Quarantaine : comment aider les enfants qui souffrent d’autisme ?

21 mai 2020
Prendre soin des enfants qui souffrent d'autisme pendant la quarantaine consiste essentiellement à créer un environnement tranquille avec une routine spécifique et à les tenir informés sur la situation actuelle. Les parents ou tuteurs doivent également se protéger afin d'exercer correctement leur rôle.

Le 2 avril dernier, nous célébrions la Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme. Les organismes spécialisés dans le trouble du spectre de l’autisme (TSA) ont livré une série de recommandations pour aider les enfants autistes pendant la quarantaine.

La quarantaine imposée en raison de la pandémie de COVID-19 que nous vivons actuellement est déjà en soi une situation difficile pour toutes les familles. Cette situation est encore plus difficile pour les familles qui ont un enfant autiste, et ce, en raison des caractéristiques mêmes de ce trouble.

Le trouble du spectre de l’autisme (TSA)

Une petite fille qui souffre d'autisme

Avant d’entrer dans le vif du sujet et donc de vous dire quelles sont les recommandations à suivre pour aider les enfants qui souffrent d’autisme pendant la quarantaine, nous tenons à d’abord définir ce qu’est le trouble du spectre de l’autisme.

Le TSA est un trouble neurobiologique du développement. Il affecte la capacité cérébrale à l’heure de développer et de maintenir des compétences sociales et communicationnelles.

Ce trouble se manifeste généralement au cours des premières années de vie, avant l’âge de trois ans plus précisément. Le manque de compétences sociales et de communication se traduit par un trouble au niveau du comportement et des difficultés à l’heure d’entrer en relation avec l’entourage.

En résumé, les personnes qui souffrent du trouble du spectre de l’autisme ont généralement peu de compétences sociales, émotionnelles et communicationnelles. C’est pourquoi, dans ce contexte de quarantaine et d’isolement obligatoire, il est indispensable de prendre particulièrement soin de ces personnes.

Cette situation dans laquelle nous nous trouvons rend ces personnes plus vulnérables. Elles dépendent d’une attention spécialisée permanente, une attention qui leur manque en ce moment-même. Voyons maintenant ensemble dans la suite de cet article comment nous pouvons aider ces personnes.

L’autisme pendant la quarantaine

Pour les personnes qui souffrent du trouble du spectre de l’autisme, suivre une routine est fondamentale. La fermeture des écoles, des lieux de travail, des centres d’attention médicale supposent un véritable coup dur pour ces personnes. Ces différentes institutions leur permettent de maintenir une vie ordonnée et de les contenir de manière efficace.

La quarantaine peut particulièrement être difficile pour les enfants autistes. Le trouble en soi est très hétérogène : pendant cette période d’enfermement, certains tolèrent très bien la situation, et d’autres, en revanche, s’énervent ou dépriment.

Face à cette réalité, certains gouvernements ont prévu des autorisations exceptionnelles pour les personnes autistes, ainsi que pour leurs parents ou tuteurs. Les familles concernées peuvent ainsi sortir de chez elles pour faire une courte promenade à fin thérapeutique. Les conditions d’un pays à un autre varient, mais de manière générale, il suffit de pouvoir prouver l’existence du TSA. Avoir sur soi le certificat d’handicap est donc nécessaire.

De plus, à l’échelle mondiale, le port d’un ruban bleu noué ou d’une insigne de cette couleur est recommandé. Cela permet aux autres personnes d’identifier les personnes qui souffrent d’autisme.

Cet article peut également vous intéresser : Quelques recommandations pour mieux vivre la période de quarantaine

Les enfants autistes face à la pandémie de COVID-19

Un enfant autiste qui joue pendant la quarantaine

Les écoles étant fermées, les centres d’attention médicale ayant adopté des horaires très restreints et la quasi-impossibilité d’aller se promener dans des endroits publics, il est tout naturel que les familles qui ont un enfant autiste se demandent comment elles peuvent aider ce dernier pendant la quarantaine.

Nombreux sont les organismes qui ont apporté une réponse à cette question. Tous coïncident sur le fait qu’il est important de créer une nouvelle routine afin d’aider l’enfant à ordonner sa vie quotidienne. Ces organismes insistent sur l’importance de fixer des horaires ; les personnes autistes ont besoin de prévoir et d’anticiper clairement les événements afin que leur niveau d’anxiété n’augmente pas.

L’autre mesure importante consiste à parler de la situation actuelle. L’enfant doit savoir ce qu’il se passe. Savoir ce qu’est la quarantaine, combien de temps elle va durer et la raison pour laquelle cette mesure est importante sont des informations qui vont rassurer l’enfant. Pour vous aider dans cette tâche, vous pouvez avoir recours à des informations audiovisuelles, à des livres ou encore à des journaux.

Cet article peut également vous intéresser : Astuces pour maintenir l’harmonie familiale pendant la quarantaine

D’autres recommandations pour que les personnes qui souffrent d’autisme vivent mieux la quarantaine

En plus de les tenir informées sur la situation actuelle, il est fondamental de transmettre un sentiment de tranquillité aux personnes qui souffrent d’autisme. Le message doit être clair, simple et juste (basez-vous toujours sur des sources fiables). Il est important de rester calme afin d’éviter une montée d’angoisse ou de stress.

Enfin, il est important que les personnes qui prennent soin d’une personne autiste prennent aussi soin d’elles. Tout comme il est important de faire en sorte que les différents membres de la famille continuent de prendre plaisir à être ensemble.

  • Mulas, F., Ros-Cervera, G., Millá, M. G., Etchepareborda, M. C., Abad, L., & Téllez de Meneses, M. (2010). Modelos de intervención en niños con autismo. Rev Neurol, 50(3), 77-84.
  • Martínez Martín, M., & Bilbao León, M. C. (2008). Acercamiento a la realidad de las familias de personas con autismo. Psychosocial Intervention, 17(2), 215-230.
  • Montañés, M. (2013). “Su hijo es autista”: un análisis crítico desde la realidad familiar.