Mon bébé bouge beaucoup dans l'utérus : est-ce inquiétant ?

La perception des mouvements du bébé dans l'utérus occupe toujours l'esprit des mères. Que ce soit beaucoup ou un peu, nous voudrons toujours savoir pourquoi.

Dernière mise à jour : 01 janvier, 2022

Puisque nous connaissons la nouvelle de la grossesse, rien ne nous rend plus excités que de sentir le bébé. Nous voulons dès le premier instant savoir quand viendra ce jour où on le sentira et l’attente est longue. Une fois qu’il commence à le faire vigoureusement, l’inquiétude est inversée : si le bébé bouge beaucoup dans l’utérus, doit-on s’inquiéter ?

Il est important de connaître les étapes de son développement pendant la grossesse pour être sereine. Un article publié dans le Journal of Surgical Medical Specialties sur l’importance du profil biophysique pour surveiller le bien-être fœtal, précise que les premiers mouvements sont identifiés dès la sixième semaine.

A cette époque, la taille du bébé est très petite et malgré le fait qu’il grandisse rapidement et de façon vertigineuse, il serait impossible de l’apprécier.

Au cours de ces premières semaines, ce qui peut être présent chez les femmes, ce sont des symptômes tels que la fatigue ou les nausées qui sont parfois confondus avec des malaises typiques des processus viraux ou gastriques. En effet, au cours des deux premiers mois, le bébé est en train de former ses principaux organes.

Pourquoi le bébé bouge-t-il dans l’utérus ?

Les mouvements du bébé dans l’utérus sont généralement appréciés à partir du quatrième mois de grossesse.

Il bouge parce qu’il fait partie de son neurodéveloppement et de l’interaction permanente qu’il entretient avec l’environnement utérin, comme on peut le lire dans une enquête publiée dans le Journal of Primary Care Pediatrics sur « Le comportement fœtal : une fenêtre sur le neurodéveloppement et le diagnostic précoce ».

L’étude présente un tableau qui détaille l’ordre d’apparition des mouvements au cours du premier trimestre. Au début, entre les semaines sept et huit, ce qui se passe, ce sont des réflexes automatiques qui, après un mois, se transforment en mouvements produits de stimuli. Certaines mamans qui traversent une deuxième grossesse peuvent les différencier.

Les bras et les jambes, qui sont apparus vers la semaine 6, commencent à bouger vers la semaine 10. Ceux-ci deviendront plus complexes à mesure que le bébé grandit et deviendront plus apparents entre dix-huit et vingt semaines à mesure que les os du bébé grandissent et que les muscles se forment. Il est donc normal que vous ne sentiez pas votre bébé avant, surtout si vous êtes une première fois.

Le mouvement indique que tout se passe bien et une fois que nous le sentirons, il nous causera sans aucun doute une grande émotion qui renforcera le lien mère-bébé.

Il peut être dangereux ?

Que le bébé soit agité et nous fasse sursauter de temps en temps de peur, n’est pas dangereux. Au contraire, c’est synonyme d’être actif et de grandir, et donc être en bonne santé. Pour vous donner une idée, un bébé peut bouger jusqu’à 10 fois par heure, même si cela peut varier à chaque grossesse.

D’autre part, une étude récente publiée dans la revue BMC Pregnancy and Childbirth a associé une augmentation des mouvements fœtaux à divers paramètres à la naissance. En fait, l’étude citée a montré que les enfants qui bougent plus sont plus susceptibles d’être gros pour l’âge gestationnel.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles nous pouvons les apprécier. Un problème très courant est généralement le hoquet; oui, les bébés ont le hoquet et on le sent. En peu de temps on saura le distinguer car il est répétitif, surtout vers la vingt-cinquième semaine de grossesse, et on le sentira aussi bouger lorsqu’il change de position, tourne ou tourne.

Que signifie une diminution de l’activité dans le ventre ?

Au deuxième trimestre, le bébé bouge beaucoup dans l’utérus : il a déjà assez de force pour bouger ses membres, ceux que l’on verra ressortir dans notre ventre lorsqu’il s’agira d’un pied, d’un genou, d’un coude ou d’une main. Au fur et à mesure qu’il grandit, l’espace dans l’utérus se rétrécit et ses mouvements diminuent.

Cela est courant, surtout au cours du dernier mois. Et cette diminution ne doit pas toujours être un signe négatif, elle peut être due aux périodes de repos du bébé. Cependant, si les changements sont très évidents, abordons la situation rapidement.

S’il est trop immobile, provoquons des stimuli avec une musique qui n’est pas à un volume très élevé. Massons doucement le ventre ou allumons une lampe de poche et déplaçons-la dans différentes directions.

Ils recommandent également un suivi que nous pouvons effectuer à domicile pour savoir si les déplacements sont dans les limites normales. Il s’agit de compter les coups de pied pendant une durée estimée de 10 à 15 minutes, voire jusqu’à une demi-heure.

Pour que la méthode soit efficace il est bon de la faire plusieurs jours en même temps, on aura donc un schéma personnel qui servira de référence. Cela sera d’une grande utilité pour le médecin qui nous suit. Rappelons-nous que les grossesses ne sont pas les mêmes et que chaque bébé a son propre rythme.

Si après avoir fait cette évaluation suggérée, nous constatons que la variation de l’intensité de vos mouvements est considérable, nous devons immédiatement appeler notre médecin ou nous rendre aux urgences. Ils devront faire un bilan de santé, peut-être une échographie, pour s’assurer que le bébé est en bonne santé.

Les mouvements du bébé indiquent qu’il est en bonne santé.

Quand peut-il y avoir un problème ?

A partir du quatrième mois, il est naturel que l’on se familiarise progressivement avec les heures où le bébé est plus ou moins actif.

On apprend aussi à associer certaines positions que l’on adopte comme stimuli pour ses mouvements ou certains aliments sucrés qui agissent comme des déclencheurs pour démarrer la fête dans le ventre.

Tout cela aiguise progressivement notre instinct maternel, celui qui saura nous alerter que quelque chose ne va pas. Une étude récente établit qu’une diminution des mouvements fœtaux peut signifier une détérioration ou un risque pour la santé du bébé. En ce sens, une évaluation supplémentaire est recommandée dans ces situations.

Par conséquent, si vos mouvements s’arrêtent inopinément ou sont réduits sans explication apparente, il est nécessaire d’aller chez le spécialiste pour écarter :

  • Diminution du liquide amniotique. S’il commence à fuir ou tombe en dessous du niveau approprié, les mouvements du bébé sont réduits.
  • Manque d’oxygène ou de nutriments causé par un problème avec le placenta, une situation qui nécessite une attention urgente.
  • Mouvements inexistants dus à la mort fœtale. Si c’est le cas, les causes peuvent être très variées et il faudra faire des études spécifiques pour en déterminer la raison.

Si le bébé bouge beaucoup dans l’utérus, profitons-en !

Maintenant que l’on sait que l’intensité des mouvements du bébé dans l’utérus parle de santé et de bien-être dans son neurodéveloppement, on ne peut que profiter de l’instant présent. Que ce soit seul, avec notre partenaire ou leurs petits frères, au cas où ce ne serait pas notre premier fils ou fille, ce sera un moment magique dont nous nous souviendrons avec beaucoup d’affection.

N’oublions pas de prendre notre propre modèle de coup de pied de bébé du deuxième trimestre; Cela nous aidera à garder un œil sur le reste de la grossesse. Nous pouvons lui attribuer une heure précise du jour ou de la nuit.

Faisons également les annotations, dans des situations similaires. Par exemple, en vous allongeant au lit après avoir mangé, en marchant un moment avant d’aller au lit ou après avoir pris une collation l’après-midi. Et ajoutons à ce journal, les moments où il est généralement plus calme. Le tout basé sur l’enregistrement de notre expérience unique en détail.

This might interest you...
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Grossesse à risque : les soins quotidiens

La prise en charge quotidienne d'une grossesse à risque vise à apporter un bien-être à la vie intra-utérine du bébé et à protéger la santé de la mè...



  • Berrones, M. Á. S., Castillo, I. B., & Berrones, J. R. S. (2012). Perfil biofísico para conocer el bienestar fetal. Revista de Especialidades Médico-Quirúrgicas, 17(4), 300-307. Disponible en: https://www.redalyc.org/pdf/473/47325181010.pdf
  • Cabanyes Truffino, J. (2014). El comportamiento fetal: una ventana al neurodesarrollo y al diagnóstico temprano. Pediatría Atención Primaria, 16(63), e101-e110. Disponible en: http://scielo.isciii.es/pdf/pap/v16n63/colaboracion1.pdf
  • Ferreiro, R. M. (1999). Perfil biofísico: una prueba de bienestar fetal. Revista Cubana de Obstetricia y Ginecología, 25(2), 77-82. Disponible en: http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0138-600X1999000200001
  • Ozkaya E, Baser E, Cinar M, Korkmaz V, Kucukozkan T. Does diurnal rhythm have an impact on fetal biophysical profile? J Matern Fetal Neonatal Med 2012;25(4):335-8. Epub 2011 Jun 23
  • Valladares, Z., García, V., Buján, V., Couceiro, E., & López, C. (2013). Muerte fetal intrauterina: ¿podemos actuar en su prevención?. Revista chilena de obstetricia y ginecología, 78(6), 413-418. Disponible en: https://scielo.conicyt.cl/scielo.php?pid=S0717-75262013000600002&script=sci_arttext&tlng=en