Effet spectateur : comment agit-on en cas d'urgence ?

L'effet spectateur indique que l'influence sociale est une variable importante ; ce que font les autres conditionne le comportement.
Effet spectateur : comment agit-on en cas d'urgence ?

Dernière mise à jour : 10 mai, 2022

Comment pensez-vous agir en cas d’urgence ? Si vous voyez quelqu’un se faire agresser dans la rue, que pensez-vous que vous feriez ? Beaucoup de gens répondraient “j’interviens, sans hésiter” ou “j’appellerais la police”. Cependant, il y a ceux qui doutent qu’ils soient capables d’avoir une réaction efficace. Qu’est-ce que l’effet spectateur ?

Sur la base des résultats de certaines expériences et d’expériences ultérieures, l’effet spectateur montre que ces réponses peuvent être influencées par la présence ou l’absence d’autres personnes dans la scène. Voyons de quoi il s’agit.

Qu’est-ce que l’effet spectateur ?

Aussi connu sous le nom d'”effet Genovese”, ce phénomène est né d’un incident survenu sur la voie publique à New York en 1964. Catherine Genovese rentrait chez elle lorsqu’elle a été agressée et battue.

La scène a été vue par plusieurs personnes depuis leurs fenêtres (on estime à environ 38 personnes) et une seule d’entre elles a pu intervenir en criant : « laisse la fille tranquille ».

Ce fait — glaçant en soi — a causé un choc encore plus grand en raison de ce qu’on pourrait appeler la passivité de ceux qui étaient présents, presque en tant que spectateurs. Qu’est-il arrivé ?

Un groupe de psychologues dédié à l’investigation des phénomènes sociaux, appelé Bibb Latané et John Darley, a réalisé une série d’expériences dans un environnement en intervenant avec certaines variables du contexte pour enquêter sur «l’effet spectateur».

Qu'est-ce que l'effet spectateur ?
L’effet de proximité montre que la présence de plusieurs personnes dans une situation d’urgence réduit la capacité d’intervention.

En quoi consistait l’expérience ?

Les étudiants ont été invités à participer à un débat sur différents problèmes de la vie étudiante dans la grande ville. On leur a dit qu’ils pourraient à tour de rôle donner leur avis et s’écouter, mais qu’ils seraient isolés.

En fait, seul le type dans la première pièce était réel ; c’était lui qui était étudié. Le reste des participants étaient fictifs, puisqu’il s’agissait de voix enregistrées. L’expérience a été organisée comme suit :

  • Une personne dans la première pièce et une autre dans la seconde.
  • Un autre dans la première pièce et deux dans la seconde.
  • Aussi une personne dans la première et cinq dans la seconde.

Pendant le test, l’une des personnes a dit qu’elle avait l’habitude d’avoir des crises d’épilepsie lorsqu’elle devenait nerveuse. Ensuite, elle a donné son avis et les autres participants ont continué (voix enregistrées). Enfin, le vrai sujet est intervenu.

Mais, après cela, quand c’est à nouveau le tour de la personne épileptique, elle commence à dire qu’elle se sent mal, qu’elle est très nerveuse et qu’elle feint une crise. À ce stade, ce qui est mesuré est le nombre de participants qui ont aidé et le temps qu’il a fallu pour le faire.

Les résultats ont montré que lorsqu’il y avait plus de personnes dans la pièce, l’intervention diminuait. De cette façon, la théorie précédemment proposée concernant l’effet spectateur a été confirmée.

Enfin, il convient de mentionner que plusieurs expériences ont été menées dans le même sens, avec des résultats similaires. Par exemple, ceux de Latané et Rodin (1969).

Quelles ont été les conclusions de l’expérience ?

Au-delà de pouvoir penser à un choc initial qui paralyse l’action, il existe d’autres raisons de ne pas agir. Certaines des conclusions de l’expérience qui soutiennent la théorie de l’effet spectateur étaient les suivantes :

  • Plus la présence de personnes est importante, plus grande est la probabilité que personne – ou très peu de témoins – n’intervienne.
  • Dans une situation où il y a plusieurs témoins et que n’importe lequel d’entre eux peut intervenir, le sens moral et le sens des responsabilités sont dilués. En d’autres termes, cette responsabilité devient partagée, il est donc possible de se sentir moins obligé d’agir. Il y a même ceux qui tiennent pour acquis qu’une autre personne est intervenue en appelant la police ou en faisant une demande d’aide de quelque nature que ce soit.
  • Les gens tiennent compte des critères de leurs pairs lorsqu’ils prennent une décision. Par conséquent, en observant que personne n’est impliqué dans une situation, la conclusion à laquelle on arrive est qu’il vaut probablement mieux ne pas intervenir. C’est-à-dire “si les autres ne font rien, c’est qu’il vaut mieux ne pas le faire”. L’influence sociale a un poids énorme dans la décision d’agir ou de ne pas agir.
  • Enfin, si une situation est ambiguë au début, les gens décident de ne pas agir parce qu’ils ne comprennent pas bien ce qui se passe. Même dans certains cas, pour “se calmer”, on arrive à la conclusion qu’il n’est pas commode de s’impliquer dans certaines affaires “privées”.

D’autre part, comme conclusion supplémentaire à l’expérience, il est suggéré que l’effet spectateur est plus susceptible de se produire dans les grandes villes, qui sont caractérisées par l’anonymat, comme dans les pays plus développés.

Que pouvons-nous faire pour ne pas être seulement spectateurs ?

Dans tous les cas, il est important d’essayer de garder son calme et de s’organiser avec les personnes présentes face à la situation d’urgence.

Quelqu’un peut appeler la police, tandis que d’autres peuvent appliquer les premiers soins, entre autres mesures, selon la situation. Il faut savoir faire preuve d’empathie et agir comme on aimerait que les autres fassent s’il s’agit de nous ou d’un proche.

femme empathique
L’empathie fait partie des qualités qu’il faut exercer pour ne pas tomber dans l’effet spectateur.

Changer d’anesthésie pour une action significative

Bien que l’effet spectateur et les expériences ultérieures aient été menées il y a quelques décennies, nous ne sommes aujourd’hui pas si loin de situations similaires.

Combien de fois voit-on sur les réseaux sociaux ou à la télévision des images de bagarres de rue, d’accidents, de farces et autres, qui sont même diffusées “en direct” ? Qu’advient-il de ces personnes qui, en plus d’être un public, sont capables de la rendre virale au lieu de s’impliquer dans la situation ou de respecter la vie privée des victimes ?

Les situations sont différentes et le contexte aussi ; cependant, la question de notre responsabilité et de notre implication dans certaines circonstances reste flottante dans l’air pour nous inviter à revoir notre conduite.

This might interest you...
7 films sur l’importance de la persévérance
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
7 films sur l’importance de la persévérance

Il y a des histoires qui nous émeuvent et inspirent. Beaucoup d'entre elles passent au grand écran. Découvrez 7 films sur la persévérance.



  • Hortensius R, de Gelder B. From Empathy to Apathy: The Bystander Effect Revisited. Curr Dir Psychol Sci. 2018;27(4):249-256. doi:10.1177/0963721417749653
  • Latane, B., & Rodin, J. (1969). A lady in distress: Inhibiting effects of friends and strangers on bystander intervention. Journal of Experimental Social Psychology, 5(2), 189–202. https://doi.org/10.1016/0022-1031(69)90046-8
  • Ancín Nicolás, R. África, & Pastor Ruiz, Y. (2021). El efecto espectador de la violencia en el noviazgo adolescente. Estudio preliminar. Revista INFAD De Psicología. International Journal of Developmental and Educational Psychology., 2(1), 263–274. https://doi.org/10.17060/ijodaep.2021.n1.v2.2105
  • Ríos de los, Hernán (1978). Aproximaciones al estudio de la pasividad. Revista Latinoamericana de Psicología, 10(3),377 – 385.[fecha de Consulta 26 de Abril de 2022]. ISSN: 0120-0534. Disponible en: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=80510306