Le coronavirus est-il sexuellement transmissible ?

22 mai 2020
Le coronavirus SARS-CoV-2 se transmet essentiellement via les gouttelettes de sécrétions respiratoires. Il n'est pas présent dans les fluides sexuels. Néanmoins, l'acte sexuel implique une proximité et une intimité qui peuvent représenter un risque. Sachez-en plus sur les mécanismes de transmission de ce virus.

À l’heure actuelle, en raison de la pandémie qui secoue la planète, nous n’entendons parler que du coronavirus. Les doutes sur l’infection au coronavirus augmentent, car les sources informatives sont de plus en plus nombreuses et certaines d’entre elles ne sont pas fondées scientifiquement. Ce virus est-il sexuellement transmissible ?

S’agissant d’un nouveau virus, nous savons très peu de choses sur la COVID-19. C’est pourquoi, à l’heure actuelle, nombreuses sont les recherches et les études en cours pour mieux connaître ce virus.

Néanmoins, nous savons comment ce virus se transmet. Nous vous expliquons ici quels sont les mécanismes de transmission de ce virus tout en mettant l’accent sur le risque de transmission lié au sexe.

Le coronavirus, qu’est-ce que c’est ?

Les coronavirus constituent une famille de virus. Le SARS-CoV-2 est le nom attribué à cette nouvelle souche qui est apparue en décembre 2019 dans la ville de Wuhan en Chine. C’est un virus qui peut provoquer différents tableaux cliniques.

Il convient de préciser tout d’abord que nombreuses sont les personnes infectées qui ne présentent aucun symptôme. Autrement dit, elles présentent une forme asymptomatique de l’infection. Cela concerne notamment les enfants et les plus jeunes. Mais ce virus peut également provoquer l’apparition de symptômes similaires à un rhume ou encore à une grippe. Dans les cas les plus graves, ce virus peut provoquer une insuffisance respiratoire, et même la mort.

Les personnes âgées et celles dont le système immunitaire est affaibli sont les groupes de la population qui présentent le plus grand risque de souffrir de complications à cause de l’infection au coronavirus. Mais, comme nous vous le disions à l’instant, nombreuses sont les personnes qui présentent une forme asymptomatique de l’infection, raison pour laquelle nous pouvons dire que le risque de transmission est encore plus élevé qu’il n’y paraît.

Un coronavirus

Cet article peut également vous intéresser : Voici comment le coronavirus infecte les cellules

Comment se transmet le coronavirus ?

Les scientifiques ont découvert que le coronavirus se transmet via les gouttelettes des sécrétions respiratoires. Nous expulsons ces gouttelettes lorsque nous toussons, éternuons et même lorsque nous parlons.

C’est pourquoi nous entendons souvent dire que le virus se propage de personne en personne. La distance de sécurité de 1-2 mètres que nous devons maintenir les uns des autres permet d’éviter la contamination ; l’aérosol des gouttelettes se désintègre à une plus grande distance et ne reste pas dans l’air.

Mais les gouttelettes respiratoires ne constituent pas le seul vecteur de contamination. Nous pouvons également être contaminés après avoir touché une surface ou un objet contaminé, d’où l’insistance sur l‘importance de se laver fréquemment les mains.

Cet article peut également vous intéresser : Le savon, l’ennemi du coronavirus

Le coronavirus est-il sexuellement transmissible ?

Il n’y aucune preuve indiquant que le coronavirus est présent dans les sécrétions vaginales ou dans les fluides sexuels des hommes. Ainsi, techniquement, le virus n’est pas sexuellement transmissible. Néanmoins, le sexe est un acte très intime qui implique une très grande proximité.

Prenons l’exemple des baisers. La plupart des personnes s’embrassent pendant l’acte sexuel. Étant donné que le virus se propage via les gouttelettes des sécrétions respiratoires, les baisers supposent un risque majeur.

Par ailleurs, de manière générale, le contact intime avec toute personne suppose un risque, car nous ignorons si l’autre est infecté ou non. À l’heure actuelle, de nombreux pays sont en quarantaine. Il est déconseillé de rendre visite à ses proches et encore moins d’avoir des relations intimes avec quelqu’un qui n’est pas en quarantaine sous le même toit que soi.

La situation des personnes confinées ensemble est différente. Pour ces personnes qui partagent un même toit, le sexe ne fait pas partie des contre-indications pendant la période de quarantaine. D’ailleurs, si les deux membres du couple ne présentent aucun symptôme et s’ils n’ont pas été directement exposés au virus, il n’ont aucune raison de s’inquiéter.

Le coronavirus est-il sexuellement transmissible ?

En somme, le coronavirus n’est pas sexuellement transmissible, mais…

Le coronavirus ne se transmet pas via les fluides sexuels. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas prendre certaines précautions. L’acte sexuel implique une intimité et une proximité qui peuvent représenter un risque de contamination. Dans le cas où vous êtes confiné avec votre partenaire, si vous êtes tous les deux hors de danger, le sexe ne constitue pas une contre-indication.

Par ailleurs, il convient de garder à l’esprit qu’il existe bien d’autres pratiques sexuelles qui n’impliquent pas de contact, ni une pénétration. Puisqu’il ne faut pas interagir avec d’autres personnes en cette période de confinement, vous pouvez explorer d’autres alternatives.

Vous pouvez, par exemple, tenter d’entretenir l’érotisme via des appels vidéo, des lectures érotiques ou encore la masturbation. L’important est de prévenir au maximum l’infection et de ne pas mettre en danger sa santé ni celle des autres.

  • ¿Hay que dejar de tener sexo por el coronavirus? (n.d.). Retrieved March 26, 2020, from https://theobjective.com/further/hay-que-dejar-de-tener-sexo-por-el-coronavirus/
  • Hussein, Julia. « COVID-19: What implications for sexual and reproductive health and rights globally?. » (2020): 1-4.
  • Tian, Huaiyu, et al. « Early evaluation of transmission control measures in response to the 2019 novel coronavirus outbreak in China. » medRxiv (2020).
  • Li, Long‐quan, et al. « 2019 novel coronavirus patients’ clinical characteristics, discharge rate and fatality rate of meta‐analysis. » Journal of Medical Virology (2020).