Ce que révèle la science sur les produits laitiers et la perte osseuse

28 août 2020
La consommation de produits laitiers n'est pas directement associée à une réduction du risque de fracture osseuse. Cependant, la vitamine D a une capacité de protection à cet égard.

Les produits laitiers sont associés à une prévention de la perte osseuse depuis des décennies. Néanmoins, cette affirmation est de nos jours contestée.

Bien que ces aliments soient riches en calcium, d’autres facteurs tels que l’exercice physique ou les niveaux de vitamine D sont plus déterminants dans la lutte contre l’ostéoporose. Cette maladie est très fréquente chez les femmes qui ont dépassé la ménopause.

L’ostéoporose a un caractère irréversible et il est essentiel d’assurer sa prévention. Une fois que l’os commence à se déminéraliser, il ne retrouve pas le calcium perdu. Par conséquent, il est fondamental de charger les dépôts de ce minéral le plus tôt possible.

Les produits laitiers ne sont pas la meilleure source de calcium

Contrairement à la croyance populaire, il existe des aliments qui fournissent une plus grande quantité de calcium que les produits laitiers. Par exemple, les légumes à feuilles vertes. Cependant, il faut rester prudent avec ce type d’aliments, car ils contiennent de grandes quantités de phylates ou de fibres. Cela pourrait réduire la biodisponibilité du minéral.

Ceci dit, et selon un article publié dans la revue Nutrition Research Reviewsl’association entre une consommation élevée de produits laitiers et une perte réduite de la masse osseuse n’a pas encore été fermement établie. Il existe certaines indications selon lesquelles la consommation régulière de lait peut diminuer le risque de fracture des os. Mais cette association n’est pas consolidée par des preuves scientifiques et irréfutables.

Une consultation médicale sur la perte osseuse chez une femme.

Découvrez davantage : Aliments végétaux riches en calcium

La vitamine D aide à prévenir la perte osseuse

Pour prévenir l’ostéoporoseil est plus efficace de maintenir des taux optimaux de vitamine D que de consommer une grande quantité de produits laitiers. Ce nutriment stimule l’absorption et la fixation du calcium dans les os. Cela diminue le risque de fracture, selon une étude publiée dans la revue Osteoporosis International.

D’autre part, pour garantir des niveaux corrects de cette vitamine, il est primordial de s’exposer régulièrement à la lumière du soleil. Ainsi, cela stimule la production endogène du nutriment, réduisant alors le risque de développer des maladies à moyen et long terme.

La vitamine D peut également se trouver dans l’alimentation. Elle se trouve néanmoins en faible quantité dans les aliments. Ceux qui présentent des niveaux acceptables sont les poissons bleus, les os et les produits laitiers enrichis. Certains champignons peuvent même en contenir.

L’exercice pour prévenir l’ostéoporose

En dehors de l’alimentation, l’exercice physique de force est un moyen efficace d’augmenter la masse musculaire et la densité osseuse. Effectivement, la pratique du sport de manière régulière diminue le risque de fractures à moyen et long terme, devenant ainsi un facteur protecteur important face à l’ostéoporose.

Par conséquent, la combinaison d’un régime alimentaire et de l’exercice est une excellente façon de prévenir le développement de ce syndrome chez les femmes ménopausées. Toutefois, ces habitudes doivent se maintenir une bonne partie de la vie, et pas seulement une fois que la pathologie a commencé.

Le sport réduit la perte osseuse.

Lisez également : Vitamine D: la clé du fonctionnement musculaire

Les produits laitiers ne sont pas la meilleure solution contre la perte osseuse

Les produits laitiers fournissent des nutriments bénéfiques pour l’organisme. Bon nombre d’entre eux contiennent des probiotiques, chargés d’améliorer la santé intestinale. Cependant, en termes de perte osseuse, ces produits ne présentent pas un grand avantage par rapport à d’autres alternatives.

La vitamine D peut effectivement aider. Ce nutriment augmente l’absorption et la fixation du calcium dans les os, réduisant ainsi le risque d’ostéoporose.

Il s’agit d’une vitamine déficitaire dans la population, en raison de la faible exposition au soleil. Il est donc recommandé d’optimiser le régime alimentaire, afin que les aliments contenant de la vitamine D soient plus présents. Dans certains cas, la prise de compléments est même nécessaire.

Par ailleurs, l’exercice physique de force est présenté comme une méthode de protection contre la perte osseuse. La pratique régulière de sport diminue le risque de fracture des os chez les femmes qui sont déjà ménopausées. Enfin, une combinaison entre l’alimentation et le sport serait le programme idéal.

 

  • Weaver CM., Alexander DD., Boushey CJ., Dawson Hughes B., et al., Osteoporos Int, 2016. 27 (1): 367-76.
  • Van Den Heuvel EGHM., Steijns JMJM., Dairy products and bone health: how strong is the scientific evidence? Nutr Res Rev, 2018. 31 (2): 164-178.