Journée mondiale du donneur de sang : faire un don sauve des vies

28 août 2020
La Journée mondiale du donneur de sang est célébrée le 14 juin de chaque année, sur ordre de l'Organisation Mondiale de la Santé. Le thème de cette année est « Du sang sûr pour tous ».

Tous les 14 juin, le monde entier célèbre la Journée mondiale du donneur du sang. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a fixé cette date en l’honneur du scientifique Landsteiner, afin de renforcer le message qu’elle souhaite transmettre.

Landsteiner était un biologiste autrichien né le 14 juin 1868. Il est devenu célèbre dans le domaine scientifique en découvrant comment établir le type des groupes sanguins à partir du système ABO. Sur cette base, il a reçu le prix Nobel en 1930.

Chaque année, à l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang, un comité imagine une devise. En 2020, la devise choisie a été « Du sang sûr pour tous ». L’objectif était de sensibiliser sur les mesures de biosécurité à prendre pour extraire, stocker et transfuser le sang humain.

N’oublions pas que le sang est un élément que nous ne pouvons pas fabriquer artificiellement. La seule façon d’administrer cette substance une personne dans le besoin passe par le don.

Qu’entend-t-on par “sang sûr” ?

La Journée mondiale du donneur de sang souligne non seulement la solidarité de ceux qui donnent, mais aussi le travail des banques de sang qui gèrent et préservent les échantillons. La sécurité du sang, afin que les patients receveurs ne développent pas d’infection, se trouve être la clé du processus.

Un sang sûr est un sang qui n’incube pas de microorganismes pathogènes et qui ne contient pas de substances toxiques. Cela comprend les virus, les bactéries, les champignons et les parasites.

Il y a plusieurs décennies, la transmission d’agents pathogènes dans le sang des dons était un problème majeur. Le monde a connu des cas d’hépatite C et de maladie de Chagas en raison du manque de biosécurité dans les transfusions.

Heureusement, au fil du temps, les systèmes de contrôle et de détection des pathologies dans le sang des dons ont été améliorés. Aujourd’hui, plusieurs maladies sont testées une fois le don de tissu reçu. Des tests sont effectués pour l’hépatite, le virus de l’immunodéficience humaine, la syphilis, la maladie de Chagas et la brucellose.

Si le sang d’un donneur est détecté positif à une maladie, il n’est pas conservé. Dans le même temps, le protocole indique d’avertir le donneur afin qu’il puisse recevoir les conseils et le traitement correspondants.

Découvrez aussi : L’utilisation du sang de patients atteints de coronavirus guéris est à l’étude

La journée mondiale du donneur de sang lutte pour un sang sûr.

Le sang sûr est aussi un bien non commercial

La journée mondiale du donneur de sang nous rappelle le caractère volontaire du don. Personne ne peut vous forcer à faire un don, et vous ne devriez pas non plus recevoir d’incitation financière à le faire. La commercialisation des dons de sang reste interdite dans tous les pays.

Par conséquent, la sécurité dépend également des politiques publiques. La mise en oeuvre de ces politiques protège la vie privée des donateurs et leur intégrité. L’acte doit rester volontaire et altruiste, sans soumission à des conditions de paiement.

Dans le contexte économique mondial, maintenir ce statut est difficile. La plupart des dons de sang se concentrent sur les pays plus riches, laissant le reste de la population avec moins de tissus disponibles, ce qui favorise le trafic et la commercialisation.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Pourquoi est-il important de donner son sang pendant l’été ?

Journée mondiale du donneur de sang : qui peut faire un don ?

Bien que le don soit encouragé chez toute la population, certaines restrictions s’appliquent cependant pour prendre soin de la santé de ceux qui font un don. De plus, afin d’assurer la qualité du sang stocké, il existe des groupes de personnes dont les dons ne sont pas acceptés, comme le personnel de santé, car ils pourraient incuber une maladie en raison de leur profession.

Concernant le poids, il est demandé que le donneur pèse plus de 50 kilogrammes. Quant à l’âge, le don est réservé aux personnes entre 18 et 65 ans, pour des raisons juridiques et en raison d’éventuels effets indésirables, qui, bien que minimes, tendent à apparaître à partir d’un certain âge.

Au cours d’une année, une même personne ne doit pas donner plus de 3 à 4 fois. Cette recommandation se base sur le temps de remplacement des globules rouges, qui varie de 90 jours à 3 mois. Espacer les dons de cette manière donne à la moelle osseuse suffisamment de temps pour récupérer.

Pour déterminer la viabilité du don, une personne de l’équipe de professionnels de la santé mène l’entrevue initiale. S’il remplit toute les conditions, le donneur est alors admis.

La journée mondiale du donneur de sang incite à sauver des vies.

Journée mondiale du donneur de sang et conscience de sauver des vies

Bien que cela puisse sembler un petit acte, le don de sang sauve des vies. Grâce aux banques de tissus sanguins, il est possible d’améliorer la survie lors des chirurgies complexes et de traiter les maladies hématologiques congénitales.

La journée mondiale du donneur de sang est une question de solidarité et de reconnaissance de ceux qui, sans intérêt, se soucient de la santé des autres. Nous pouvons être des donneurs et aider dans notre zone géographique. Si vous vous adressez à une banque de sang, elle saura vous conseiller à cet égard.

 

  • Cuadros-Aguilera, Pol. “Salus Populi, principio de no lucro y deber cívico de donar sangre.” Revista de bioética y derecho 40 (2017): 115-124.
  • Cabana, Araceli Faraldo, María Pérez Galán, and Sara Asensio Arredondo. “Motivaciones para donar sangre entre el personal sanitario.” RECIEN: Revista Electrónica Científica de Enfermería 14 (2017): 2.
  • Hernández, MA Puig. “La donación de sangre. Historia y crítica de su regulación.” Revista de Derecho UNED 23 (2018): 801-805.
  • Aguirre, Sofía, Agustín Bazzani, and Mauro Casciati. “La problemática de la donación de sangre voluntaria no remunerada.” Evidência: Actualización en la Práctica Ambulatoria 16.1 (2013): 2-4.