Trismus : symptômes, causes et traitements

Ne pas pouvoir ouvrir la mâchoire est une condition anormale connue sous le nom de « mâchoire dentaire ». Découvrez quelles en sont les causes et quels traitements existent pour résoudre le problème.
Trismus : symptômes, causes et traitements

Dernière mise à jour : 06 janvier, 2022

Le trismus est une affection qui affecte la mâchoire. Les patients atteints de ce problème ont l’impression que cette zone du visage est comme gelée, de sorte qu’ils ne peuvent pas mâcher ou effectuer des mouvements normaux.

Mais il n’y a pas que la contracture de la mâchoire dans le trismus dentaire. Le tableau clinique s’accompagne d’une douleur intense qui affecte la qualité de vie.

Les causes sont variées. Dans cet article, nous allons les analyser et voir quels traitements existent actuellement pour résoudre ce problème de santé. Continuez à lire et découvrez.

Qu’est-ce que le trismus ?

Le mot “trismus” vient du grec trismus. Dans cette langue, cela signifie « grincer des dents ». Bien que certaines définitions ne le considéraient que comme un signe d’infection tétanique, le concept est aujourd’hui plus large.

Concrètement, le trismus dentaire est la contracture des muscles de la mâchoire qui empêche la bonne ouverture de la bouche. Par conséquent, le patient ne peut pas mâcher, par exemple, car la force de la contraction empêche la cavité buccale de s’ouvrir suffisamment.

Dans le tétanos, le lockjaw est associé au rire dit sardonique. Il s’agit d’une expression forcée du visage due à la contracture involontaire des muscles du visage, ce qui implique un sourire très large, avec les lèvres fermées et les sourcils relevés.

Dans des conditions normales, un adulte devrait être capable de faire une ouverture de bouche comprise entre 40 et 50 millimètres. Plus de 35 millimètres suffisent. Mais ceux qui ont des dents trismus n’atteignent pas ces valeurs.

Cela peut être limité à quelques jours, mais peut aussi durer des mois. Cela dépendra de la cause et des facteurs associés. Lorsqu’il dure quelques heures ou tend à disparaître avec le temps, il est généralement considéré comme bénin. Mais la chronologie de l’image entraîne des complications qui affectent la qualité de vie.

La mastication est une fonction de la bouche que nous utilisons quotidiennement. En ne pouvant pas le préciser de manière physiologique, il est logique de penser qu’il y aura de l’inconfort et même des problèmes alimentaires ou nutritionnels dérivés de ce fait.

Causes du trismus dentaire

Le blocage dentaire a diverses causes. Des maladies systémiques qui affectent la contraction musculaire du visage et d’autres parties du corps, aux réactions secondaires aux extractions dentaires.

Comme la contracture musculaire implique différents tissus, il faut considérer que chacun d’entre eux peut être lésé par une pathologie qui affecte finalement la contraction. Dans le cas de la mastication, il faut tenir compte du tissu musculaire lui-même, des nerfs qui innervent cette zone, des tendons et des ligaments.

Voyons en détail quelles sont les causes les plus fréquentes de trismus dentaire et quels symptômes accompagnent chaque tableau clinique.

1. Troubles de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM)

L’articulation temporo-mandibulaire ou ATM est constituée du condyle de la mandibule et des os du crâne. Il est situé devant l’oreille, de chaque côté, et joue un rôle clé dans l’ouverture et la fermeture de la bouche.

Les personnes présentant un dysfonctionnement au niveau de cette articulation ont souvent des douleurs chroniques qui s’aggravent dans certaines circonstances. Les mauvaises positions dans la journée, les troubles du sommeil, les mouvements brusques de la nuque et de la tête, voire le stress, sont des facteurs de risque d’exacerbation du problème.

Les causes sous-jacentes d’un trouble de l’ATM sont variées. Les patients peuvent souffrir d’arthrite des os qui composent l’articulation, par exemple, ou souffrir d’affections inflammatoires localisées dans la zone autour de l’oreille. Les traumatismes faciaux et le bruxisme sont également comptés comme causes.

Douleur de l'ATM causant la mâchoire serrée.
Les problèmes de l’ATM génèrent des signes mitigés. Parmi eux se trouve Lockjaw.

2. Infections de la région buccale

Une infection des tissus autour de la bouche ou dans la cavité elle-même peut entraîner un trismus. Ceci est le plus souvent évident lorsqu’il y a un abcès ou un phlegmon.

Les abcès sont des collections de pus provenant d’une infection n’importe où dans le corps. Dans la cavité buccale, une infection non traitée peut développer un phlegmon péri-amygdalien, c’est-à-dire autour des amygdales.

Ce pus accumulé exerce une pression sur les structures anatomiques voisines et favorise l’irritation des nerfs et des muscles qui s’y croisent. La conséquence est le blocage dentaire dû à la contracture involontaire du tissu musculaire responsable de la mastication.

3. Effets indésirables des médicaments

Il existe des principes actifs qui ont un effet néfaste sur le lockjaw. En réalité, la plupart d’entre eux sont capables de générer des contractures musculaires involontaires dans n’importe quelle partie du corps. Cependant, ils pourraient être situés dans la mâchoire.

Le métoclopramide, utilisé pour réduire les nausées et les vomissements, est rarement associé à la dystonie. Ce terme comprend toute contraction involontaire qui produit des mouvements étranges dans le corps.

L’effet indésirable est possible chez l’enfant, surtout, et lorsque les doses recommandées sont dépassées en fonction du poids du patient. Les cas ne sont pas si nombreux, mais c’est une situation à considérer si les plus petits sont hospitalisés et des quantités plus élevées de médicament sont administrées par voie intraveineuse.

En revanche, certains anesthésiques sont capables de générer une hyperthermie maligne. Il s’agit d’une réaction indésirable qui se produit également rarement chez les patients qui nécessitent une anesthésie pour une procédure. La température corporelle augmente, la fréquence cardiaque augmente et il y a des spasmes musculaires, y compris la mâchoire inférieure.

4. Cancer et radiation

Les cancers de la cavité buccale sont capables de générer une mâchoire de verrouillage comme symptôme secondaire. Cela pourrait s’expliquer par la pression exercée par la tumeur sur les nerfs de la région ou par une irritation à mesure que le néoplasme se développe et entre en contact avec les muscles impliqués dans la mastication.

Il a également été documenté que les traitements pour n’importe quel cancer peuvent conduire à une complication dentaire à moyen terme. La combinaison qui présente le risque le plus élevé est celle de souffrir d’une tumeur à la tête ou au cou et d’avoir été approchée par des séances de radiothérapie.

Le problème avec la radiothérapie pour le traitement du cancer est qu’elle stimule la production de cicatrices dans les muscles. Ce tissu fibreux empêche la contraction musculaire appropriée. Pour cette raison, l’utilisation de la plus petite quantité possible de dose radiante est de plus en plus favorisée et avec une amélioration de la précision de l’application, de sorte que le risque de cet effet secondaire est réduit.

5. Tétanos

Le tétanos est une maladie causée par une bactérie : Clostridium tetani. En fait, la cause directe est la toxine neurotrope produite par le micro-organisme.

Le symptôme cardinal de la pathologie est les spasmes musculaires. Ceux-ci peuvent se produire n’importe où sur le corps, y compris le visage.

Heureusement, il existe un vaccin pour prévenir la maladie. L’application massive à travers le monde est ce qui a permis la réduction des cas dans la plupart des pays, c’est pourquoi elle est actuellement considérée comme une maladie rare.

6. Chirurgie buccale

Les interventions chirurgicales sur la cavité buccale provoquent une irritation des structures adjacentes pouvant entraîner un trismus comme effet secondaire. Ceci apparaît notamment avec les extractions de pièces qui présentent des difficultés pour le dentiste. Par exemple, lorsque les dents de sagesse incluses doivent être retirées.

Au-delà de l’irritation, il y a aussi la possibilité que le patient doive être la bouche grande ouverte pendant une période prolongée pour que le professionnel puisse travailler. Cette hyperextension peut stimuler la mâchoire.

7. Autres causes de mâchoire dentaire

Moins fréquemment, les situations suivantes sont des causes de trismus :

  • Hypocalcémie : des taux sanguins réduits de calcium dans le sang affectent la contractilité des muscles dans tout le corps.
  • Syndrome de la personne raide : c’est une maladie auto-immune très rare avec des spasmes musculaires. Il se présente généralement avec d’autres troubles concomitants qui impliquent également des attaques d’anticorps, tels que le vitiligo.

Symptômes du trismus

La mâchoire dentaire apparaît généralement rapidement et en moins d’une journée, elle atteint sa contracture maximale. Les deux côtés de la mâchoire sont presque toujours touchés.

Il est courant qu’une partie de la bouche reste ouverte et que les lèvres ne soient pas complètement fermées. C’est un peu différent dans la présentation en tant que rire sardonique, car dans ce cas, il y a généralement un contact avec les lèvres.

Les douleurs dans la région de la tête et du cou apparaissent comme une conséquence de la mâchoire et s’expriment sous la forme de maux de tête et d’oreille (mal d’oreille). Les troubles de l’ATM sont ceux qui sont le plus étroitement associés à ce dernier signe.

Comme symptômes d’accompagnement moins spécifiques, nous pouvons mentionner les suivants:

  • Inflammation de la muqueuse buccale, appelée mucite.
  • Xérostomie ou bouche sèche.
  • Difficultés à parler
  • Crampes dans d’autres muscles du visage qui ne mâchent pas.

Complications

Si le trismus dentaire persiste avec le temps et devient chronique, certaines complications peuvent apparaître. Parmi les plus pertinents, nous avons les suivants :

  • Malnutrition : l’incapacité à bien s’alimenter entraîne une diminution des apports en nutriments et une altération des heures de repas. Si cela persiste pendant des mois, alors il y a un risque de perte de poids.
  • Bruxisme : le grincement des dents peut être une cause de dysfonctionnement de l’ATM conduisant à une mâchoire bloquée, mais c’est aussi une complication lorsqu’il y a d’abord une mâchoire bloquée chronique. Ensuite, les conséquences du serrement dentaire pourraient s’ensuivre, comme l’usure de l’émail.
  • Caries : les caries sont la pathologie la plus courante de la cavité buccale et les patients atteints de trismus présentent un facteur de risque supplémentaire de les développer. L’hygiène étant difficile en raison de la contracture de la mâchoire, le brossage n’est pas fait correctement et le fil dentaire n’est pas utilisé dans les pièces postérieures. Cela favorise la prolifération bactérienne.

Comment se fait le diagnostic ?

Pour le professionnel de santé, le diagnostic du trismus dentaire est un acte clinique. A l’examen physique, il est possible de vérifier la contracture des muscles masticateurs et l’incapacité du patient à ouvrir la bouche normalement.

Il existe un questionnaire standardisé connu sous le nom de Göteborg, qui n’a pas vraiment d’application dans la pratique clinique quotidienne pour le diagnostic. Certains dentistes et médecins l’utilisent pour surveiller et évaluer la réponse aux traitements mis en place.

La mesure de l’éventuelle ouverture buccale par le patient est un signe objectif. Si la personne ne peut pas dépasser 35 millimètres lors de la séparation de ses mâchoires, alors il peut y avoir une mâchoire dentaire en cours.

La demande de méthode supplémentaire consiste à enquêter et à trouver la cause du problème. Des tests d’imagerie (rayons X, IRM, tomodensitogrammes, échographies) et même des électromyogrammes peuvent être demandés si une lésion de la connexion nerf-muscle est suspectée.

Traitements disponibles pour le trismus

Premièrement, les causes du trismus doivent être trouvées pour les traiter et corriger le problème à la racine. Sans cette étape nécessaire, le tableau clinique ne peut être inversé.

Cependant, certaines mesures et certains médicaments sont généralement indiqués pour soulager les symptômes. Surtout si le diagnostic de la cause sous-jacente est retardé ou s’il existe une altération notoire de la qualité de vie.

Massages pour les mâchoires dentaires.
La physiothérapie a quelques techniques pour soutenir les patients atteints de trismus.

Relaxants musculaires et anti-inflammatoires

Les anti-inflammatoires, en combinaison avec des relaxants musculaires, peuvent réduire la tension de la mâchoire. De cette façon, le patient pourrait ouvrir un peu plus sa cavité buccale pour manger et se nettoyer.

Quant aux anti-inflammatoires, les non-stéroïdes et les stéroïdes sont prescrits à parts égales. Concernant les relaxants musculaires, la plus grande précaution à prendre est qu’ils provoquent de la somnolence et affectent les activités quotidiennes qui nécessitent une attention.

Après une chirurgie dentaire compliquée ou longue, la prescription d’ibuprofène ou de paracétamol à prendre dans les jours qui suivent pourrait réduire le risque d’effets secondaires. Dans tous les cas, cela doit être défini par le dentiste traitant.

Physiothérapie et massages

Travailler avec un physiothérapeute est très important chez les patients atteints de trismus. Le professionnel peut aider à réaliser des exercices de relaxation et d’étirement de la mâchoire.

Les personnes atteintes d’un cancer de la tête et du cou qui reçoivent une radiothérapie accompagnent souvent cette approche de séances programmées de physiothérapie pour des exercices de la mâchoire. Cette mesure a démontré une réduction de l’incidence du trismus dans ce groupe de population.

Dispositif d’étirement

Les kinésithérapeutes peuvent ajouter un appareil de massage qui est placé entre les mâchoires inférieure et supérieure. Cela complète les massages et stimule la plus grande ouverture qui ne serait obtenue qu’avec des techniques manuelles.

Un problème qui indique autre chose

Le trismus n’est pas une pathologie en soi. Il fait toujours référence à une autre cause sous-jacente qui doit être résolue pour résoudre la contracture de la mâchoire.

En ce sens, si vous remarquez que vous ne pouvez plus ouvrir la bouche comme vous le faisiez auparavant ou si vous ressentez une douleur intense lors de la mastication, vous devriez consulter un médecin ou un dentiste. Après l’examen physique et les tests correspondants, ils peuvent vous aider à retrouver la fonction qui a été perdue et qui vous empêche de mâcher et de parler normalement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Mâchoire disloquée : causes et traitement
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Mâchoire disloquée : causes et traitement

Une mâchoire disloquée est très douloureuse, mais assez rare. Découvrez dans cet article comment peut survenir ce problème de santé.



  • Prego, M. Ríos, et al. “Infección por Clostridium tetani: sospecharla para diagnosticarla.” Galicia Clínica 77.4 (2016): 175-176.
  • Garrigós Portales, Diana Denisse, Alejandra Paz Garza, and José L. Castellanos. “Bruxismo: Más allá de los dientes. Un enfoque inter y multidisciplinario.” Revista ADM 72.2 (2015).
  • Santiago-Rosado LM, Lewison CS. Trismus. 2020 Dec 7. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan–. PMID: 29630255.
  • Khan NU, Razzak JA. Abdominal pain with rigidity secondary to the anti-emetic drug metoclopramide. J Emerg Med. 2006 May;30(4):411-3. doi: 10.1016/j.jemermed.2005.07.013. PMID: 16740451.
  • Martins CA, Goldenberg DC, Narikawa R, Kowalski LP. Trismus and oral health conditions during diagnosis of malignant oral neoplasms. Braz J Otorhinolaryngol. 2020 Sep-Oct;86(5):552-557. doi: 10.1016/j.bjorl.2019.02.004. Epub 2019 Mar 18. PMID: 30962143.
  • Cho H, Lynham AJ, Hsu E. Postoperative interventions to reduce inflammatory complications after third molar surgery: review of the current evidence. Aust Dent J. 2017 Dec;62(4):412-419. doi: 10.1111/adj.12526. Epub 2017 Jun 14. PMID: 28498604.
  • Musha A, Shimada H, Kubo N, Kawamura H, Okano N, Miyasaka Y, Sato H, Shirai K, Saitoh JI, Yokoo S, Chikamatsu K, Ohno T. Evaluation of Carbon Ion Radiation-Induced Trismus in Head and Neck Tumors Using Dose-Volume Histograms. Cancers (Basel). 2020 Oct 25;12(11):3116. doi: 10.3390/cancers12113116. PMID: 33113829; PMCID: PMC7693287.
  • Salazar, Cristofer, Daniela Vicencio, and Lara Fernández. “Otalgia secundaria o referida, lo que el clínico debe saber.” Revista de otorrinolaringología y cirugía de cabeza y cuello 80.4 (2020): 531-539.
  • Johansson M, Karlsson T, Finizia C. Further validation of the Gothenburg Trismus Questionnaire (GTQ). PLoS One. 2020 Dec 17;15(12):e0243805. doi: 10.1371/journal.pone.0243805. Erratum in: PLoS One. 2020 Dec 31;15(12):e0245106. PMID: 33332402; PMCID: PMC7746186.
  • Karlsson O, Karlsson T, Pauli N, Andréll P, Finizia C. Jaw exercise therapy for the treatment of trismus in head and neck Cancer: a prospective three-year follow-up study. Support Care Cancer. 2021 Jul;29(7):3793-3800. doi: 10.1007/s00520-020-05517-7. Epub 2020 Nov 24. PMID: 32435968; PMCID: PMC8163667.