Virus respiratoire syncytial chez les bébés : symptômes et traitements

L'infection au virus respiratoire syncytial n'est dangereuse que pour certains bébés. Dans la majorité des cas, ce virus ne doit pas être source de préoccupation. Plusieurs projets de recherche sont actuellement en cours pour développer un vaccin contre le VRS.
Virus respiratoire syncytial chez les bébés : symptômes et traitements

Dernière mise à jour : 15 septembre, 2021

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est une infection qui peut avoir des conséquences importantes chez les bébés de moins de 2 ans. Toutefois, cela est rare car la majorité des enfants se remettent de la maladie sans problème.

Ce type d’infection est plus fréquent en hiver et au printemps. Il provoque des symptômes respiratoires semblables à ceux d’un rhume. Cependant, il existe des bébés chez qui le virus respiratoire syncytial est suivi d’une bronchite et d’une pneumonie. Il est donc important d’être vigilant.

Les symptômes du virus respiratoire syncytial disparaissent généralement en cinq à sept jours. La plupart des enfants l’attrapent avant l’âge de 3 ans. Il convient de noter qu’il génère une immunité à court terme, de sorte que la maladie peut réapparaître.

Pourquoi le virus respiratoire syncytial est-il dangereux pour les nourrissons ?

Dans certains cas, une infection grave par le VRS peut survenir. Bien que cette maladie puisse survenir à tout âge, elle tend à être plus grave chez les nourrissons.

Cela est dû au fait que les voies respiratoires des bébés ne sont pas bien développées. Par conséquent, ils ne peuvent pas tousser de mucus comme le ferait un corps plus mature. Cela peut entraîner un problème plus grave appelé bronchiolite, voire une pneumonie. Les bébés les plus sensibles au virus respiratoire syncytial sont ceux qui répondent aux critères suivants :

  • Les très jeunes nourrissons, âgés de moins de 6 mois.
  • Nourrissons prématurés ou avec un faible poids à la naissance.
  • Bébé de moins de 2 ans avec une maladie pulmonaire chronique.
  • Bébé de moins de 2 ans avec des problèmes cardiaques.
  • Les nourrissons dont le système immunitaire est affaibli par une autre maladie ou un traitement.
  • Les enfants atteints de troubles neuromusculaires, surtout s’ils limitent la déglutition ou l’expectoration.
  • Exposition au tabagisme maternel pendant la grossesse ou au tabagisme passif à la maison.
  • Antécédents d’allergie ou d’eczéma.
  • Vivre dans des conditions de promiscuité.
Un bébé malade.
Le virus respiratoire syncytial a tendance à affecter les enfants de moins de 3 ans.

Les principaux symptômes du virus respiratoire syncytial

Les symptômes de la maladie du virus respiratoire syncytial sont très similaires à ceux d’un simple rhume. Cependant, il est important de surveiller de près l’évolution de l’infection pour détecter tout signe d’aggravation.

Les symptômes courants

  • Fièvre
  • Toux sèche ou avec mucosités.
  • Nez qui coule
  • Congestion nasale
  • Éternuements
  • Irritabilité
  • Manque d’appétit
  • Faible énergie
  • Sifflements

Les symptômes graves

L’apparition d’autres symptômes plus sévères est souvent le signe que l’infection s’est aggravée. Les symptômes qui l’indiquent sont les suivants :

  • Respiration rapide ou difficile.
  • Les narines sont dilatées.
  • Grognements rythmiques lors de la respiration.
  • La respiration fait bouger le ventre et il y a des saccades dans la partie inférieure du cou ou entre les côtes.
  • Sifflements notables.
  • La cage thoracique s’enfonce et forme un « V » lors de la respiration.
  • Léthargie ou mouvements lents.
  • Le bébé a plus sommeil que d’habitude.
  • Il arrive que le bébé cesse de respirer.

Les complications possibles

La principale complication survient lorsque la maladie du virus respiratoire syncytial évolue vers une bronchiolite. Il s’agit d’une inflammation des petites voies respiratoires du poumon. Les bronches peuvent également s’enflammer et provoquer une bronchite.

Dans les cas les plus graves, l’infection évolue vers une pneumonie, c’est-à-dire une infection des poumons. Cela peut mettre la vie en danger. On estime que pour 100 enfants atteints d’une infection par le virus respiratoire syncytial, deux d’entre eux devront être hospitalisés. Ils peuvent avoir besoin d’oxygène, d’une intubation ou d’une respiration assistée.

Le bébé risque également de se déshydrater s’il ne reçoit pas suffisamment de liquides. Il est donc important qu’il continue à ingérer du lait maternel ou en poudre, de l’eau et d’autres liquides s’ils sont tolérés.

Quand consulter un médecin ?

Les symptômes d’aggravation apparaissent généralement entre le troisième et le cinquième jour après le début de la maladie. Appelez votre médecin si votre enfant présente un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • Fièvre très élevée qui ne disparaît pas.
  • Écoulement nasal épais.
  • Toux qui s’aggrave et qui est associée à l’expectoration d’un écoulement jaune, gris ou vert.
  • L’enfant mouille moins d’une couche toutes les huit heures, ce qui est un signe de déshydratation.

D’autres manifestations indiquent qu’il faut se rendre au service des urgences :

  • Difficulté à respirer ou pauses dans la respiration.
  • Langue, lèvres ou peau bleuâtres, violettes ou grisâtres.
  • Léthargie visible ou diminution marquée de l’activité du bébé.
  • Sommeil agité ou mauvais sommeil.
  • Fièvre de plus de 40 degrés.
  • Symptômes qui ne s’améliorent pas après sept jours.
Un bébé chez le pédiatre.
Lorsque les symptômes du virus respiratoire syncytial apparaissent, il est important de consulter un médecin.

Diagnostic et traitement du virus respiratoire syncytial

Le plus souvent, le pédiatre diagnostique l’infection par le virus respiratoire syncytial sur la base des symptômes du bébé. Cet examen sera suivi d’une exploration physique détaillée. En cas de doute, il peut demander un test par écouvillonnage nasal pour vérifier la présence du VRS.

Dans certains cas, un test de saturation en oxygène ou une radiographie pulmonaire peuvent également être nécessaires. Une fois le diagnostic confirmé, le traitement commence. L’objectif est de soulager les symptômes et de prévenir les complications. Les mesures suivantes sont généralement utilisées :

  • Médicaments. Si le cas le justifie, des médicaments sont utilisés pour aider à ouvrir les voies respiratoires. Parfois, des médicaments antiviraux sont également prescrits.
  • Oxygène. Lorsque le bébé a des difficultés à respirer, un apport supplémentaire d’oxygène peut être nécessaire pour éviter d’autres complications.
  • Hydratation intraveineuse. On l’utilise lorsque le bébé présente des signes de déshydratation ou des problèmes pour manger ou boire.

Soins à la maison et récupération

Dans la plupart des cas, l’infection par le virus respiratoire syncytial peut être traitée efficacement à domicile. En l’absence de symptômes graves, des mesures simples peuvent être prises pour soulager les symptômes et aider votre bébé à se rétablir. Voici quelques-unes des mesures qui peuvent être prises :

  • Encouragez la prise de liquides. Allaitez-le autant que possible et donnez-lui de l’eau s’il est capable d’en recevoir.
  • Utilisez une poire en caoutchouc. Cet outil permet de retirer le mucus de la bouche et du nez. Cela lui permet de respirer et de manger plus facilement. Une solution saline peut également être appliquée sur ces zones, dans le même but.
  • Vapeur dans le bain. Vous pouvez faire couler une douche chaude et laisser le bain se remplir de vapeur. Cela permet de réduire l’inflammation des voies respiratoires et de fluidifier le mucus.
  • Assurez-vous que l’enfant est aussi à l’aise que possible.
  • Humidificateur. L’humidification de l’air aide à fluidifier les sécrétions du bébé.
  • Médicaments en vente libre. Sur la base d’un avis médical, des médicaments tels que l’acétaminophène ou autres peuvent être administrés.

Le virus respiratoire syncytial disparaît généralement sans complications

Dans la plupart des cas, l’infection par le virus respiratoire syncytial se résout normalement et sans problème. Si le bébé présente l’un des facteurs de risque, il convient d’accorder une attention particulière à l’évolution des symptômes.

Le VRS étant très contagieux, le meilleur moyen de le prévenir est de ne pas exposer le bébé à la foule ou au contact de personnes malades. L’allaitement maternel est un excellent antidote contre toutes sortes d’infections.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment la pneumonie affecte-t-elle l’organisme ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Comment la pneumonie affecte-t-elle l’organisme ?

La pneumonie est une maladie très répandue dans le monde entier. La manière dont elle affecte l'organisme est une question très récurrente.



  • Naclerio, R. M., Bachert, C., & Baraniuk, J. N. (2010). Pathophysiology of nasal congestion. International Journal of General Medicine, 3, 47.
  • González Barredo, M. (2016). Presencia de aleteo nasal y frecuencia respiratoria alta en pacientes con disnea. Valoración enfermera en triage.
  • Benitez, J. A., Brac, E. S., Frías, L., & Aguirre, O. (2007). Virus sincitial respiratorio aspectos generales y básicos sobre la evolución clínica, factores de riesgo y tratamiento. Rev Posgrado Med, 171, 8-12.