Déchirures à l’accouchement : degrés et prévention

25 octobre 2019
Les déchirures à l'accouchement sont une blessure courante qui peut être très douloureuse. Découvrez leurs différents degrés et comment les éviter.

Les déchirures à l’accouchement sont une complication majeure, qui peut avoir des conséquences graves. Cependant, même dans les cas les plus difficiles, on peut contrôler ces blessures efficacement grâce à une intervention rapide. Ces déchirures sont plus fréquentes lors des accouchements où l’on a eu recours aux forceps ou à l’épisiotomie moyenne.

Aujourd’hui, des professionnels de la santé du monde entier étudient les moyens les plus efficaces de réduire l’incidence des déchiures à l’accouchement. Mais même avec cela, le mieux restera quand même de prendre des mesures préventives.

Que sont les déchirures à l’accouchement ?

Une femme venant d'accoucher

Les déchiures à l’accouchement sont une rupture de la peau du périnée, c’est-à-dire de la zone située entre le vagin et l’anus. Il s’agit d’une blessure fréquente, qui touche un grand nombre de femmes accouchant par voie basse.

Une déchiure à l’accouchement est également connue sous le nom de déchiure périnéale. Elle se produit lorsque le bébé passe à travers le canal utérin. Cela provoque la déchirure de certains muscles qui composent le plancher pelvien.

Ces blessures ont différents niveaux de gravité. Cela peut aller de petites coupures à des lacérations profondes. En général, elles ont pour origine le fait que la peau ne soit pas suffisamment préparée et donc qu’elle ne s’étire pas correctement au moment de l’accouchement.

Découvrez : Agression sexuelle et prévention d’une grossesse non-désirée

Pourquoi les déchirures surviennent-elles à l’accouchement ?

Certaines conditions rendent une femme plus susceptible de souffrir de déchirures à l’accouchement, comme par exemple, lorsque c’est sa première fois ou lorsqu’elle a déjà subi une déchirure au troisième ou au quatrième degré lors d’une naissance précédente. Les autres conditions peuvent être que :

  • Le bébé soit très grand
  • Le travail ait été provoqué, surtout si des forceps sont utilisés
  • La femme subisse ou ait subi une épisiotomie, c’est-à-dire une incision faite par les médecins pour élargir le canal utérin
  • Le bébé naisse par la tête, en position postérieure ou en siège
  • Les épaules du bébé soient mal situées dans le bassin de la mère
  • Que la femme commence à pousser trop tôt ou qu’elle le fasse avec trop de force
  • La distance entre l’orifice vaginal et l’anus soit très courte

Découvrez : Césarienne ou accouchement naturelle ?

Les degrés de déchirure à l’accouchement

Les déchirures à l'accouchement peuvent être très douloureuses

En fonction du niveau de gravité, c’est-à-dire de la profondeur de la coupure et de la zone où elle se produit, les déchirures à l’accouchement se divisent en 4 catégories. Les voici :

  • Premier degré : il se produit lorsque la peau du périnée subit une petite coupure superficielle. Dans ce cas, la plaie guérit facilement, sans entraîner de conséquences majeures
  • Deuxième degré : la blessure affecte superficiellement une partie du muscle de la région périnéale. Des points de suture seront nécessaires
  • Troisième degré : toute la peau et les muscles du périnée qui atteignent le sphincter anal sont touchés
  • Quatrième degré : comprend toute la région périnéale ainsi que le sphincter anal et la paroi de l’anus. Cette catégorie tout comme la troisième demande une récupération difficile et douloureuse

Comment prévenir les déchirures à l’accouchement ?

 

Le meilleur moyen de prévenir les déchirures à l’accouchement est de prendre certaines mesures pendant la grossesse. Ces mesures préventives sont également utiles pour éviter d’avoir à recourir à l’épisiotomie lors de l’accouchement. Les principales mesures de prévention sont les suivantes :

  • Massage périnéal : il consiste à appliquer des massages dans la région périnéale à l’aide d’huiles adaptées à cette région. Cela aide à donner de l’élasticité aux muscles de la région
  • Exercices de Kegel : ils permettent de renforcer les muscles vaginaux et ils permettent de pratiquer les contractions pour qu’elles soient plus efficaces au moment de l’accouchement. On recommande de les pratiquer tous les jours, à partir du 5e mois de grossesse
  • Ralentissement de la phase expulsive : cela revient à ralentir délibérément le passage du bébé dans le canal utérin. Ceci est fait pour que les muscles aient le temps de se préparer et que l’enfant ne sorte pas avec trop de force
  • Position de l’accouchement : il existe des preuves que certaines positions de l’accouchement favorisent le périnée : accroupie, debout et couchée sur le côté. Il est noté qu’en ce qui concerne les accouchements dans l’eau, moins de déchirures sont enregistrées
  • Compresses chaudes : elles servent à donner plus d’élasticité aux muscles et à soulager la douleur au moment de l’accouchement

L’application d’huiles commerciales, en soi, n’a pas d’effet majeur sur l’élasticité des muscles. Les dispositifs vaginaux qui gonflent comme un ballon ne sont pas non plus censés dilater le vagin.

Vous êtes enceinte ? Vous vous inquiétez à l’idée de souffrir d’une déchirure pendant le travail ? Suivez les conseils décrits ci-dessus et cela réduira le risque de souffrir. Bien sûr, n’oubliez pas de discuter de tous vos doutes avec votre obstétricien.

 

  • Sánchez Casal, M. I. (2012). EPISIOTOMÍA VERSUS DESGARRO. Revisión de las evidencias científicas. Enfermería Docente.
  • Ferri Morales, A., & Amostegui azkúe, J. M. (2004). Prevención de la disfunción del suelo pélvico de origen obstétrico. Fisioterapia. https://doi.org/10.1016/S0211-5638(04)73110-7
  • Vardon, D., Reinbold, D., & Dreyfus, M. (2015). Episiotomía y desgarros obstétricos recientes. EMC – Cirugía General. https://doi.org/10.1016/S1634-7080(14)67435-8