La saignée thérapeutique : qu'est-ce que c'est et quand ce traitement est-il proposé ?

La saignée thérapeutique : qu'est-ce que c'est et quand ce traitement est-il proposé ?
Maryel Alvarado Nieto

Rédigé et vérifié par le médecin Maryel Alvarado Nieto.

Dernière mise à jour : 25 décembre, 2022

La phlébotomie thérapeutique est une procédure dans laquelle une quantité considérable de sang est extraite afin d’améliorer les conditions cliniques des patients. Cette technique, également connue sous le nom de saignée, était fréquemment pratiquée dans l’Antiquité. Les multiples indications dans lesquelles il était utilisé répondaient plus aux croyances de l’époque qu’à un traitement efficace des maladies.

En fait, bon nombre de ces procédures ont fait plus de mal que de bien. Pour cette raison, avec l’avènement de la science et une meilleure compréhension des phénomènes physiopathologiques en cause, la saignée est progressivement tombée en désuétude, remplacée par des traitements plus cohérents avec l’origine de la maladie. Cependant, il existe encore des indications dans lesquelles la saignée reste un outil utile.

En quoi consiste?

L'azote uréique du sang est déterminé dans une étude en laboratoire
La phlébotomie est réalisée avec une aiguille et un sac collecteur.

L’intervention consiste à ponctionner une veine périphérique (généralement de l’avant-bras) avec un kit d’extraction, muni d’une aiguille et relié à une poche de prélèvement de 500 ml.

Il est important de souligner que le volume extrait dépend de la finalité thérapeutique de l’hémorragie ainsi que de l’âge et des conditions cliniques du patient. Grâce à l’aide d’une balance de don de sang, il est possible de suivre en temps réel le volume obtenu.

L’intervention dure entre 20 et 40 minutes au total, elle est réalisée avec le patient en position semi-assise. De son côté, l’emplacement de la poche de prélèvement doit être en dessous du niveau du bras dans l’intervention pour permettre l’extraction du sang par gravité.

Considérations importantes

Le patient qui va subir une saignée thérapeutique doit être évalué avant l’intervention, avec un relevé de ses signes vitaux et avec l’explication pertinente de l’acte. Il est important d’être hydraté et d’avoir bien mangé. Après la procédure, vous devez boire suffisamment de liquide et éviter les changements brusques de position.



Contre-indications de saignement chez les patients atteints de HH

Tous les patients ne sont pas adaptés à ce traitement, donc une autre option thérapeutique est l’érythrophérèse. Dans certains cas, où aucun de ces traitements ne peut être mis en œuvre, l’utilisation de chélateurs du fer peut être utilisée. Cependant, ceux-ci n’ont pas montré une bonne efficacité. La saignée thérapeutique est contre-indiquée dans les situations suivantes :

Phlébotomie thérapeutique dans la porphyrie cutanée tardive

La corticotropine est dosée dans le sang
Le médecin déterminera le saignement comme traitement en tenant compte de la maladie et de l’état général du patient.

Une autre condition dans laquelle l’accumulation de fer dans le corps peut être associée est la porphyrie cutanée tardive. Dans ce trouble, une enzyme hépatique responsable de la dégradation des porphyrines est affectée, c’est pourquoi ces molécules sont augmentées chez ces patients.

Les principales manifestations cliniques comprennent l’apparition de lésions sur les zones exposées de la peau (photosensibilité) et divers degrés d’altération de la fonction hépatique.

Chez ces patients, la réalisation de saignées répétées est un traitement de premier choix, dont l’objectif est de réduire le taux de fer. La raison en est que, outre le fait que l’excès de métal cause des dommages aux organes, il entraîne également l’inhibition de l’enzyme hépatique. Par conséquent, en réduisant ces dépôts, cette enzyme serait libérée, avec pour conséquence la diminution des porphyrines accumulées.

Recommandations thérapeutiques dans la porphyrie cutanée tardive

L’indication de traitement par saignée doit être individualisée avec des contrôles périodiques des indices sanguins. De manière générale, les extractions sont espacées dans le temps jusqu’à ce que des valeurs acceptables soient atteintes.

Cependant, en raison de la tendance à produire des récidives, il est nécessaire d’évaluer la nécessité de traitements d’entretien. L’utilisation d’antipaludéens associés à des saignements a également été décrite chez ces patients.



Syndrome d’Eisenmenger

Diverses cardiopathies congénitales entraînent une augmentation de la résistance vasculaire pulmonaire, avec pour conséquence l’apparition d’une hypertension pulmonaire. Dans les cas les plus graves, le syndrome d’Eisenmenger se développe.

Dans celui-ci, en raison de divers mécanismes pathologiques, une obstruction à la circulation sanguine apparaît dans les capillaires des poumons, entravant l’échange d’oxygène et déclenchant la présence d’une hypoxémie.

Le résultat est que l’organisme tente de compenser ce déficit par une plus grande production d’érythrocytes, car ils sont chargés de transporter l’oxygène vers les différentes cellules du corps. Cependant, avec plus d’érythrocytes circulant dans la circulation sanguine, la proportion des éléments figurés du sang (hématocrite) augmente, ce qui entraîne une augmentation de sa viscosité.

Cette fluidité moindre déclenche des symptômes regroupés sous le terme de syndrome d’hyperviscosité, qui peuvent être atténués par la réalisation d’une saignée thérapeutique.

Cependant, contrairement à l’hémochromatose, dans le syndrome d’Eisenmenger, cette technique n’est pas un traitement définitif. De plus, son application entraîne une diminution des réserves de fer et, par conséquent, elle doit être considérée avec prudence chez chaque patient.

Maladies pulmonaires chroniques et phlébotomie thérapeutique

De même, diverses affections pulmonaires conduisent à une hypoxie chronique et à une production accrue d’érythrocytes, avec le développement conséquent d’un syndrome d’hyperviscosité.

Pour cette raison, la phlébotomie peut être considérée comme une option pour traiter les symptômes et améliorer l’état des patients. Cependant, les études examinées ne permettent pas un suivi à long terme, ce qui rend le bénéfice de la technique discutable.

La controverse sur la phlébotomie thérapeutique

Certains auteurs appellent à réfléchir sur le rejet systématique du sang extrait des patients atteints d’hémochromatose dans de nombreux pays. Il a été démontré que la qualité des produits sanguins de ces patients est égale ou supérieure à celle des donneurs réguliers des banques de sang. De plus, ils considèrent que la mise au rebut de ces unités est un gaspillage inestimable, puisque l’exécution de la saignée est généralement périodique.

De la même manière, ils font allusion au fait que la seule justification pour ne pas autoriser l’utilisation de ces composants est qu’il ne s’agit pas essentiellement d’un don altruiste car le patient obtient un bénéfice pour la santé en subissant une saignée thérapeutique.

Cependant, ils préviennent qu’après l’extraction du sang, la décision de donner ou non doit être considérée comme une attitude désintéressée. Par conséquent, ils soulignent qu’il est nécessaire d’évaluer cette possibilité. Ces mêmes auteurs précisent à la population générale que, s’agissant d’une maladie génétique, l’hémochromatose héréditaire ne se transmet pas par transfusion.



  • Domarus, A.; Farreras, P.; Rozman, C.; Cardelach, F.; Nicolás, J; Cervera, R.; Farreras Rozman. Medicina Interna; 19na Edición; Elsevier; 2020.
  • Ortiz, I.; Paredes, J.; López, A.; Moreno, E.; Hemocromatosis: Etiopatogenia, Diagnóstico y Estrategia Terapéutica; Medicine: Programa de Formación Médica Continuada Acreditado; Elsevier; 19 (19): 1153 – 1561; 2012.
  • Tapias, M.; Idrovo, V.; Hemocromatosis Hereditaria; Asociaciones Colombianas de Gastroenterología, Endoscopia Digestiva, Coloproctología y Hepatología; Revistra Colombiana de Gatroenterología; 21 (4): 278 – 285; 2006.
  • Adams, P.; Altes, A.; Brissot, P.; Butzeck; B.; Cabantchik, I.; Cançado, R.; Distante, S.; Evans, P.; Evans, R.; Ganz, T.; Girelli, D.; Hultcrantz, R.; McLaren, G.; Marris, B.; Milman, N.; Nemeth, E.; Nielsen, P.; Pineau, B.; Piperno, A.; Porto, G.; Prince, D.; Ryan, J.; Sanchez, M.; Santos, P.; Swinkles, D.; Teixera, E.; Toska, K.; Vanclooster, A.; White, D.; Recomendaciones Terapéuticas en Hemocromatosis con el Genotipo Homocigoto HFE p.Cys282Tyr (C282Y/C282Y); Haemochromatosis International; 2018.
  • Hernández, A.; Hemocromatosis, Donación de Sangre y Altruismo; Bioètica & Debat: Tribuna Abierta del Institut Borja de Bioètica; 42: 8 – 11; 2005.
  • Romero, M.; La Hemocromatosis como Polémica Fuente de Donación de Sangre; Medicina Clínica; 128 (13): 515; 2007.
  • Sandoval, J.; Síndrome de Eisenmenger: Avances en la Patobiología y Tratamiento; Archivos de Cardiología de México; 72 (Suplemento 1): S207 – S211; 2002.
  • Toloza, L.; Flebotomía Terapéutica en Pacientes con Neumopatía Crónica: Estudio Observacional de un Grupo de Pacientes Atendidos en un Banco de Sangre a 2600 m.s.n.m.; Trabajo de Grado; Universidad Nacional de Colombia; Facultad de Medicina; Departamento de Medicina Interna; 2015.
  • Calderón, J.; Sandoval, J.; Beltrán, M.; Hipertensión Pulmonar y Cardiopatía Congénita Asociado a Síndrome de Eisenmenger; Archivos de Cardiología de México; 85 (1): 32 – 49; 2015.
  • Góngora, R.; La Sangre en la Historia de la Humanidad; Revista Biomédica; 16: 281 – 288; 2005.
  • Parker, D.; Deel, P.; Arner, S.; Los Detalles de la Flebotomía Terapéutica; Nursing, 22 (10): 40 – 41; 2002.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.