8 choses à ne jamais faire à un nouveau-né

8 août 2018
Une fois que notre bébé est arrivé, nous ne savons souvent pas quoi faire de toutes les informations que nous avons reçues de notre entourage quant à la façon d'en prendre soin. Découvrez ici ce que vous ne devez pas faire à votre bébé.

Lorsqu’un nouveau-né arrive dans les bras de sa mère, qu’il la sent proche, sent sa peau et entend sa voix, il trouve la paix. La maman ressentira sans aucun doute beaucoup de belles sensations, mais elle pourra aussi être nerveuse, surtout si c’est la première fois.

Parmi les conseils des grands-mères, sœurs, tantes et amies qui sont déjà maman, le cours prénatal et tout ce qu’elle a pu lire sur des centaines de pages Internet; , la mère, lorsqu’elle a le nouveau-né dans ses bras, ne sait très probablement pas quoi faire avec autant d’informations.

 Nous allons vous résumer les bases si votre bébé est déjà à la maison. L’idée est de commencer à vivre l’expérience de la maternité du bon pied. Voici ci-après huit situations que vous ne devriez jamais laisser connaître à votre nouveau-né.

Ce qu’il ne faut jamais faire à un nouveau-né

1. L’ignorer

Ne laissez pas votre bébé seul dans son lit ni dans le berceau, ou sur la table à langer, ou n’importe quelle autre pièce. On ne doit pas laisser un nouveau-né seul ou l’ignorer, et ce peu importe le moment. Pleurer est sa façon de communiquer; s’il pleure, c’est parce qu’il a besoin quelque chose: de manger, la couche est sale, il a mal quelque part ou tout simplement il veut sa maman.

Il faut arrêter de croire en des phrases telles que « il est nécessaire pour lui d’apprendre à être indépendant ». Il y aura un temps pour votre enfant de devenir indépendant. Comme pour tout mammifère, un nouveau-né a besoin que la mère soit proche et lui prête attention. Après avoir passé neuf mois dans votre ventre, où il a seulement entendu votre voix, il pleurera pour vous avoir à ses côtés.

Vous souhaitez en savoir plus? Comment apprendre à votre enfant à dormir toute la nuit?

2. L’allaiter à des heures précises

Si vous avez choisi la voie de l’allaitement maternel, et bien que ce soit le plus exigeant, rien n’est comparable au moment où vous donnez le sein à votre bébé et qu’il vous regarde dans les yeux. Félicitations!

Donner le sein à son bébé ne doit pas être fait à des heures fixes, ce doit être sur demande. Les temps d’alimentation conseillés de 3 heures s’adressent auxs bébés nourris avec du lait infantile.

Un nouveau-né n’a pas seulement besoin du sein de sa mère lorsqu’il a faim ou soif. C’est aussi le seul moyen qu’il a de se lier, de trouver du réconfort, et de ressentir l’amour de sa mère.

3. Le laissez pleurer

Vos grands-mères ou vos tantes vous diront peut-être que vous devriez le laisser pleurer dans le berceau, car sinon il ne s’habituera jamais; les plus audacieuses iront mêmes jusqu’à dire qu’il pleure pour vous manipuler.

La manipulation est un concept qui s’applique aux adultes, pas à un nouveau-né. Ainsi la question clé que vous pouvez vous poser est la suivante: Après l’avoir attendu 9 mois, vais-je vraiment le laisser pleurer sans y prêter attention?

Un bébé qui pleure et envers lequel on ne porte aucune attention finira effectivement par cesser de pleurer mais parce que vous lui aurez transmis quelque chose: vous ne vous souciez pas de ce qui lui arrive. Pleurer est sa seule forme d’expression; ainsi quand il pleure, il cherche à vous dire quelque chose.

4. Le laisser seul pendant qu’il dort

Un nouveau-né ne dort pas comme un adulte. Toutes les deux ou trois heures, il se réveille et cherche sa mère afin de pouvoir se rendormir. On n’apprend pas à un bébé à dormir, il va dormir parce qu’il est naturel pour lui de le faire.

Trouver le sommeil par lui-même est un processus qui va arriver petit à petit, à mesure qu’il grandit. Si vous n’êtes pas convaincue que le co-dodo est une option viable pour vous et votre bébé, placez alors son berceau à côté de votre lit afin que vous puissiez vous lever le plus rapidement possible. Cela vous aidera également à ne pas vous lever trop souvent la nuit.

5. Le secouer brusquement

Il faut le reconnaître: après avoir passé de très mauvaises nuits car votre bébé ne cesse de pleurer et que personne ne sait quoi faire ou ce qui lui arrive; la situation peut vite devenir désespérante. Le père ou la mère qui nie avoir été tenté(e) de le secouer pour voir s’il arrête de pleurer vous ment probablement.

Une secousse soudaine n’aidera pas un bébé à cesser de pleurer. Il est plus probable qu’il aura peur et pleurera davantage, et que du fait de sa fragile anatomie, il en sera peut-être même blessé. Des câlins affectueux et réguliers lui procureront la paix et la tranquillité dont il a besoin pour se calmer.

6. Lui refuser vos bras

Les bras de la mère détendent le nouveau-né. S’il ne prend pas l’habitude d’être régulièrement dans les bras de sa maman, il lui sera difficile d’apprendre à se détendre et à se laisser aller dans la vie. Après 3 heures de séparation physique avec sa mère, les réponses de la douleur du bébé sont activées, ce qui provoque du stress et, éventuellement, des déficits de la mémoire.

Un nouveau-né ne peut pas rester seul. Il a besoin du plus grand contact possible avec la mère pour qu’elle le soutienne, le protège et lui fournisse ce dont il a besoin. Limiter le contact au début de la vie dégénère les récepteurs des hormones du bonheur (sérotonine, opioïdes endogènes et oxytocine).

Vous l’ignoriez ? Porte-bébés: les avantages et les inconvénients

7. Le punir

Une fessée apprend à un bébé à se méfier de la personne qui s’occupe de lui, à supprimer ses besoins, à affaiblir ses motivations en découvrant le monde qui l’entoure, à ne pas avoir confiance en lui-même parce que ses impulsions ne sont pas importantes, à s’habituer à la douleur et au stress .

Pour élever des bébés heureux et sûrs que leurs besoins sont satisfaits, il faut avoir de la patient.  il est bien sûr facile de se laisser emporter par le désespoir. C’est complexe de prendre soin d’un nouveau-né ! Mais un bébé a besoin de la patience des adultes qui s’en occupent.

Quelque chose de très important: lorsque les personnes qui aiment le plus un bébé sont capables de réguler les émotions négatives qui les frappent, elles garantissent des adultes plus empathiques et coopératifs dans le futur.

8. Se méfier de votre instinct

Les opinions seront nombreuses, allant de ce qui a été proposé et vérifié par les spécialistes aux expériences que partagent toutes les mères de votre entourage. Bien que ce cercle de femmes et de mères puisse être d’un grand soutien au début de la relation avec votre bébé, quand quelque chose au fond de vous, vous dit de prendre un autre chemin, ayez confiance en vous.

La maternité reconnecte la femme avec sa nature et son instinct le plus pur.

A découvrir aussi