Parfois, il ne suffit pas d’être positif-ve pour que de bonnes choses arrivent

· 12 novembre 2017
En plus d'être positif, nous devons avoir de la patience et de la force, parce que si ce que nous désirons tarde à arriver, et que devons faire face à des situations négatives, les choses positives auront d'autant plus de valeur.

La plupart d’entre nous ont entendu parler de la psychologie positive ou peut-être même que certain-e-s d’entre vous appliquent cette approche positive dans la vie quotidienne pour atteindre le bonheur.

Depuis que le psychologue Martin Seligman a écrit son livre Learned Optimism (« La force de l’Optimisme ») dans les années 1990, cette approche a réussi une présence et une pertinence remarquables dans le marché de l’édition et dans le monde du développement personnel.

La contribution la plus intéressante que la psychologie positive nous a apportée à l’époque, a été de détourner le regard du champ pathologique vers les forces internes.

C’est grâce à cet outil que des concepts tels que la résilience, la motivation, la gratitude ou l’intelligence émotionnelle nous sont devenus bien connus et profitables.

Cependant, ce qui, à un moment donné, a sans aucun doute eu son impact et sa pertinence, semble aujourd’hui en déclin.

Pour une raison très simple: en ces temps de crise, de changements et de hauts et bas tant sur le plan social qu’économique, il semble que la pensée positive manque aujourd’hui de l’éclat qu’elle a pu du passé.

Tant et si bien que beaucoup de psychologues et de sociologues croient qu’il est temps de mettre fin à la « suprématie » de la pensée positive dans le domaine du développement personnel.

Cependant, plutôt que refuser, il s’agirait plutôt de reformuler et de comprendre que, parfois, il ne suffit pas de penser positivement pour faire que les choses s’améliorent d’elles-mêmes.

Une approche positive ne garantit pas toujours des résultats

positivité

La pensée positive a longtemps été vue comme une stratégie pour nous apprendre à être heureux-ses, à comprendre qu’avec des sentiments comme le pardon, la bonté ou l’altruisme, nous pouvons combattre les émotions négatives comme la colère, la rage, la tristesse…

Beaucoup sont basés sur le principe bien connu selon lequel « il suffit de changer une pensée pour changer une émotion ». Lorsque nous changeons la fréquence de nos émotions, nous pouvons améliorer notre réalité.

A lire aussi: Quel lien y-at-il entre émotions négatives et douleur chroniques

Bien que nous trouvions ce schéma inspirant, la réalité est beaucoup plus complexe. La vie est faite de nuances très subtiles, que nous avons tou-te-s rencontrées à plus d’une occasion :

  • Quand on m’appelle pour un entretien,  je pense positivement, j’ai confiance en moi et j’essaie de faire de mon mieux, mais cela ne garantit pas qu’ils vont m’embaucher.
  • J’ai toujours donné le meilleur à mon partenaire, j’ai toujours eu confiance en notre projet, j’ai été positif-ve, courageux-se, prévenant-e et communicatif-ve. Toutefois, rien de tout cela n’a suffi à faire durer les relations.
  • J’ai une bonne formation, j’ai d’excellentes notes et j’ai toujours été le/la premier-ère de mes promotions… Mais rien de tout cela n’ a été suffisant pour me fournir un bon emploi.

Mais, il y a une chose qu’il faut absolument comprendre, toutefois, c’est que garder la positivité est et sera toujours bénéfique.

Cependant, nous devons aussi apprendre à composer avec les aspects plus négatifs et complexes de la vie quotidienne.

Le bonheur a de petites « ruses » qu’il faut accepter

bonheur et cœur flétri

Les bonnes choses n’arrivent pas toujours à celleux qui le méritent le plus. En plus, il arrive parfois que des ami-e-s et des membres de la famille, connu-e-s pour leur gentillesse et leur noblesse de coeur, aient dû faire face aux situations les plus dévastatrices.

Pourquoi cela arrive-t-il ? Remarquons que la fameuse loi de l’attraction ne fonctionne pas toujours. Il ne suffit pas de désirer, de penser et parfois d’agir d’une certaine manière, pour que ce que nous désirions ardemment arrive.

Au delà de penser positivement, nous devons apprendre à développer une attitude forte, souple, courageuse et résiliente.

Des livres comme The Trap of Happiness de Russ Harris l’expliquent de façon très simple et illustrative :

  • La société dans laquelle nous vivons nous « vend » l’idée que nous devons nous entourer d’émotions positives, de pensées positives et de bonheur.
  • Si nous nous laissons emporter par cette idée, ce qui arrivera, c’est que nous deviendrons si obsédé-e-s par l’idée d’être heureux-ses, que nous ne saurons pas comment affronter ou gérer la frustration, le mal-être et les émotions désagréables.

C’est un principe qu’il ne faut jamais négliger, et encore moins méconnaître les complexités de notre temps présent, si compétitif, changeant et exigeant et qui nous contraint à faire face à l’adversité presque tous les jours.

Découvrez comment soigner nos blessures émotionnelles

J’accepte, j’assume et je comprends mes émotions négatives pour, ensuite, renforcer mes émotions positives

émotion positive

Je sais qu’il y aura des jours gris, des jours où rien ne marche, des jours où on sommes rejeté-e-s par les autres, où on fait des erreurs, où on perd tout, où on quitte ou on est quitté-e…

Des jours où nous sommes forcé-e-s d’être fort-e-s, et pas seulement « positif-ve-s ».

  • Connaître et comprendre cela est essentiel pour notre développement personnel.
  • Celui/celle qui est obsédé-e par le bonheur mais qui n’accepte pas la perte, la déception ou la tristesse, ne parviendra pas à grandir, à avancer, à aspirer à ce calme et à ce bien-être intérieur.

Il ne s’agit pourtant pas de cultiver le pessimisme, mais de pouvoir tolérer les hauts et bas négatifs de la vie pour les affronter, tirer le meilleur parti de ces moments de désolation et les surmonter.

Nous devons lutter pour le bonheur d’une manière plus mature, réaliste et objective.

Pour conclure, il faut se dire que, parfois,  il ne suffit pas juste d’être positif-ve pour que de belles choses arrivent.

Parfois, ce qui arrive n’est pas positif, mais il faut l’assumer et le gérer de façon à ce que plus tard, ce que nous méritons de vraiment beau se produise.

Image principale avec l’aimable autorisation de © wikiHow. com