6 curiosités sur le cerveau humain

6 octobre 2020
Le cerveau humain a été, est et sera toujours une grande source de doutes et d'incertitudes. Cependant, aujourd'hui, nous en savons beaucoup plus sur son fonctionnement.

Beaucoup d’encre a coulé, jusqu’à aujourd’hui, au sujet de l’organe le plus important du corps humain : le cerveau. Malgré cela, son fonctionnement et le potentiel qu’il peut avoir constituent toujours un mystère pour la science. Nous allons ici vous partager quelques curiosités sur le cerveau humain que vous ignoriez sans doute.

Au fil des ans, les études scientifiques sur ce fascinant organe ne cessent d’avancer et de trouver des réponses à toutes ses énigmes. Voici maintenant quelques-unes de ces curiosités qui ne vous laisseront pas indifférent.

6 curiosités sur le cerveau humain

1. La curiosité de la curiosité

Un cerveau miniature.

La curiosité est une propriété innée de notre cerveau, qui dépend de notre chimie cérébrale.

Êtes-vous une personne curieuse ? Probablement. C’est d’ailleurs pour cela que vous lisez cet article sur les curiosités du cerveau. Or, vous devez savoir que ce qui vous a mené jusqu’ici a une explication !

Quand quelque chose nous interpelle, on peut dire que la chimie cérébrale se modifie. Elle nous prépare ainsi à retenir plus d’informations et augmente notre capacité d’apprentissage grâce à la dopamine. C’est pour cela qu’il nous est beaucoup plus facile d’apprendre des choses sur ce qui nous intéresse, selon une étude publiée en 2014 dans la revue Cell.

2. Curiosités sur le cerveau : il peut survivre cinq minutes sans oxygène

Le cerveau a besoin d’être constamment fourni en oxygène et en nutriments pour fonctionner. Mais vous êtes-vous déjà demandé combien de temps il pouvait tenir sans oxygène (hypoxie cérébrale) ?

Certaines des cellules du cerveau commenceraient à mourir moins de cinq minutes après l’interruption de l’arrivée d’oxygène, selon les indications de Medline Plus. Ceci peut se produire, par exemple, à cause d’une inhalation de fumée lors d’un incendie, en cas d’asphyxie ou de haute altitude.

Ceci peut vous intéresser : 8 aliments pour prendre soin de notre cerveau

3. La taille du cerveau

La tête d'une personne.

La taille du cerveau a changé au fil de l’évolution, suite aux différentes adaptations.

De façon générale, le cerveau de l’homme est plus grand que celui de la femme, d’environ 10 %.

Cependant, une partie de cet organe est plus grande chez la femme : l’hippocampe. Celui-ci est lié à la mémoire. C’est ce que confirment des études comme celle publiée en 2014 dans la revue Neuroscience & Biobehavioral Reviews.

Une autre donnée curieuse à propos de la taille du cerveau est que ce sont les hommes de Néandertal qui ont eu le plus grand cerveau. Une recherche publiée en 2012 dans la revue Evolutionary Biology le confirme.

4. Curiosités sur le cerveau et le GPS

Saviez-vous qu’utiliser le GPS pour vous guider ou atteindre votre destination au lieu de vous servir de votre propre sens de l’orientation était nocif pour vous ? Cet appareil détériore cette capacité cérébrale que nous avions développée depuis des temps immémoriaux.

C’est ce que confirme une étude publiée en 2017 dans la revue Nature. À travers une résonnance magnétique, l’équipe de chercheurs qui a réalisé cette étude a pu observer des changements dans certaines parties du cerveau liées à l’orientation.

Cette habileté innée se base sur certaines connexions neuronales. En n’utilisant pas de façon habituelle cette partie du cerveau, nous cessons d’en avoir besoin et, par conséquent, la perdons. C’est d’ailleurs une chose qui peut se produire avec d’autres capacités qui, aujourd’hui, sont en train d’être remplacées par différentes applications technologiques.

5. Le meilleur âge du cerveau

Un cerveau en images.

La structure du cerveau varie au fil des ans d’une vie humaine, et pas seulement au fil de l’évolution en général.

La rapidité du cerveau commence à diminuer à partir de 24 ans. Cela vous préoccuperait-il ? Vous devez aussi savoir que les différentes habiletés cognitives atteignent leur pic d’efficacité à différents âges.

C’est ce que confirme une étude publiée dans la revue PLOS ONE en 2014. Les auteurs ont mené cette étude pour déterminer le rendement cognitif à l’adolescence et à l’âge adulte sur un groupe de joueurs de jeux vidéo.

Ils ont ainsi pu observer qu’à partir de 24 ans, une diminution dans le temps de réponse des participants avait lieu.

Lisez aussi : Des astuces pour exercer le cerveau et améliorer la mémoire

6. Le cerveau, cet organe mystérieux

Enfin, le cerveau sera toujours un objet d’étude. Il est probable que nous ne réussissions jamais à comprendre tous les mystères qui l’entourent car chaque personne a ses particularités et de nombreux facteurs entrent en jeu.

Nous savons cependant, et il s’agit là de données objectives, que le cerveau pèse plus ou moins 2 % du poids total de notre corps mais qu’il utilise un cinquième de sa consommation d’énergie et d’oxygène.

Vous êtes en outre composé de trois quarts d’eau. Avec 2 % de déshydratation, nous pourrions déjà connaître des difficultés cognitives. Par conséquent, nous devons bien penser à boire suffisamment d’eau tout au long de la journée, surtout en dehors des repas et si nous transpirons beaucoup.

 

 

 

  • Gruber, M. J., Gelman, B. D., & Ranganath, C. (2014). States of Curiosity Modulate Hippocampus-Dependent Learning via the Dopaminergic Circuit. Neuron. https://doi.org/10.1016/j.neuron.2014.08.060
  • Grady, C. L., & Craik, F. I. (2000). Changes in memory processing with age. Current Opinion in Neurobiology. https://doi.org/10.1016/S0959-4388(00)00073-8
  • Esiri, M. M. (2007). Ageing and the brain. Journal of Pathology. https://doi.org/10.1002/path.2089
  • (2018). Retrieved 21 May 2020, from https://www.elsevier.com/es-es/connect/medicina/pesos-y-medidas-de-los-organos-del-cuerpo-humano
  • cerebral, H. (2020). Hipoxia cerebral: MedlinePlus enciclopedia médica. Retrieved 21 May 2020, from https://medlineplus.gov/spanish/ency/article/001435.htm
  • Gruber, M. J., Gelman, B. D., & Ranganath, C. (2014). States of curiosity modulate hippocampus-dependent learning via the dopaminergic circuit. Neuron, 84(2), 486-496.
  • Ruigrok, A. N., Salimi-Khorshidi, G., Lai, M. C., Baron-Cohen, S., Lombardo, M. V., Tait, R. J., & Suckling, J. (2014). A meta-analysis of sex differences in human brain structure. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 39, 34-50.
  • Leigh, S. R. (2012). Brain size growth and life history in human evolution. Evolutionary Biology, 39(4), 587-599.
  • Javadi, A. H., Emo, B., Howard, L. R., Zisch, F. E., Yu, Y., Knight, R., … & Spiers, H. J. (2017). Hippocampal and prefrontal processing of network topology to simulate the future. Nature communications, 8(1), 1-11.
  • Thompson, J. J., Blair, M. R., & Henrey, A. J. (2014). Over the hill at 24: Persistent age-related cognitive-motor decline in reaction times in an ecologically valid video game task begins in early adulthood. PloS one, 9(4).