9 aliments qui vous aident à prévenir le cancer du sein

19 mars 2019
Les antioxydants sont très importants pour la prévention et le traitement du cancer. Les airelles sont l'un des fruits qui en contiennent le plus.

Le cancer est l’une des maladies qui tue le plus à travers le monde. Des centaines de nouveaux patients sont diagnostiqués chaque jour.

Selon les experts, dans plus de 80% des cas les cancers se développent par l’action d’agents extérieurs dans l’organisme qui provoquent une altération des cellules. Il est cependant possible de modifier nos habitudes de vie pour ne pas rentrer en contact avec ces agents. Nous préviendrons ainsi l’apparition de cette maladie.

Quel rôle joue l’alimentation ? L’un des facteurs qui influe le plus sur la prévention du cancer est l’alimentation. Diverses études se concentrèrent sur les interactions entre les aliments et les cellules cancérigènes. Elles démontrèrent que certains aliments ont un effet qui empêche ou retarde la formation ou la prolifération de cellules cancérigènes.

Les aliments riches en antioxydants jouent un rôle très important dans la prévention et le traitement du cancer. Il s’agit de la raison pour laquelle les experts recommandent de consommer fréquemment des fruits et des légumes, surtout ceux qui contiennent du bêta-carotène et du lycopène.

Nous vous présenterons donc ci-après les 9 aliments les plus puissants pour prévenir le cancer du sein.

Les légumes secscancer

Les études démontrèrent que les femmes qui consomment des légumes secs au moins deux fois par semaine ont moins de risques de développer un cancer du sein, que celles qui en mangent moins fréquemment.

Toutes les légumineuses sont riches en fibres. Les lentilles sont cependant celles qui présentent la plus grande concentration en antioxydants. Inclure dans son régime des lentilles, des pois-chiches, des pois, entre autres, aide à prévenir le cancer du colon et le cancer du sein.

Lisez également : Pourquoi les lentilles sont idéales dans les régimes ?

Les myrtilles

Les myrtilles fraîches sont une grande source d’antioxydants, comme l’acide chlorogénique qui combat le cancer, et les pigments d’anthocyane qui lui donnent sa couleur si particulière.

Le pouvoir antioxydant d’un aliment se mesure à sa capacité d’absorption des radicaux libres de l’oxygène, et la myrtille devance de loin tous les autres fruits et légumes.

De plus, les myrtilles contiennent des propriétés anti-inflammatoires qui peuvent aider dans le traitement de l’arthrite. La variété rouge est un aliment efficace contre les infections du tractus urinaire.

Le brocoli

Le brocoli est une source de sulforaphane, un composant qui inhibe fortement tous les types de cancers. Des études ont démontré que le sulforaphane stimule les enzymes qui combattent le cancer et diminue la croissance des cellules cancérigènes dans le sein et la prostate.

La linette

L’Université de Toronto a publié une étude selon laquelle les femmes qui consomment quotidiennement deux cuillerées de linette moulue, voient apparaître un net recul de la croissance des cellules cancérigènes.

L’ail

Les scientifiques ont trouvé que le soufre, et les autres composants présents dans l’ail retardent la croissance des cellules tumorales.

Lisez également : L’ail : votre allié santé

Le thé vert

Le thé vert est une source importante d’antioxydants, et notamment de catéchines. Les études ont prouvé que les femmes qui consomment régulièrement du thé vert ont moins de propension à développer un cancer du sein.

Les champignons

Karen Graham, nutritionniste d’Arizona, s’aventure à affirmer que les champignons contiennent plus d’antioxydants que les courges, les carottes et les tomates. Elle explique que cela est dû à la présence d’ergothionéine et de sélénium, deux antioxydants et immunostimulants qui diminuent les risques de cancer et de maladies cardiovasculaires.

De fait, une étude publiée dans l’International Journal of Cancer a prouvé que les femmes qui consomment 10 grammes de champignons par jour ont 64% moins de chances de développer un cancer du sein, en comparaison avec celles qui n’en mangent pas.

Le saumoncancer

Des études de l’Université du Sud de la Californie et de l’Université Nationale de Singapour démontrèrent que les femmes ménopausées consommant en moyenne de 40g à 80g de poissons et/ou de fruits de mer tous les jours ont 26% moins de chances de développer un cancer du sein que celles qui en ont moins consommé durant les 5 années précédant l’étude.

Les épinards

Le pouvoir anti-cancérigène des épinards est dû principalement à sa contenance en bêta-carotène et en lutéine, deux antioxydants très puissants.

Les études de l’Institut National des Sciences de la Santé Environnementale ont prouvé que les femmes qui mangent des épinards plus de deux fois par semaine ont moins de risques de développer un cancer du sein que celles qui n’incluent que rarement ce légume dans leur régime.