Traitements à base de cellules souches

9 février 2020
Les traitements à base de cellules souches sont une tendance établie en médecine. Bien que certaines options aient fait leurs preuves, d'autres nécessitent davantage d'expérimentation. En tout cas, l'avenir est prometteur.

Nous entendons de plus en plus parler des traitements à base de cellules souches. Il semble parfois qu’elles soient la solution à tous les problèmes de santé que les êtres humains connaissent. Et d’autres fois, on entend dire qu’il y a beaucoup de développement à faire pour rendre ces thérapies efficaces.

En réalité, aucun des deux extrêmes n’est vrai. Les cellules souches font l’objet de recherches intensives afin d’en tirer le maximum de bénéfices. La recherche doit se poursuivre, mais elle a déjà commencé et ne va pas s’arrêter en si bon chemin.

Les cellules souches sont des cellules du corps humain qui ont la capacité de générer d’autres types de cellules. Elles sont dites pluripotentes car elles peuvent potentiellement produire des cellules à partir de divers tissus.

Une cellule souche peut se différencier progressivement en un myocyte -une cellule musculaire-, un ostéocyte -une cellule de tissu osseux- ou un neurone -une cellule de tissu nerveux. Elles sont donc capables de donner naissance à tous les organes du corps.

Ces cellules particulières, qui ont une fonction unique, sont en nous dès notre gestation. Grâce à elles, l’embryon se développe pour devenir viable puis continuer à grandir. On peut les trouver dans :

  • Les embryons : ce sont des cellules souches embryonnaires présentes dans les embryons de quelques jours d’existence que l’on appelle blastocystes
  • Les tissus adultes : lorsque nous sommes adultes, nous avons un petit reste de ces cellules, en particulier dans la moelle osseuse. Elles n’ont pas la même capacité de pluripotentialité que les cellulles embryonnaires
  • Des conditions de laboratoire : il existe une technique de laboratoire qui permet d’expérimenter la conversion de cellules de tissus adultes normaux en cellules souches. Cette conversion s’explique par des mécanismes génétiques. Il s’agit d’une reprogrammation de la fonction cellulaire
  • Les tissus périnataux : ils se trouvent dans le sang du cordon ombilical et dans le liquide amniotique qui entoure le fœtus pendant la grossesse

Comment fonctionne les traitements à base de cellules souches ?

Les traitements à base de cellules souches visent à réparer les tissus endommagés dans le corps humain. C’est l’objectif principal.

Profitant de la capacité régénératrice que ces cellules pourraient apporter à la thérapeutique, elles sont étudiées comme substituts aux greffes. Imaginez qu’au lieu de transplanter un organe, nous soyons capables de « fabriquer » un nouvel organe à partir de ces cellules.

L’intention est de les placer dans des tissus endommagés pour les encourager à recréer ces tissus avec de nouveaux éléments. Elles répareraient le corps humain en quelque sorte. Pour ce faire, il faut les orienter vers la production de certaines pièces, et c’est ce que l’on recherche dans les laboratoires.

Les traitements à base de cellules souches pourraient réparer un cœur endommagé par une crise cardiaque, un foie endommagé par une cirrhose et même des os cassés à la suite d’un traumatisme. Les possibilités de la médecine sont presque infinies.

En outre, il y a l’illusion de trouver un remède à des situations qui semblent aujourd’hui incurables ou difficiles à traiter. La pathologie oncologique améliorerait son pronostic notamment à court terme.

Un traitement à base de cellules souches

 

Lire la suite : Un pompier de 41 ans a reçu la greffe de visage la plus aboutie de l’histoire

Problèmes de ces traitements

Malheureusement, la commercialisation a faussement répandu les avantages non prouvés des cellules souches. Les agences gouvernementales de greffes avertissent qu’il faut être correctement informé sur ces traitements avant de les commencer.

Les chercheurs ont découvert que guider une cellule souche dans la formation d’un certain tissu n’est pas si facile. Dans certaines expériences, le guidage n’a pas fonctionné et d’autres tissus se sont formés spontanément. C’est un risque à prendre en compte.

Il peut également y avoir des réactions de rejet de l’organisme receveur par rapport aux cellules souches insérées. Comme tout objet extérieur qui entre, le système immunitaire qui ne le reconnaît pas a l’intention de l’expulser. Dans le cas des transplantations, ces réactions peuvent être graves.

Les cellules souches de la moelle osseuse

 

Continuez à découvrir : Moelle osseuse : comment devenir donneur ?

Quelques exemples de traitements à base de cellules souches

Malgré les effets indésirables possibles et les limites actuelles, il existe déjà des traitements possibles avec les cellules souches. De fait, depuis les années 1970, la greffe de cellules souches de moelle osseuse est pratiquée pour certains lymphomes, par exemple.

Mais on peut citer d’autres thérapies qui ont fait leurs preuves :

  • Peau pour les grands brûlés : depuis plus de trente ans, on pratique la formation de peau pour les grands brûlés. C’est une peau imparfaite, puisque dans sa formation, aucune glande n’apparaît, mais elles sont d’une grande aide dans les brûlures étendues. Ce n’est pas une technique qui est toujours appliquée, et il n’est pas possible de la faire appliquer par n’importe quelle équipe médicale
  • Leucémies infantiles : les cellules souches du cordon ombilical peuvent aider les enfants atteints de leucémie. Chez les adultes, son application n’est pas aussi efficace
  • Réparation de la cornée : il existe des cellules souches du limbe du globe oculaire qui peuvent générer de nouveaux tissus cornéens. Si, par exemple, le patient se blesse à l’œil en perdant une partie de la cornée, il serait possible de lui donner un nouveau morceau de cornée pour remplacer celui qui a été perdu afin de lui redonner une vision complète

En résumé, il y a beaucoup de recherches à faire sur les traitements à base de cellules souches. Malgré cela, de nombreuses découvertes suggèrent qu’à l’avenir, ils pourraient devenir une alternative intéressante pour lutter contre les maladies graves.

 

  • Hernández Ramírez, Porfirio, and Elvira Dorticós Balea. « Medicina regenerativa: Células madre embrionarias y adultas. » Revista Cubana de Hematología, Inmunología y Hemoterapia 20.3 (2004): 0-0.
  • Prosper, Felipe, et al. « Trasplante celular y terapia regenerativa con células madre. » Anales del sistema sanitario de Navarra. Vol. 29. Gobierno de Navarra. Departamento de Salud, 2006.
  • Reya, Tannishtha, et al. « Stem cells, cancer, and cancer stem cells. » nature 414.6859 (2001): 105.