Le contrôle de soi n’est inné, il s’apprend

· 23 novembre 2016
Le contrôle de soi est un mécanisme que nous utilisons pour obtenir ce que nous souhaitons mais qui demande un temps d'attente. Nous savons que nous pouvons l'atteindre. La question est de savoir si nous le méritons.

Il n’y a probablement pas de compétence psychologique aussi importante que le contrôle de soi.

Atteindre l’équilibre émotionnel suffisant pour résister à nos impulsions nous conduit sans aucun doute à un plus grand bien-être.

Dans cet article, nous allons creuser la question.

Voici une pomme et un gâteau au chocolat. Même si vous vous êtes promis de ne pas toucher plus d’aliments que ceux de votre régime, vos mains glissent nerveusement vers la portion la plus appétissante de votre réfrigérateur.

Cette situation ou des situations similaires vous sont sûrement familières. Il est fréquent qu’un objectif à long terme (perdre du poids par exemple) entre en conflit avec d’autres plaisirs immédiats (le gâteau au chocolat).

Si nous réussissons à contrôler ces impulsions de jouissance immédiate et momentanée, nous éviterons à nos objectifs et à notre motivation de disparaître.

enfant-en-equilibre-sur-une-corde-avec-deux-elephants

Pourquoi perdons-nous le contrôle ?

Nous sommes très motivés pour perdre du poids mais pourtant, nous finissons pas succomber à la tentation.

Qu’est-ce qui détermine cela ?

Nous pourrions parler de deux systèmes psychologiques qui interviennent dans le contrôle de soi : le système impulsif et le système réflexif.

  • Notre système impulsif passe sa vie à la recherche de stimulations et d’éléments qui nous garantissent le plaisir (le gâteau, par exemple).

La magnitude de ces impulsions n’est pas la même à chaque moment ni chez chaque personne, mais dépend de multiples circonstances et dispositions. C’est pour cela qu’il est conseillé de ne pas aller faire ses courses quand on a faim.

  • Notre système réflexif agit en planifiant et en élaborant les conséquences de notre comportement.

Penser à ce que l’on va faire demande de nombreux efforts et capacité d’auto-gestion, mais c’est rentable si on considère ce que l’on va gagner.

Si nous le faisons avec assiduité, aller à la salle de sport deviendra une habitude et non pas un supplice. 

Souvenez-vous qu’il suffit de 21 jours pour acquérir une habitude.

equilibre-emotionnel

La report de la gratification et le succès dans la vie

Le meilleur exemple pour illustrer l’importance d’avoir la capacité de repousser les plaisir et de tolérer la frustration se trouve dans l’enfance.

C’est difficile pour un enfant d’accepter l’interdiction de jouer au ballon dans un endroit fermé ou de manger un bonbon si ce dernier se trouve en face de lui et que personne ne le surveille (et même, parfois, il se sait observé mais le mange sans réfléchir).

Le psychologue Walter Michel a étudié cette question en faisant une jolie expérience : le test des bonbons.

Le report de la gratification consiste à contrôler l’impulsion immédiate d’avoir envie de manger le bonbon, pour ensuite obtenir plus de bonbons.

Il y a donc un lien entre le contrôle de soi et le succès dans la vie car on accepte que se mesurer et se contenir dans l’optique d’un plus grand bénéfice est la clé du succès.

8 clés pour le développement du contrôle de soi

Comme nous l’affirmons dans le titre de ce article, le contrôle de soi n’est pas inné, il s’apprend. C’est pour cela qu’il est indispensable de découvrir ce qu’ont en commun les personnes qui réussissent à arrêter la cigarette, à perdre du poids ou à faire un marathon.

  1. Elles prennent conscience des risques et des conséquences négatives qu’implique un certain comportement. C’est-à-dire qu’elles élaborent des règles du type “si… alors…”. Cela leur permet de ne pas trop dévier de leur objectif, grâce à l’anticipation.
  2. Elles augmentent leur engagement personnel en expliquant à leur entourage quels sont leurs objectifs et leur programme d’action.
  3. Elles transforment leurs objectifs abstraits en petites étapes ou tâches concrètes. 
  4. Elles se réjouissent des succès partiels, de la réussite de leurs objectifs et fêtent cela.
  5.  Elles modifient leurs impulsions en établissant une association d’idées entre l’aspect extérieur de la tentation et quelque chose d’autre.
  6. Elles entraînent leur mémoire pour avoir des moteurs accessibles dans leur esprit.
  7. Elles réfléchissent aux situations qui supposent un risque pour leur succès.
  8. Elles font des pauses et prennent des moments de repos pour réussir à restaurer leurs ressources mentales et leur motivation. 

En définitive, le chemin du contrôle de soi passe par le fait de savoir gérer ses tentations et profiter de ses forces.

C’est pour cela qu’à chaque fois que nous tombons sur un dilemme entre une situation immédiate et un objectif à long terme, nous ne devons pas oublier que notre système impulsif et notre système réflexif sont en train de s’affronter.

Lequel mérite de gagner la bataille ?