Cycle des semences : caractéristiques et avantages

Le cycle des semences est devenu populaire pour ses effets sur la santé hormonale. Savez-vous en quoi il consiste ? Nous vous disons tout ici à ce sujet.
Cycle des semences : caractéristiques et avantages

Dernière mise à jour : 20 juin, 2022

Le cycle des semences est une méthode de médecine alternative qui consiste à réguler naturellement les hormones. Plus précisément, la prise de certaines graines est synchronisée avec le cycle menstruel.

L’objectif est de fournir des acides gras, des phytoestrogènes et certaines vitamines qui contribuent à la production de certaines hormones. En d’autres termes, l’idée est de donner au corps les nutriments dont il a besoin à chaque étape du cycle menstruel. Et ce, car au-delà des saignements, cette période entraîne une série de changements physiques et mentaux qui peuvent être difficiles à gérer. Approfondissons.

Qu’est-ce que le cycle des semences ?

Le cycle des semences se caractérise par la consommation de certaines graines de manière alternée, en fonction de la période du cycle menstruel. Ces aliments apportent un apport de vitamines, de minéraux, d’acides gras et de phytoestrogènes qui aident à produire, métaboliser et libérer des hormones.

Pour mieux le comprendre, il faut comprendre le cycle menstruel. Ce dernier englobe une série de processus et de changements que toutes les femmes subissent chaque mois. Le corps essaie de se préparer à une éventuelle grossesse. Des œufs sont produits à l’aide de l’hormone folliculostimulante (FSH) et de l’hormone lutéinisante (LH). Il y a également production d’œstrogènes et de progestérone.

Ces dernières sont les plus importantes, car elles déterminent la phase folliculaire et la phase lutéale du cycle menstruel. Dans la phase folliculaire, les niveaux d’œstrogènes augmentent dans le cadre du processus et de la préparation de la libération de l’ovule. Cette phase s’étend du jour 1 au jour 14.

Dans la phase lutéale, l’ovulation commence le 14e jour jusqu’au début des règles. C’est à ce moment-là que la production de progestérone augmente en vue de préparer le corps à une éventuelle grossesse. Comme l’ovule n’est pas fécondé, il est expulsé avec le sang.

Le cycle des semences a pour but de maintenir un équilibre dans chaque phase du cycle menstruel : l’idée est que le corps ait une activité hormonale optimale.

Graines de lin.
Les nutriments présents dans certaines variétés de graines aident à équilibrer la santé hormonale pendant le cycle menstruel.

Que contiennent les graines qui permettent de réguler le cycle menstruel ?

Les graines oléagineuses, telles que les graines de lin, de tournesol, de courge et de sésame sont riches en acides gras polyinsaturés des séries oméga-3, 6 et 9. Parmi ceux-ci, l’acide linoléique, qui est anti-inflammatoire, se démarque ; les acides linolénique et oléique font partie de la production d’hormones.

Ces graines contiennent également des vitamines complexes B, A, E et K. Leurs principaux minéraux sont le potassium, le calcium, le fer, le magnésium, le zinc et le phosphore. Ces nutriments peuvent participer au contrôle et à la fabrication des hormones.

Elles contiennent aussi des composés bioactifs, tels que les phytoestrogènes. Les phytoestrogènes sont des composés non stéroïdiens d’origine végétale qui, une fois ingérés, sont transformés en hormones actives grâce à l’action de bactéries intestinales.

Certains phytoestrogènes, tels que ceux du soja, présentent un certain type d’activité œstrogénique. C’est par exemple le cas des isoflavones.

Une étude révèle que certaines graines oléagineuses peuvent avoir d’autres types de phytoestrogènes avec une activité œstrogénique moyenne ou faible. Les lignanes et les coumestrans font partie de ce groupe.

Tout cela explique pourquoi la consommation de graines est associée à une incidence plus faible de maladies chez les femmes asiatiques. Alors que le régime occidental fournit environ 5 milligrammes de phytoestrogènes par jour, le régime asiatique fournit lui entre 40 et 200 milligrammes de phytoestrogènes par jour.



Les avantages du cycle de semences

On pense que le cycle des semences peut contribuer au soulagement de certains symptômes du cycle menstruel de la femme. Ses bienfaits semblent également s’étendre aux femmes en période de ménopause et de périménopause. Cependant, davantage de preuves scientifiques sont encore nécessaires.

1. Contrôle du cycle menstruel

La consommation de certaines graines est utile pour les femmes ayant des règles irrégulières. En plus des phytoestrogènes, les graines contiennent des acides gras oméga-3 et de l’acide oléique qui équilibrent la santé hormonale. Par conséquent, elles optimisent le fonctionnement du cycle menstruel.

2. Prévention de l’inflammation prémenstruelle

La consommation régulière de graines équilibre les hormones et aide à réduire les symptômes prémenstruels, tels que l’inflammation. De plus, elle harmonise l’hypothalamus avec l’hypophyse et l’ovaire.

3. Effet favorable sur la santé des os

Le cycle des semences favorise la résorption osseuse par une prolifération et une différenciation ostéoblastiques accrues. Par conséquent, cette approche est considérée comme une bonne alternative pour favoriser la santé des os.

Cependant, il faut tenir compte du fait que les données disponibles sont encore limitées et qu’il existe peu d’études cliniques chez l’homme. Par conséquent, cette approche ne devrait pas constituer un traitement de premier choix.



4. Traitement des symptômes climatériques

Les phytoestrogènes apportés par les graines sont des alliés pour le contrôle des symptômes de la ménopause. Plus précisément, ils contribuent à la réduction des bouffées de chaleur, puisqu’ils agissent comme des agonistes des œstrogènes dans le centre thermorégulateur de l’hypothalamus.

Un groupe de chercheurs a observé que sur 190 femmes traitées aux phytoestrogènes, 80 à 82 % observaient une réduction du nombre de bouffées de chaleur. Ces substances ont également été associées à une amélioration de la qualité du sommeil et à une diminution de la nervosité et de la dépression.

Quelles sont les graines les plus utilisées ?

Certaines graines se démarquent par leurs bienfaits pendant la période menstruelle. Ce sont les suivantes :

  • Citrouille : elles fournissent une série de minéraux, tels que le zinc, qui améliorent les niveaux de l’hormone testostérone. Elles contiennent également du magnésium et du tryptophane, un acide aminé, qui, ensemble, améliorent le sommeil, maintenant ainsi l’équilibre hormonal.
  • Sésame : elles aident à bloquer l’excès d’œstrogènes et à maintenir l’équilibre hormonal. Le coumestran ou coumestrol est le phytoestrogène le plus courant. Il influence les hormones féminines, régule l’inflammation et favorise le métabolisme des précurseurs des hormones sexuelles tels que le cholestérol.
  • Lin : elles sont riches en lignanes, aussi appelées modulateurs œstrogènes.
  • Tournesol : elles contribuent à réduire les œstrogènes dans la phase lutéale grâce au coumestrol.
Quelles sont les graines les plus utilisées ?
Les graines de tournesol sont riches en acides gras, vitamines et minéraux. Leur apport est associé à l’équilibre des niveaux d’œstrogènes.

Comment mettre en œuvre le cycle des semences ?

Nous savons déjà que le cycle menstruel est divisé en phase folliculaire et phase lutéale. Dans chacune de ces phases, différentes graines sont ingérées.

Phase folliculaire (1-14 jours)

Dans cette phase, les niveaux de progestérone ont tendance à baisser. Par conséquent, la consommation de graines de citrouille est recommandée. Celles-ci, à leur tour, favorisent une bonne production de testostérone et interviennent dans la production de mélatonine. On pense même qu’elles aident à améliorer l’humeur, car elles optimisent la sécrétion de sérotonine.

Les autres graines que vous pouvez consommer lors de cette première étape sont les graines de lin et les graines de chia. Les deux contiennent des graisses polyinsaturées qui aident à fabriquer des hormones, tout en étant anti-inflammatoires et régulatrices. Elles contiennent également des mucilages qui favorisent la santé intestinale.

  • Idéalement, mangez une cuillère à soupe de graines de lin et une autre de citrouille au cours des deux premières semaines du cycle menstruel.

Phase lutéale (14-28 jours)

Dans cette phase, les œstrogènes commencent à diminuer, tandis que la progestérone augmente. Par conséquent, il convient d’ingérer d’autres types de graines. L’une des variétés recommandées est le sésame, qui permet d’éviter les excès d’œstrogènes. Elles sont riches en calcium et en vitamine B6, qui sont nécessaires pour équilibrer le cycle menstruel.

Une autre variété idéale est la graine de tournesol, qui se distingue par sa teneur en acides gras polyinsaturés et en calcium. Elle aiderait le foie à traiter les fluctuations hormonales. En outre, elle semble affecter l’activation de la progestérone.

  • Il est recommandé de manger une cuillère à soupe de graines de sésame et une autre de graines de tournesol.

Remarque : dans les deux phases, les graines doivent être consommées crues, fraîches et moulues.

Que retenir du cycle des semences ?

À ce jour, les preuves de l’efficacité du cycle des semences restent limitées. Bien que certaines études aient soutenu les avantages de certaines graines dans la régulation du cycle menstruel, d’autres essais sont encore nécessaires. Quoi qu’il en soit, ces aliments sont sains et s’inscrivent dans le cadre d’une alimentation saine et variée.

En cas de problèmes avec le cycle menstruel, tels que des saignements abondants, des irrégularités ou des symptômes forts, il est préférable de consulter un médecin. Le professionnel de santé pourra vous orienter vers d’autres habitudes et traitements.

Cela pourrait vous intéresser ...
3 recettes avec des graines de tournesol que vous devriez essayer
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
3 recettes avec des graines de tournesol que vous devriez essayer

Les graines de tournesol augmentent la qualité nutritionnelle de nombreux plats. Nous vous proposons 3 recettes !



  • Ivonne Díaz-Yamal, Liliana Munévar-Vega. FITOESTRÓGENOS: REVISIÓN DE TEMA. Revista Colombiana de Obstetricia y Ginecología Vol. 60 No. 3 • 2009 • (274-280).
  • Tránsito López. Fitoestrógenos. Eficacia y seguridad. Offarm. 2010, Vol. 29. Núm. 3. 2010, Páginas 86-90.
  • Navarro Despaigne Daysi A. Fitoestrógenos Y su utilidad para el tratamiento del síndrome climatérico. Rev Cubana Endocrinol  [Internet]. 2001;  12( 2 ). Disponible en: http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1561-29532001000200009&lng=es.
  • Alvernia González, Sergio; Universidad del Rosario. Palacios Gil-Antuñano. Fitoestrógenos y la salud de la mujer / Phitoestrogens and the health of the woman. Rev. colomb. menopaus ; 6(1): 22-34, ene. 2000. tab, graf.
  • How Seed Cycling Supports Women’s Hormonal Health. National University of Nature Medicine. 2019. Disponible en: https://nunm.edu/2019/02/seed-cycling/
  • Emilio González Jiméneza , Guillermo A. Cañadas de la Fuentea Rafael Fernández Castillob , Judit Álvarez Ferrec , Carolina González Antón. Fitoestrógenos y sus efectos sobre la Osteoporosis en la Mujer Posmenopáusica. REV CLÍN MED FAM 2010; 3 (3): 201-205.
  • ESTELLES, Andrea; GÓMEZ, Melisa Stephanie; PARRA MARTÍNEZ, Facundo Javier; ROMERO, Ariel José; LÓPEZ, Laura Beatriz. SEMILLAS DE GIRASOL, LINO, CHÍA y SÉSAMO. COMPUESTOS NUTRICIONALES Y SU EFECTO SOBRE LA SALUD. Revista Nutrición Investiga, pp, 1-59. Disponible en: http://escuelanutricion.fmed.uba.ar/revistani/pdf/21a/rb/911_c.pdf
  • Phipps WR, Martini MC, Lampe JW, Slavin JL, Kurzer MS. Effect of flax seed ingestion on the menstrual cycle. J Clin Endocrinol Metab. 1993 Nov;77(5):1215-9. doi: 10.1210/jcem.77.5.8077314. PMID: 8077314.