Le sang artificiel pour les transfusions, qu’est-ce que c’est ?

15 novembre 2020
Respiration artificielle, cœurs artificiels... Est-il possible que du sang artificiel puisse également être développé ? C'est ce que nous allons découvrir dans cet article.

Chaque année, des dizaines de bus traversent de nombreuses villes pour que les gens puissent donner leur sang. La demande augmente, surtout en été, où le nombre d’accidents est souvent en hausse. Cependant, il faut encore plus de donateurs. Mais est-il possible que cela puisse être résolu grâce au sang artificiel ?

Les nouvelles sur la possibilité de créer du sang artificiel peuvent être trouvées dans le Digital Journal. Cette information s’est répandue très rapidement. A tel point qu’elle a même été reprise par plusieurs journaux. La raison ? Le sang artificiel pourrait être la solution à une demande qui, de nos jours, ne cesse de croître.

Recherches sur le sang artificiel

Un homme donnant son sang.
Le sang artificiel ouvre la voie à une nouvelle forme de don qui est facilement et rapidement accessible à des millions de personnes.

Bien que la possibilité d’utiliser du sang artificiel pour les transfusions ait attiré l’attention du monde entier, des recherches sont toujours en cours pour savoir si cette technique peut être réellement viable ou si elle restera une procédure expérimentale.

Des recherches et des études beaucoup plus approfondies sont nécessaires avant que le sang artificiel puisse être confirmé comme nouvelle méthode de transfusion sanguine. Cependant, nous verrons ci-dessous comment se déroule cette procédure qui, à l’avenir, pourrait être un moyen très efficace de sauver des milliers de vies.

L’étude ErythroMer

C’est le nom de l’étude qui a été présentée à l’American Society of Hematology (ASH) pour faire connaître cette nouvelle découverte. Les chercheurs qui ont participé à cette étude appartiennent à l’Université de Washington et ont réalisé quelque chose de totalement novateur qui pourrait sauver des milliers de vies.

Le nom de l’étude n’est pas une coïncidence. Le terme ErythroMer fait référence à un composant qui peut remplacer le sang. Bien que son degré de coïncidence avec les globules rouges ne dépasse pas 10 %, les chercheurs pensent que même avec ce pourcentage, l’ErythroMer servirait à stabiliser un patient en situation d’urgence.

C’est certainement très prometteur. Il existe différentes situations où le sang est nécessaire immédiatement ou des régions où le sang des donneurs n’est pas disponible assez rapidement. ErythroMer pourrait être la solution à ces problèmes. Mais quelle est la procédure à suivre ?

Lire : En quoi consiste la transplantation cardiaque ?

Le sang artificiel et sa procédure

Des fioles de sang.
ErythroMer promet d’être le substitut du sang humain, bien qu’il soit encore peu compatible avec les globules rouges.

Les chercheurs impliqués dans cette étude ont conçu l’ErythroMer sous forme de poudre. Ce composant contient des cellules artificielles qui remplissent les mêmes fonctions que les globules rouges. Cependant, s’il est sous forme de poudre, comment est-ce possible d’effectuer une transfusion ?

  • L’ErythroMer est mélangé à de l’eau pour pouvoir être injecté.
  • Ce composant est conservé à température ambiante.
  • Les utilisateurs peuvent le transporter dans un colis.

Ainsi, où que vous soyez, il vous suffit d’ouvrir ce paquet, de mélanger la poudre avec de l’eau et de donner immédiatement une transfusion sanguine à la personne qui en a besoin. Un substitut portable au sang humain lui-même qui peut sauver beaucoup plus de vies que nous pourrions le penser.

Cela peut vous intéresser : Pourquoi est-il important de donner son sang pendant l’été ?

Les attentes concernant le sang artificiel

Du sang artificiel a déjà été testé sur des animaux et les résultats obtenus sont assez bons. Les tests qui ont été effectués ont permis de réanimer des animaux qui étaient en état de choc. Cependant, des tests sont encore en cours avant que cette méthode n’atteigne l’homme.

Les attentes sont assez élevées. Dans une guerre, par exemple, cela pourrait signifier sauver des vies avec un taux de réussite assez élevé. Cela peut également être positif dans les régions éloignées. Nous devons garder à l’esprit qu’à l’heure actuelle, il n’existe pas de méthodes simples pour transporter les dons de sang. Par conséquent, ErythroMer pourrait être la solution.

Nous devrons attendre des recherches plus approfondies avant de pouvoir confirmer qu’ErythroMer pourrait être la nouvelle façon de procéder aux transfusions sanguines. Nous suivrons de près les études qui continuent à être menées et nous espérons que les résultats seront probants. La façon dont nous concevons aujourd’hui le sauvetage des vies peut changer radicalement.

  • Barbosa, Fabiano Timbó, Jucá, Mário Jorge, Castro, Aldemar Araujo, Duarte, José Lira, & Barbosa, Luciano Timbó. (2009). Artificial oxygen carriers as a possible alternative to red cells in clinical practice. Sao Paulo Medical Journal, 127(2), 97-100. https://dx.doi.org/10.1590/S1516-31802009000200008
  • Bialas, C., Moser, C., & Sims, C. A. (2019). Artificial Oxygen Carriers and Red Blood Cell Substitutes: An Historic Overview and Recent Developments Toward Military and Clinical Relevance. The journal of trauma and acute care surgery.
  • Kobayashi, K., Tsuchida, E., & Horinouchi, H.. (2005). Artificial oxygen carrier: its front line. Revista do Instituto de Medicina Tropical de São Paulo, 47(1)https://dx.doi.org/10.1590/S0036-46652005000100010