Voici comment le coronavirus infecte les cellules

22 mai 2020
Sur les images publiées par l'Institut des allergies et des maladies infectieuses des Étas-Unis, nous pouvons voir en gros plan comment le coronavirus infecte les cellules. Nous vous en disons plus sur le sujet dans cet article. 

Le National Institute of Allergy and Infectious Diseases des États-Unis (NIAD) a récemment publié quelques images prises au microcoscope électronique pour montrer comment le coronavirus infecte les cellules. Les images sont disponibles sur le compte Flickr de l’institution.

La microscopie électronique permet de photographier ces petits mondes invisibles pour l’œil humain. Les images sont ensuite éditées : certaines couleurs sont supprimées ou ajoutées afin de mieux faire ressortir le contenu de l’image.

Dans le cas qui nous concerne, le NIAD a eu recours à un microscope électronique de dernière génération appartenant au Integrated Research Facility de Maryland. Là, ont été analysés des échantillons d’un patient infecté par le SARS-CoV-2.

Ces images nous offrent un panorama de la méthodologie infectieuse du coronavirus qui est à l’origine de la pandémie actuelle. Cette pandémie a commencé à la fin de l’année 2019 dans la ville de Wuhan en Chine. Le virus continue de se propager partout dans le monde et a déjà infecté plus de 400 000 personnes.

Comment le coronavirus infecte les cellules ?

Savoir comment le coronavirus infecte les cellules est clé pour la prévention et le traitement de la maladie. Comme vous l’aurez déjà entendu dire par de nombreuses personnes, nous sommes face à un ennemi invisible sur lequel nous avons très peu d’informations. Et ce, parce qu’il est nouveau.

Le coronavirus à l’origine de cette pandémie est la variété SARS-Cov-2. Les spécialistes supposent qu’il s’agit d’une mutation d’une forme de transmission animale ayant acquis la capacité de contamination interhumaine.

Le coronavirus en question ne mesure pas plus de 160 nanomètres de diamètre. Il s’agit d’une mesure minuscule difficile à imaginer. Le virus est plus petit que les cellules du corps humain. Il doit pénétrer dans les cellules pour utiliser leur structure.

C’est un virus à ARN : cela veut dire que son information génétique est conservée dans de l’acide ribonucléique (ARN). Pour pouvoir se reproduire et se multiplier, le coronavirus utilise la machinerie cellulaire de son hôte. Il fabrique de l’ARN et des protéines pour se couvrir et poursuive son chemin.

Grâce à son enveloppe sur laquelle se trouvent des spicules, le coronavirus pénètre dans les cellules. C’est de cette manière qu’il parvient à les infecter. Le prefixe « corona » du nom « coronavirus » fait précisément référence aux pointes qui enveloppent le virus. À l’intérieur de ces pointes, se trouve la fameuse protéine fondamentale du SARS-Cov-2 que ce dernier utilise pour pénétrer dans les cellules.

Le coronavirus attaque les cellules

Cet article peut également vous intéresser : Transmissibilité : le danger réel du coronavirus

Quelles sont les cellules les plus affectées par le coronavirus ?

Les cellules humaines les plus affectées par le coronavirus sont les cellules pulmonaires, d’où les principaux symptômes observés. La toux est une conséquence de l’irritation des voies aériennes. La pneumonie est, elle, la complication qui met en danger la vie du patient.

Les spicules de l’enveloppe du SARS-Cov-2 rejoignent les récepteurs des alvéoles pulmonaires. C’est de cette manière que le coronavirus infecte les cellules. Une fois à l’intérieur des alvéoles, il se reproduit en créant de nouvelles particules.

Le poumon infecté se remplit de cellules du système immunitaire. Les globules blancs tentent de combattre l’agent étranger à l’endroit de l’infection. Une fois à cet endroit, ils libèrent des substances immunitaires et des anticorps qui se retrouvent mélangés à du liquide inflammatoire.

Le liquide qui s’accumule dans le tissu pulmonaire est le verre dépoli que l’on observe dans les radiographies. Lorsque ce liquide n’est pas absorbé, il se transforme en tissu fibreux formant une sorte de grande cicatrice.

Les cellules pulmonaires infectées par le coronavirus ne fonctionnent pas normalement. Comme il s’agit du tissu chargé de la respiration, les cas les plus graves sont ceux qui développent une pneumonie et pour lesquels le recours à un respirateur artificiel est nécessaire.

Les respirateurs tentent de remplacer la fonction respiratoire perdue en envoyant de l’oxygène vers les poumons. Lorsque ce moyen échoue, il reste la circulation extra-corporelle (CEC) comme dernière option, mais cette option n’est pas disponible partout.

Des coronavirus

Cet article peut également vous intéresser : Une nouvelle étude suggère qu’il y a deux types de souches du coronavirus

Les bienfaits de ces trouvailles

Savoir comment le coronavirus infecte les cellules est clé pour le développement de médicaments et de vaccins. En ce qui concerne les virus, les médicaments ont pour but de stopper leur entrée dans les cellules ou d’interrompre leur reproduction.

Pour cela, il est fondamental de connaître le mécanisme d’infection. Les images publiées par le NIAD constituent seulement une partie de la recherche majeure.

Cette même institution se retrouve impliquée dans l’essai clinique lancé aux États-Unis il y a peu de temps pour tester un vaccin contre le coronavirus. Ce vaccin est en développement grâce aux informations sur le mécanisme d’infection du coronavirus : on sait maintenant que le coronavirus infecte les cellules via la protéine qui se trouve dans les spicules.

Ce ne sont pas seulement des images

Ces images sur le coronavirus en train d’infecter des cellules sont destinées à la population générale. Derrière ces photographies, il y a des études scientifiques qui sont quotidiennement actualisées en raison de la gravité de la pandémie. Nous devons considérer tout cela comme une avancée importante, notamment si cela permet de développer un médicament ou un traitement pour stopper la pandémie.

  • Prompetchara, Eakachai, Chutitorn Ketloy, and Tanapat Palaga. « Immune responses in COVID-19 and potential vaccines: Lessons learned from SARS and MERS epidemic. » Asian Pacific J. allergy Immunol 10 (2020).
  • Bello, Alejandra, and María José Rodríguez. « Imagenología en Coronavirus SARS-CoV-2. » Medicina Clínica y Social 3.3 (2020): 100-101.
  • Guarner, Jeannette. « Three Emerging Coronaviruses in Two Decades: The Story of SARS, MERS, and Now COVID-19. » (2020): 420-421.
  • Ouyang, Songying. « Cryo-electron microscopy structure of the SADS-CoV spike glycoprotein provides insights into an evolution of unique coronavirus spike proteins. » BioRxiv (2020).