Histamine : synthèse, libération et fonctions

19 juillet 2020
L'histamine est une substance endogène stockée dans des cellules appelées mastocytes. Elle participe à de nombreux processus physiologiques que nous verrons dans cet article.

L’histamine est une amine idazolique impliquée dans les réactions locales du système immunitaire. Cette molécule régule également les fonctions normales de l’estomac et agit comme un neurotransmetteur dans le système nerveux central (SNC). En dehors du SNC, elle agit comme un médiateur de nombreux processus physiologiques.

Depuis les années 50, nous savons que cette molécule se trouve dans le cerveau. Mais, jusqu’à récemment, ses fonctions étaient méconnues. Nous les aborderons plus en détails dans cet article.

Dans l’organisme, l’histamine est principalement stockée dans les mastocytes du tissu conjonctif ainsi que dans les cellules basophiles du sang. Ces cellules sont éminemment sécrétoires et constituent un système qui répond à une grande variété de stimulations endogènes et exogènes à travers de multiples mécanismes cellulaires.

Dans des conditions normales, l’histamine des mastocytes est stockée dans les granules sécréteurs contenant une matrice d’héparine et de diverses protéines. Avec plusieurs hydrolases, elle est principalement associée à la matrice par des liaisons ioniques. Cependant, une petite partie peut être sous forme libre.

Les mécanismes de libération de l’histamine

Connexions neuronales et histamine

Pour que l’histamine puisse être libérée, elle doit traverser la membrane granulaire et cellulaire. La libération peut être cytotoxique, après la rupture des deux membranes. Ou exocytotique, par la fusion préalable de celles-ci, sans détérioration cellulaire.

L’histamine est libérée au cours de processus physiologiques tels que la sécrétion du suc gastrique. Toutefois, sa participation lors de processus pathologiques est largement plus connue. Elle est alors libérée de manière plus ou moins explosive, comme c’est le cas dans les réactions inflammatoires et d’hypersensibilité immédiate.

Dans ces cas, l’histamine est généralement l’un des médiateurs qui se libèrent de façon simultanée.

Par ailleurs, de multiples agents physiques et chimiques provoquent la libération de l’histamine. Parmi les agents physiques, on trouve :

  • Chaleur
  • Radiations
  • Froid
  • Traumatismes

Quant aux agents chimiques, le nombre et la variété sont considérables et ils doivent trouver des molécules réceptrices dans la membrane avec laquelle ils interagissent.

En fonction du type d’interaction, différentes séquences d’étapes se déclenchent et finissent invariablement par élever la concentration de calcium intracellulaire. Parmi ces stimulations, nous pouvons citer par exemple:

Réaction générale dans le corps humain

L'histamine dans le sang

Lorsque l’histamine est injectée dans la circulation générale, elle peut provoquer des rougeurs de la peau, une tachycardie, des maux de tête lancinants et de l’hypotension. Ces effets sont directement liés à la dose. Autrement dit, plus la dose d’histamine administrée est élevée, plus les effets sont importants.

Localement, elle produit des œdèmes, du prurit, de l’urticaire et une bronchoconstriction. De plus, l’histamine contribue avec d’autres médiateurs au choc anaphylactique. D’autre part, son rôle dans la réponse immunitaire, dans l’inflammation, la sécrétion gastrique et la régulation circulatoire, est évident.

Lisez aussi : Que sont les immunoglobulines ?

Fonctions de l’histamine dans l’organisme

Les fonctions remplies par l’histamine sont nombreuses. Nous vous en présentons 5 ici.

Processus allergiques

L’histamine est considérée comme un modulateur de la réponse immunitaire humorale et cellulaire. Ainsi que le principal médiateur des réactions d’hypersensibilité. Appliquée à fortes doses, ou libérée pendant une anaphylaxie, elle occasionne une diminution profonde de la pression artérielle.

Neurotransmission

D’autre part, l’histamine peut agir comme un neuro-modulateur, en régulant les réponses aux autres neurotransmetteurs. Elle interagit comme l’acétylcholine, les opiacés, le GABA, etc. En outre, elle augmente l’excitabilité des neurones du système nerveux central. Elle régule également les fonctions de l’hypothalamus, la relation veille/sommeil, l’appétit ainsi que les fonctions végétatives.

Régulation cardiovasculaire

 

Elle agit effectivement comme un vasodilatateur en interagissant avec ses récepteurs. La libération d’histamine entraîne une augmentation de la perméabilité capillaire par des effets sur des petits vaisseaux, en raison de la libération de protéines plasmatiques et de fluides vers les espaces extracellulaires.

Découvrez davantage : 7 problèmes liés à un affaiblissement du système immunitaire

Action sur le muscle lisse extravasculaire

L’histamine produit une contraction des muscles lisses. Les réactions varient considérablement, y compris chez une même personne. De petites doses de cette molécule déclenchent également une bronchoconstriction chez les personnes souffrant d’asthme.

Sécrétion de suc gastrique

Enfin, l’histamine agit comme un puissant sécrétagogue gastrique et déclenche l’excrétion d’acide par les cellules pariétales. Elle augmente également de façon remarquable la production de pepsinogène et de facteur intrinsèque. Par conséquent, elle est le médiateur prédominant de la sécrétion acide dans l’estomac en stimulant les récepteurs H2.

 

  • Cienfuegos, A. (2010). Secreción gástrica e inhibidores de bomba de protones. Red de Revistas Científicas de América Latina y El Caribe, España y Portugal. Retrieved from https://www.redalyc.org/html/3377/337731595018/
  • Sociedad Española de Inmunología Clínica, A. y A. P. (n.d.). Anafilaxia. Retrieved April 13, 2019, from http://pacientes.seicap.es/es/anafilaxia_23857