Vous prenez des antidépresseurs ? Vous devez savoir cela avant de les arrêter

· 15 mars 2017

Même si nous nous sentons mieux, nous ne devons pas arrêter les antidépresseurs du jour au lendemain, car ils requièrent un processus d’adaptation, c’est pourquoi nous devrons le faire sous surveillance médicale.

Pour certaines personnes qui doivent lutter contre la dépression ou l’anxiété, les antidépresseurs peuvent être d’un réel secours.

Pour d’autres ils ne sont pas la solution qu’ils attendaient, ou bien ils décident simplement de ne plus les prendre pour des raisons économiques ou autre.

Dans ce dernier cas il y a des choses à savoir avant de les arrêter.

Il est important de prendre la décision de manière très raisonnée et d’en parler à votre médecin. Sachez que ces médicaments agissent directement sur le cerveau et qu’ils génèrent des changements et des altérations qui doivent être contrôlés.

Voici certains facteurs à prendre en compte avant d’arrêter les antidépresseurs :

Vous devez travailler en collaboration avec votre médecin

Si vous cherchez à arrêter les antidépresseurs, il est important de parler à votre psychologue ou psychiatre de manière très honnête sur vos attentes, vos peurs, vos doutes et vos désirs.

C’est votre droit en tant que patient-e de décider de ce que vous consommez ou non, mais les médecins vous expliqueront les effets secondaires que vous pouvez attendre du processus.

De nombreuses personnes décident qu’elles vont bien émotionnellement et qu’elles n’ont plus besoin de ces médicaments. Il s’agit d’une situation très fréquente lorsque l’on atteint un équilibre émotionnel. Cependant, bien souvent cet état d’esprit est le résultat des antidépresseurs.

Il est important que vous votre médecin sache ce que vous ressentez et comment. De cette manière, il pourra vous indiquer si c’est une bonne idée d’arrêter le traitement ou non.

Peut-être avez-vous des doutes sur les effets que vous ressentez, à savoir s’ils sont normaux ou si vous avez besoin d’un ajustement. Ce processus prend souvent beaucoup de temps et certains se lassent de tester encore et encore des nouvelles doses.

Si après avoir écouté votre médecin vous avez toujours la même idée, alors vous pourrez établir un plan pour diminuer progressivement la consommation d’antidépresseurs. De cette manière, les effets secondaires seront contrôlés et vous ne serez pas seul-e dans le processus.

Si vous avez décidé de cesser ces médicaments car ils ont sur vous des effets que vous n’aimez pas, le-a psychiatre peut vous donner des alternatives qui s’adaptent mieux à votre organisme. Expliquez-lui vos peurs, vos doutes et dites-lui comment vous vous sentez.

N’oubliez pas de lire : Les 8 meilleurs fruits pour votre organisme

Cela fait plus de temps que prévu

Certain-e-s patient-e-s consultent désespérément leur psychologue ou psychiatre car cela fait plusieurs mois qu’iels prennent des antidépresseurs et qu’iels ne voient aucun changement. Dans d’autres cas, les changements obtenus sont négatifs.

Evidemment, vous voulez que toute la tristesse accumulée disparaisse, ainsi que la perte d’intérêt pour tout, l’extrême insécurité et d’autres situations qui ont provoqué votre prise d’antidépresseurs.

Même si votre médecin voudrait que votre antidépresseur soit cette baguette magique capable de faire disparaître tout cela, la réalité est bien plus compliquée. Vous devez savoir et prendre en compte, que même les médecins ne peuvent pas résoudre le problème en quelques minutes.

Vous devez donner du temps à votre corps pour qu’il s’adapte aux nouvelles doses.

Il est fréquent de voir des personnes vouloir revenir à la normalité après seulement quelques jours de traitement puis les arrêter.

Cependant, vous devez comprendre que votre médecin connaît le temps qu’il faut pour aller mieux : il vous indiquera ce dont vous avez besoin.

Il est vital de ne pas désespérer et de ne pas changer vous-même la dose. En le faisant, vous pouvez mettre votre vie en danger et vous pourriez ne pas contrôler les effets. Votre médecin vous demandera beaucoup de patience et il est important que vous en fassiez preuve.

Il est possible que vous changiez temporairement d’humeur

En arrêtant les antidépresseurs sans que cela n’ait été autorisé par votre médecin, il est probable que vous ne fassiez pas assez attention pour éviter les conséquences.

Pour cette raison, diverses études ont indiqué que lorsque les gens arrêtent les antidépresseurs, ils sont davantage sujets à des pensées suicidaires.

Toutefois, cette relation entre les pensées dépressives à risque et le fait d’arrêter un traitement aux antidépresseurs n’a pas encore été définitivement prouvé.

Vous voulez en savoir plus ? Lisez : Les 9 meilleurs aliments antidépresseurs

Si vous arrêtez les médicaments, vous vous sentirez bizarre

Comme nous l’avons précédemment indiqué, les antidépresseurs travaillent directement sur le cerveau. Leur fonction est de réguler le travail du cerveau. Lorsque vous cessez le traitement, ce contrôle se perd également et vous pouvez sentir un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • Sensation d’électricité
  • Perte de concentration
  • Changements d’humeur toutes les minutes
  • Incapacité à faire des taches simples
  • Lacunes mentales

Chaque personne le vit différemment. Il est probable que les premiers jours vous ne sentiez aucune différences, et qu’ensuite vous ne soyez plus capables de penser correctement pendant quelques jours.

Cela est très normal et, même si vous ne devriez pas avoir peur, il vaut mieux que votre médecin contrôle à quel point ces changements vous affectent.

Vous avez le droit de décider d’arrêter ou non les antidépresseurs

Les personnes dépressives doivent lutter contre de nombreuses choses en même temps. D’un côté, se trouvent leurs émotions, qui ne tiennent pas en place, et d’un autre, les conseils médicaux et les avis extérieurs.

Tous les messages que vous recevez peuvent vous désorienter et vous donner l’impression de ne pas savoir jusqu’à quel point vous contrôlez votre vie et vos décisions.

Il est important que vous soyez conscient-e à tout moment que la décision de prendre ou non des antidépresseurs vous appartient.