L’utilisation du sang de patients atteints de coronavirus guéris est à l’étude

21 mai 2020
L'utilisation du sang de patients atteints de coronavirus guéris peut être utile pour transfuser les anticorps à une autre personne atteinte de l'infection en cours. Que sait-on jusqu'à présent ? Nous vous l'expliquons dans cet article.

Le coronavirus est le virus qui a généré la pandémie qui ébranle le monde. Comme il s’agit d’un nouveau virus, il n’existe pas de traitement établi et on ne sait que très peu de choses sur toutes ses caractéristiques. C’est pourquoi, l’utilisation du sang de patients guéris est à l’étude en tant que traitement possible.

Les coronavirus sont en réalité une famille de virus. Le nouveau coronavirus est apparu dans la ville de Wuhan en décembre 2019. Comme nous le disions, puisqu’il s’agit d’une situation d’urgence, il n’existe toujours pas d’études qui puissent affirmer avec des preuves réelles quoi que ce soit.

Cependant, grâce à toutes les recherches en cours, les aspects de la maladie sont de mieux en mieux connus de jour en jour. Par exemple, les facteurs de risque de mortalité ou les traitements qui fonctionnent le mieux chez les patients.

Dans cet article, nous vous expliquons l’étude qui est menée sur l’utilisation du sang de patients guéris de coronavirus chez d’autres personnes infectées. C’est une technique qui est connue pour améliorer considérablement le cours des maladies autres que le coronavirus.

En quoi consiste l’utilisation du sang des patients guéris ?

Les études portant sur le sang des personens guéries du coronavirus

L’utilisation du sang de patients atteints de coronavirus guéris est une technique qui a commencé à être utilisée et qui est toujours à l’étude. Toutefois, cette même technique a été utilisée dans le passé pour le traitement d’autres infections, telles que le virus Ebola.

Ce traitement est basé sur un mécanisme appelé immunité passive. Lorsqu’une personne surmonte une infection, c’est grâce à des molécules spécifiques contre le virus qui a causé l’infection. Ce sont les anticorps.

Ces anticorps circulent dans le sang de cette personne et sont capables de neutraliser le virus. L’idée est que si nous introduisons ces anticorps chez une personne atteinte de l’infection, ils peuvent l’aider à combattre le virus plus efficacement.

Actuellement, cette technique a été mise en oeuvre aux Etats-Unis et dans certaines villes d’Espagne, entre autres. Cependant, elle ne peut être utilisé que pour les patients qui sont dans un état critique. En outre, il doit être démontré que l’autre personne a complètement éliminé le coronavirus de son corps.

Cet article pourrait également vous intéresser : Le coronavirus ne se transmet pas dans l’air, selon l’OMS

Comment cette technique est-elle appliquée ?

Un médecin faisant une prise de sang à une femme guérie du coronavirus

Pour pouvoir utiliser le sang comme traitement d’une personne infectée par le coronavirus, différentes conditions doivent être remplies. Tout d’abord, comme nous l’avons mentionné, il est essentiel de vérifier que l’autre personne a éliminé le virus de son corps.

Pour vérifier cela, on effectue un test appelé PCR. En effet, la personne ne peut présenter aucun symptôme de l’infection. De plus, le patient qui doit recevoir le sang est généralement dans un état critique, car on ne sait pas encore si le traitement est vraiment efficace.

En réalité, ce que l’on prélève sur la personne guérie sont des perfusions de plasma. Le plasma est le fluide présent dans le sang sans cellules sanguines. Ce plasma contient les anticorps nécessaires pour neutraliser le virus en théorie.

Les scientifiques mesurent le niveau d’anticorps et vérifient si le plasma est exempt d’autres maladies. Une fois que tout est fait, ce plasma est transfusé au patient qui a l’infection active.

Lisez également : Le coronavirus est-il sexuellement transmissible ?

Utilisation du sang de patients guéris du coronavirus : que faut-il préciser ?

L’utilisation de sang avec des anticorps contre une infection est une technique assez ancienne. Elle a donné de bons résultats dans certaines infections comme la grippe espagnole ou le virus Ebola. Toutefois, nous ne pouvons pas oublier que, dans le cas du coronavirus, il s’agit d’une étude en cours.

Par conséquent, bien qu’il s’agisse d’une possibilité de traitement et qu’il commence à être utilisé, nous ne pouvons toujours pas garantir son efficacité. Cependant, en raison de la base de la technique, la plupart des scientifiques en attendent de bons résultats.

  • Madrid estudia usar plasma sanguíneo de pacientes curados de la COVID-19 para tratar casos graves. (n.d.). Retrieved April 1, 2020, from https://www.agenciasinc.es/Noticias/Madrid-estudia-usar-plasma-sanguineo-de-pacientes-curados-de-la-COVID-19-para-tratar-casos-graves
  • ¿Es el plasma de pacientes que superan el Covid-19 un posible antídoto? (n.d.). Retrieved April 1, 2020, from https://gacetamedica.com/investigacion/es-el-plasma-de-los-pacientes-que-superan-el-covid-19-un-posible-antidoto/
  • Blood from people who recover from coronavirus could provide a treatment – The Washington Post. (n.d.). Retrieved April 1, 2020, from https://www.washingtonpost.com/health/2020/03/27/coronavirus-serum-plasma-treatment/
  • FDA. (2020). Investigational COVID-19 Convalescent Plasma – Emergency INDs, (March 24, 2020),
    Available in https://www.fda.gov/vaccines-blood-biologics/investigational-new-drug-ind-or-device-exemption-ide-process-cber/investigational-covid-19-convalescent-plasma-emergency-inds