Les grands mythes du trouble bipolaire

25 mars 2017
Beaucoup de gens se laissent avoir par certaines informations incorrectes ainsi que par certains mythes sur la bipolarité, qui ne correspondent pas à la réalité des personnes qui en souffrent.

 

La bipolarité se distingue par certaines changements d’humeur très brusques et soudains, sans que rien d’apparent n’en soit à l’origine.

Mais cela ne la définit pas entièrement. Il existe de grands mythes autour du trouble bipolaire qu’il est important de connaître.

Parfois, nous utilisons cette mention de manière erronée et sans y penser en profondeur.

Peut-être que vous avez déjà entendu des expressions telles que « Ton ami paraît bipolaire », « Pourquoi tu te mets dans cet état ? Tu es bipolaire ou quoi ? ».

Lisez : 5 choses que tu ne sais pas de ma dépression : ma maladie invisible

Pourtant, tout cela ne reste qu’en superficie de ce qu’est ce trouble dans la réalité.

Les grands mythes du trouble bipolaire

Il n’affecterait que l’humeur

Lorsque nous utilisons les phrases que nous avons citées plus haut, nous faisons référence aux émotions, car nous pensons que ce trouble n’affecte que les émotions.

C’est une erreur et l’un des plus grands mythes du trouble bipolaire.

  • La personne qui en est atteinte souffre également de changements et d’altérations du jugement rationnel, de difficultés de concentration et de mémoire.
  • De plus, elle peut aussi avoir des problèmes d’appétit sexuel et des changements dans ses niveaux d’énergie. Ces caractéristiques peuvent entraîner une dépression ou une faible estime de soi.

On ne pourrait pas avoir une vie normale

C’est complètement faux. Les personnes qui souffrent de trouble bipolaire peuvent avoir une vie normale. Connaissez-vous la chanteuse Demi Lovato ? Elle était atteinte de cette maladie.

Le problème de ce trouble, ce n’est pas l’explosion sans raison à certains moments, mais la descente soudaine dans la dépression.

Découvrez aussi : Finissez-en naturellement avec l’épuisement physique et mental

Pour les personnes qui en souffrent, la grande difficulté est de trouver un équilibre. Pour elles, la vie est vue en noire ou en blanc, jamais en gris.

Nous mentirions si nous disions que nous n’avions pas besoin d’aide. C’est très compliqué, même si ce n’est pas impossible, d’atteindre l’équilibre par soi-même.

Mais, être conscient-e du problème, pratiquer le yoga et d’autres activités qui peuvent rendre notre esprit plus flexible et contrôlée peut aider.

Le trouble bipolaire ne serait rien d’autre que des changements d’humeur normaux

Beaucoup de gens pensent que le trouble bipolaire peut être comparé aux changements d’humeur que quelqu’un a lorsqu’un proche meurt, lorsqu’il a raté un examen ou lors d’une autre situation quotidienne triste.

Pourtant, c’est complètement différent. Les changements d’humeur chez la personne bipolaire altèrent ses journées et ses capacités.

Par exemple, peut-être que la pluie vous rend triste. Mais une personne qui souffre de trouble bipolaire peut souffrir de dépression à cause de ce temps.

De même, ces personnes peuvent perdre leur travail car elles ne parviennent pas à se lever du lit et à arriver à l’heure malgré tous les efforts engagés. Et tout cela à cause du fait qu’elles se lèvent tristes et très peu motivées.

Le suicide ne serait pas un gros problème

Attention à cette idée reçue. Il est vrai que les personnes qui souffrent de trouble bipolaire ne cherchent pas à se suicider, mais à contrôler leurs émotions à travers plusieurs pratiques auto-destructrices.

N’oubliez pas : « Je ne supporte plus d’aller au collège » : Diego, 11 ans, se suicide à cause de harcèlement scolaire

Cependant, une grande majorité de ces personnes ont besoin d’accentuer leur mal dans le but de mettre fin à tout ce tourbillon émotionnel et cela passe par la douleur physique.

Il n’y a que de cette manière qu’elles parviennent à se « distraire » et à obtenir le contrôle dont elles ont besoin. Mais parfois, ce contrôle leur échappe.

Ainsi, il est très important de considérer le suicide très au sérieux et de ne pas le considérer comme un mythe.

Les bipolaires seraient des personnes fragiles

Beaucoup de gens qui souffrent de trouble bipolaire peuvent ne pas rechercher d’aide car elles ont l’impression qu’elles sont fragiles si elles ne sont pas capables de contrôler leurs émotions.

Pourtant, souffrir de dépression, d’anxiété ou de tout autre type de maladie ne rend pas plus fragile que les autres.

C’est comme si nous pensions que le fait de multiplier les accidents fait de nous quelqu’un de malchanceux ou de plus maladroit que les autres.

Le trouble bipolaire est tout simplement une condition, qui peut être traitée pour que la personne qui en souffre atteigne l’équilibre dont elle a besoin.

Avant de partir, n’oubliez pas de lire : Découvrez la technique japonaise pour réparer la céramique brisée

Nous devons éliminer ces mythes sur le trouble bipolaire de notre esprit car ils nous empêchent d’approfondir nos connaissances et de découvrir ce qu’il est réellement.

Croire que quelqu’un qui en souffre est quelqu’un de fou ou peut rendre les autres fou/folles car personne ne le comprend n’est pas une attitude mature face à un problème qui épuise et use la personne qui en souffre.

A découvrir aussi