer-500x334

Malgré les relations compliquées avec Cuba, le vaccin existe aussi au Pérou et au Paraguay.

De son côté, l’Europe est en train de le tester dans différents essais cliniques, même s’ils sont très chers.

De plus, ils vont durer 3 ou 4 ans. Pendant ce temps, les médecins cubains recherchent des investisseurs étrangers pour le financer.

Une fenêtre vient de s’ouvrir pour améliorer les relations du pays avec le reste des grandes puissances.

Einar Blanco, du Centre d’Immunologie Moléculaire cubain (CIM), affirme que cela sera facile grâce à la nouvelle loi d’investissements étrangers à Cuba.

La loi citée permet au CIM de signer des accord avec des membres d’autres pays. Les contrats peuvent se faire dans n’importe quel secteur du projet : recherche, production et commercialisation.

De même, ils peuvent compter sur la zone franche de Mariel, un port énorme qui va se destiner au développement industriel de l’île.

Nous vous recommandons de lire : Détoxifier ses aisselles et prévenir le cancer du sein avec ces étapes simples

Le premier vaccin contre le cancer, un souffle d’espoir

La disponibilité d’un traitement comme celui-ci suppose un avant et un après dans la vie de milliers de personnes.

Il ne s’agit pas de continuer à vivre, mais d’avoir une vie digne, avec les mêmes difficultés que d’autres personnes qui ont une maladie chronique.

vaccin-500x335

D’autre part, le premier vaccin contre le cancer du poumon servira d’inspiration pour le reste.

Les scientifiques pourront utiliser la composition de celui-ci et son processus de création pour développer des solutions similaires pour d’autres organes. C’est pour cela que les médecins ont réagi avec enthousiasme face à la nouvelle.

Il faut savoir que l’on estime à 40% les personnes susceptibles de développer un cancer dans leur vie.

Si l’on sait que c’est la première cause de mort dans le monde, le découragement chez les patients et les docteurs est compréhensible lorsqu’il est détecté. Mais le vaccin contre le cancer du poumon est un souffle d’air frais.