Grande capucine : usages médicinaux, bienfaits et contre-indications

La grande capucine est utilisée comme adjuvant contre les infections rénales et respiratoires. Fonctionne-t-elle ? Y a-t-il des preuves concluantes ? Découvrez les réponses ici !
Grande capucine : usages médicinaux, bienfaits et contre-indications

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

La grande capucine, de nom scientifique Tropaeolum majus, est une plante qui pousse comme une vigne dans les parcs et jardins d’Amérique du Sud et d’Europe. Bien qu’il s’agisse d’une plante ornementale, elle a un long historique d’usages médicinaux.

On pense notamment que ses propriétés renforcent le système immunitaire et aident à créer une barrière contre divers types d’infections. Cependant, les études corroborant ces effets sont encore limitées. Pour cette raison, elle doit être utilisée à bon escient et avec modération. Apprenez-en plus ci-dessous sur ses applications.

Grande capucine : principaux usages et bienfaits

Comme indiqué dans une recherche publiée en 2018, la grande capucine est une plante aux nombreux bienfaits médicinaux. Sa forte concentration en vitamine C, polyphénols et anthocyanes en font un ingrédient ayant le potentiel d’améliorer la santé. Pour être plus précis, on lui attribue les propriétés suivantes :

  • Antimicrobienne
  • Antifongique
  • Hypotenseuse
  • Expectorante
  • Anti-tumorale

Entre autres choses, elle est utilisée comme élément décoratif, en raison de ses fleurs surprenantes, et à des fins culinaires, en raison de sa teneur en nutriments et de sa saveur douce. Dans tous les cas, la plante est appréciée pour ses effets positifs sur la santé et pour ses utilisations cosmétiques. Nous les détaillons ci-dessous.

Digestion

La littérature populaire suggère que les feuilles fraîches et les boutons floraux de la grande capucine stimulent la production de sucs gastriques, aiguisant ainsi l’appétit chez les personnes souffrant d’inappétence. Cependant, il n’existe aucune preuve scientifique qui confirme cela. Au contraire, il a été observé que la plante contient de l’isothiocyanate de benzyle, une substance qui, à fortes doses, peut irriter le système digestif.

Femme qui manque d'appétit.
La grande capucine aiderait à stimuler l’appétit.

Infections urinaires

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un traitement de première intention des infections des voies urinaires, l’extrait de grande capucine agirait comme adjuvant à l’heure de lutter contre une infection des voies urinaires. Premièrement, comme détaillé dans une étude publiée sur Journal of Ethnopharmacology, cette plante a un effet diurétique qui aiderait à stimuler l’excrétion urinaire.

Cet effet favorise le nettoyage des voies urinaires et l’élimination des agents pathogènes. De plus, des composés ayant une action antimicrobienne, tels que le glucotropeolin glucosinolate, ont également été trouvés dans ses feuilles ; ces composés aident à inhiber la croissance des bactéries.

Infections respiratoires

De par sa teneur en vitamine C et autres substances antioxydantes, la grande capucine a des effets immunomodulateurs qui favorisent le soulagement des infections respiratoires. Les preuves suggèrent même qu’elle a des effets anti-inflammatoires décisifs.

Cependant, les études à ce jour sont limitées et peu concluantes. Malgré cela, les infusions à partir de feuilles séchées sont utilisées en complément pour soulager la grippe, le rhume, la bronchite et la toux.

Hypertension

Une étude partagée sur Journal of Ethnopharmacology suggère que les effets hypotenseurs de la grande capucine sont dus à sa teneur en flavonoïdes. Elle aurait aussi une capacité diurétique, car elle réduit le volume sanguin et la tension sur les parois artérielles. Encore une fois, plus de recherches scientifiques sont nécessaires pour confirmer ces hypothèses.

Infections buccales

Une étude récente publiée sur BMC Complementary Medicine and Therapies indique que la grande capucine contient des composés antibiotiques bénéfiques contre les agents pathogènes qui causent des infections buccales, telles que la gingivite et la parodontite. Cela est dû à sa teneur en huile de moutarde. Elle semble empêcher la formation de biofilms buccaux.

Cheveux

L’infusion de cette plante est un remède populaire pour stimuler une croissance saine des cheveux. Ses nutriments sont censés protéger le follicule pileux et, accessoirement, aider à réduire la chute excessive des cheveux. Cependant, pour le moment, il n’y a aucune preuve de cela.



Grande capucine : effets secondaires et contre-indications

La consommation orale de capucine est établie comme « possiblement sûre », à condition qu’elle soit consommée en quantité modérée. Elle est généralement utilisée en combinaison avec d’autres ingrédients, tels que le raifort.

Toutefois, chez certains personnes, elle peut provoquer des maux d’estomac et des problèmes rénaux. Pour cette raison, elle doit être évitée dans les situations suivantes :

  • Ulcères d’estomac
  • Maladies rénales
  • Grossesse et allaitement
  • Enfants
  • Traitement médicamenteux (consulter un médecin)
Femme qui souffre de gastrite.
Les personnes souffrant de gastrite et d’ulcères d’estomac doivent éviter la grande capucine, qui stimule une production accrue d’acide chlorhydrique.

Comment préparer une infusion de grande capucine ?

En général, cette plante est consommée sous forme d’infusion ou via des extraits commerciaux. Pour préparer la première option, il suffit de se procurer des feuilles séchées de la plante.

Ingrédients

  • 1 cuillère à café de grande capucine sèche (5 g)
  • 1 tasse d’eau (250 ml)

Préparation et consommation

  • Mettez la grande capucine sèche dans une tasse d’eau bouillante.
  • Laissez reposer pendant 10 minutes, puis filtrez.
  • Consommez jusqu’à 2 tasses par jour, pendant 3-4 jours.

Remarque : si vous souhaitez utiliser l’infusion comme traitement capillaire, utilisez une concentration plus élevée de capucine (20 g).



Que retenir de la grande capucine ?

Comme d’autres plantes, la grande capucine est appréciée en médecine alternative pour ses propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires. Celles-ci semblent être utiles dans le traitement de divers types d’infections.

Cependant, les preuves restent limitées et il ne s’agit pas d’un traitement de première intention. Il est nécessaire de consulter un médecin ou un herboriste avant d’en consommer.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les 6 meilleures plantes médicinales approuvées par la science
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les 6 meilleures plantes médicinales approuvées par la science

Plusieurs enquêtes scientifiques ont confirmé les propriétés médicinales de certaines plantes. Savez-vous quelles sont les meilleures ?



  • Jakubczyk K, Janda K, Watychowicz K, Łukasiak J, Wolska J. Garden nasturtium (Tropaeolum majus L.) – a source of mineral elements and bioactive compounds. Rocz Panstw Zakl Hig. 2018;69(2):119-126.
  • Gasparotto A Jr, Boffo MA, Lourenço EL, Stefanello ME, Kassuya CA, Marques MC. Natriuretic and diuretic effects of Tropaeolum majus (Tropaeolaceae) in rats. J Ethnopharmacol. 2009;122(3):517-522. doi:10.1016/j.jep.2009.01.021
  • Kleinwächter M, Schnug E, Selmar D. The glucosinolate-myrosinase system in nasturtium (Tropaeolum majus L.): variability of biochemical parameters and screening for clones feasible for pharmaceutical utilization. J Agric Food Chem. 2008;56(23):11165-11170. doi:10.1021/jf802053n
  • Tran HT, Márton MR, Herz C, et al. Nasturtium (Indian cress, Tropaeolum majus nanum) dually blocks the COX and LOX pathway in primary human immune cells. Phytomedicine. 2016;23(6):611-620. doi:10.1016/j.phymed.2016.02.025
  • Gasparotto Junior A, Gasparotto FM, Lourenço EL, et al. Antihypertensive effects of isoquercitrin and extracts from Tropaeolum majus L.: evidence for the inhibition of angiotensin converting enzyme. J Ethnopharmacol. 2011;134(2):363-372. doi:10.1016/j.jep.2010.12.026
  • Eichel V, Schüller A, Biehler K, Al-Ahmad A, Frank U. Antimicrobial effects of mustard oil-containing plants against oral pathogens: an in vitro study. BMC Complement Med Ther. 2020;20(1):156. Published 2020 May 24. doi:10.1186/s12906-020-02953-0