Connaissez-vous la différence entre l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie ?

· 4 mars 2015
Tandis que les personnes qui souffrent d'hyperthyroïdisme ont tendance à perdre du poids et à transpirer excessivement, les personnes qui souffrent d'hypothyroïdisme peuvent prendre ou perdre du poids, et ressentir plus le froid.

Connaissez-vous la différence entre l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie ? En effet, sauf à d’être directement touché, ou d’avoir un proche qui en souffre, il est difficile de distinguer quelles sont leurs différences.

Dans cet article, nous vous expliquons donc quels sont les symptômes de chacune des maladies ainsi que leurs principales causes pour savoir la différence entre l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie.

Nous vous donnons également quelques conseils pour améliorer votre qualité de vie si vous en souffrez.

Différence entre l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie : qu’est-ce que la thyroïde ?

La thyroïde est une glande en forme de papillon, située juste au-dessus de la trachée. Elle a pour fonction de réguler le métabolisme du corps et également de participer à la production d’hormones. C’est le cas notamment de thyroxine et de triiodothyronine.

La thyroïde est contrôlée par l’hypothalamus et l’hypophyse.

différence entre l'hypothyroïdie et l'hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie

Dans le cas de l’hyperthyroïdie, et comme l’indique le préfixe « hyper », la glande fonctionne en surrégime et provoque une hypersécrétion hormonale. Cela affecte moins d’1% de la population mondiale, et touche principalement les femmes âgées de 30 à 40 ans.

Le signe le plus évident de cette maladie est l’apparition d’un goitre (dû à l’augmentation de la taille de la thyroïde). Ainsi, les symptômes habituels sont la tachycardie, la perte de poids, la nervosité.

Des tremblements, l’insomnie et la sudation excessive peuvent également apparaitre. 

Les causes de l’hyperthyroïdie

  • Maladies graves
  • Consommation excessive d’aliments contenant de l’iode ou bien exposition directe à l’iode
  • Inflammation de la thyroïde par des infections virales, des médicaments ou également après une grossesse
  • Tumeurs bénignes de la glande thyroïde ou de l’hypophyse
  • Tumeurs des testicules ou des ovaires
  • Consommation excessive de médicaments

Traitement naturel

Suivez toujours les traitements prescrits par votre médecin. Cependant, certains aliments peuvent également vous aider à améliorer votre sensation de bien-être :

  • Chou
  • Brocoli
  • Radis
  • Épinards
  • Soja
  • Haricots
  • Pêches
assiette de brocolis

Conseils supplémentaires :

En plus d’inclure ces aliments dans votre régime quotidien, évitez au maximum les aliments riches en iode.

Il est également bon de réaliser des exercices réguliers pour aider le métabolisme à se réguler, et d’éviter autant que possible les stimulants qui empirent cet état :

  • Alcool
  • Café
  • Boissons au cola
tasse de thé vert

Lisez également :

Café vert : un allie minceur 

La différence entre l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie : l’hypothyroïdie

A l’inverse, l’hypothyroïdie touche environ 3% de la population, notamment les femmes âgées de plus de 50 ans ou qui viennent tout juste d’accoucher.

Elle se manifeste ainsi par une chute des niveaux d’hormone thyroïde dans le plasma sanguin, et également par des symptômes comme la fatigue, l’épuisement, la fatigue musculaire, la sensibilité au froid, les variations de poids inexplicables, la dépression et d’autres déséquilibres émotionnels.

D’autres symptômes plus subtils peuvent aider à détecter cette maladie difficile à diagnostiquer et pour donc faciliter ainsi la différence entre l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie : un teint pâle ou jaunâtre, de la rétention d’eau, une chute des cheveux.

Un manque de cils et de sourcils, ou une peau très sèche peuvent également apparaitre.

Les causes de l’hypothyroïdie

  • Différents types de thyroïdites
  • Un accouchement récent (généralement après avoir souffert d’hyperthyroïdie)
  • Défauts congénitaux
  • Thérapies de radiation du cou
  • Médicaments antithyroïdiens
  • Traitements au lithium
  • Carence chronique en iode

Les traitements naturels

En plus des traitements adéquats, prescrits par le médecin, vous pouvez consommer des aliments pour augmenter vos niveaux d’iode :

  •    Persil
  •    Oeufs
  •    Abricots
  •    Poisson bleu
  •    Bananes
  •    Amandes
  •    Cresson
  •    Concombres
  •    Pois
  •    Pommes
  •    Figues
  •    Sel iodé ou sel marin
  •    Aliments marins et algues riches en iode comme les algues kelp, ou fucus
  •    Poissons
  •    Fruits de mer
  •    Coings
saumon

Lisez également :

Les 8 aliments riches en iode qui stimulent la glande thyroïde 

Autres conseils :

Si vous consommez des algues, faites en sorte qu’elles soient biologiques pour qu’elles ne contiennent aucune substance toxique. Si vous n’aimez pas leur goût, consommez-les alors sous forme de comprimés.

Elles apportent de l’iode, mais aussi beaucoup d’autres minéraux et acides aminés essentiels, et sont donc très bénéfiques pour notre organisme.

Une autre solution serait de se préparer un sel aux algues. En effet, en meulant le sel marin et les algues marines, vous obtiendrez un excellent sel qu’il vous faudra bien mélanger et garder dans un récipient bien fermé.

Le sel agira en effet comme conservateur sur les algues. Vous pouvez l’utiliser de la même manière que du sel normal pour préparer vos soupes, vos ragoûts, etc.

Vous devrez éviter de consommer les aliments suivants, qui bloquent l’absorption d’iode : le chou, le chou de Bruxelles, le chou-fleur, le brocoli, les épinards, le chou pommé, le soja, les pêches, les haricots et le citron vert, tout comme les aliments transformés, raffinés, et aussi l’eau du robinet.

De plus, vous pouvez vous préparer des infusions de pouliot et de gingembre, et également assaisonner vos aliments avec du piment de Cayenne. 

Images de Ulterior Epicure, Daniel Friedle et Pokrzywinski

  • Bernal, J. (2011). Thyroide hormone resistance syndromes. Endocrinología y Nutrición (English Edition). https://doi.org/10.1016/S2173-5093(11)70043-5
  • PASSOUANT-FONTAINE, T. (1954). Le role de la thyroide dans la r??sistance a la fatigue musculaire. Montpellier m??Dical. https://doi.org/http://dx.doi.org/10.1053/j.semss.2010.06.005
  • Monnier, A. (1997). Effets tardifs de la radiotherapie externe sur la glande thyroide. Cancer/Radiotherapie. https://doi.org/10.1016/S1278-3218(97)82948-4