Dîner tôt aiderait à prévenir le diabète et l’obésité

20 septembre 2020
Dîner en respectant le rythme de l'horloge biologique peut influencer de manière positive sur la prévention des maladies métaboliques comme le diabète. Que faut-il savoir à ce sujet ?

Avez-vous déjà entendu dire que le fait de dîner tôt pouvait aider à prévenir le diabète et à perdre du poids ? Bien que certaines personnes pensent que le repas du soir est le principal ennemi pour perdre ces kilos en trop, la réalité est que trop souvent, le problème n’est pas ce que nous mangeons, mais plutôt la quantité et le moment du repas.

Dans le cadre d’une alimentation saine, les nutritionnistes recommandent de faire les 4 repas principaux de la journée. En ce sens, ils suggèrent également qu’il est important de dîner tôt ou alors, de ne pas se coucher immédiatement après avoir mangé.

Manger selon l’horloge biologique

Assiette vide représentant une horloge.

Il est clair que les habitudes alimentaires et le niveau d’activité physique sont directement liés au poids et au développement ou à la prévention de maladies métaboliques. Cependant, outre les habitudes alimentaires, quel est le rapport entre les horaires et les repas ? Que dit la science à ce sujet ?

Les scientifiques savent depuis longtemps que le corps humain fonctionne selon une horloge biologique qui régule les cycles de sommeil et d’éveil en fonction des heures de la journée. En effet, il a été prouvé que l’horloge biologique se trouve dans les différents organes.

Sur la base de cette découverte, il a été reconnu que le métabolisme suit un rythme. De sorte que les systèmes enzymatique et digestif sont prêts à recevoir des aliments à certaines heures. Par conséquent, l’idéal est de fonder les habitudes alimentaires et de sommeil sur ce rythme.

C’est donc cette hypothèse qui détermine que le fait de dîner tôt pourrait aider à prévenir le diabète et maintenir un poids optimalet donc éviter l’obésité.

Lisez également : Quel est le dîner idéal pour une bonne nuit de sommeil ?

Dîner tôt pourrait aider à prévenir le diabète et l’obésité

Dîner tôt aiderait à prendre soin de soi.

“Dîner tôt pourrait aider à prévenir le développement de problèmes de santé, comme le diabète et l’obésité, en plus d’éviter la prise de poids.”

A ce sujet, certaines études suggèrent que les personnes qui mangent juste avant de se coucher sont plus susceptibles de développer un syndrome métabolique. Autrement dit, des pathologies que nous avons mentionnées auparavant.

Dans une recherche publiée dans la revue Nutrients, on a comparé l’effet d’un repas composé de 3 aliments principaux et d’un sandwich chez deux populations de jeunes adultes. Ces plats étaient administrés pendant la journée pour le premier groupe et pendant la nuit pour le deuxième groupe.

Bien qu’ils mangent de manière identique, il a été constaté que, ceux qui mangent exclusivement la nuit développent des indicateurs de résistance à l’insuline. Autrement dit, un risque accru de développer un diabète.

De plus, des études menées sur un groupe d’étudiants a relevé des résultats similaires. D’une part, la moitié des participants a été exposée à un mode de vie diurne, qui consistait à manger au heures du soleil et à dîner le plus tôt possible. En revanche, l’autre moitié suivaient des rythmes nocturnes.

Les étudiants qui formaient le premier groupe ont montré des niveaux de glucose dans les paramètres normauxDe même que les hormones leptine et insuline, responsables du métabolisme des lipides et des glucides. Par conséquent, ces jeunes avaient une meilleure capacité à brûler les graisses et présentaient un moindre risque de souffrir de diabète.

C’est donc à cela que se réfèrent les professionnels de la nutrition lorsqu’ils conseillent de dîner tôt. Dans la mesure du possible, le dîner doit être effectué deux heures avant de dormir.

Découvrez aussi : Peut-on manger des pâtes et du riz au dîner ?

En plus de dîner tôt, il est conseillé de prendre un petit déjeuner

En effet, l’horloge biologique fonctionne d’une certaine manière. Il est fondamental de manger à des heures régulières et de ne pas sauter de repas.

A ce sujet, dans l’étude “Food at night as an obesity inducing factor“, réalisée sur des souris, on a pu observer que le premier repas qu’elles avaient pris réiniciait les rythmes journaliers et les maintenait en phase avec les signaux de l’horloge biologique.

Au contraire, celles qui n’ont pas reçu ce repas commençaient leur cycle métabolique avec un retard par rapport à l’autre groupe. En outre, elles perdaient leur synchronisation interne, ce qui altérait les signaux du début de la nuit. Elles manifestaient alors des altérations dans l’absorption des lipides ainsi qu’une plus grande prédisposition à accumuler du tissu adipeux.

Lisez également : Petit déjeuner sain : mythes et idées

Dîner tôt aide réellement à prévenir le diabète

Une famille qui dîne à table.

“Il est préférable de manger au moins deux heures avant de se coucher.”

Afin de maintenir un poids optimal, et dans la mesure du possible, il faut respecter le fonctionnement de l’organisme et maintenir des horaires réguliers pour tous les repas. Dans ce cas du dîner, il suffit de le prendre deux heures avant d’aller au lit.

La priorité doit également être accordée aux aliments sains et à la prise en compte des besoins individuels. Pour cela, il est judicieux de consulter un nutritionniste.

  • Yoshida, J., Eguchi, E., Nagaoka, K., Ito, T., & Ogino, K. (2018). Association of night eating habits with metabolic syndrome and its components: a longitudinal study. BMC Public Health18(1), 1366.
  • Blume, C., Garbazza, C., & Spitschan, M. (2019). Effects of light on human circadian rhythms, sleep and mood. Somnologie, 1-10.
  • Buijsb, R. M., Bautista, E. N. E., Ángeles-Castellanos, M., & Escobar, C. (2020). La comida por la noche como factor inductor de obesidad. Revista mexicana de trastornos alimentarios7(1), 78-83.
  • Lopez-Minguez, J., Gómez-Abellán, P., & Garaulet, M. (2019). Timing of breakfast, lunch, and dinner. Effects on obesity and metabolic risk. Nutrients11(11), 2624.
  • Jain Gupta, N., & Khare, A. (2020). Disruption in daily eating-fasting and activity-rest cycles in Indian adolescents attending school. Plos one15(1), e0227002.