Le stress quotidien peut provoquer une dépression

22 août 2020
Le stress quotidien peut provoquer une dépression : il est donc conseillé d'apprendre à se relaxer et à mettre en place un style de vie sain. Il est également important d'être attentifs aux symptômes car ils ont tendance à passer inaperçus.

Stress et dépression sembleraient être deux problèmes qui s’excluent. Tandis que le premier s’associe à de la nervosité, le second est lié à la passivité. Or, le stress quotidien peut provoquer une dépression, tout comme la dépression peut engendrer du stress.

Pourquoi le stress quotidien peut-il provoquer une dépression ? En termes généraux, on peut dire que ces deux conditions représentent une réponse inadéquate aux problèmes, défis et contrariétés. Ceci provoque de l’inquiétude et de la préoccupation, en même temps que de la frustration et un manque d’entrain.

Ces deux problématiques sont très caractéristiques de ce dernier siècle et obéissent aux styles de vie qui se sont imposés. Un excès de stimuli, un rythme frénétique dans les activités, un isolement émotionnel croissant. L’important est de savoir que le stress peut causer une dépression et prendre des mesures pour l’éviter.

Le stress quotidien

Le stress en soi n’est pas un problème, tant qu’il se maintient à des niveaux modérés. Cette réponse émotionnelle permet à une personne d’être plus alerte et de mieux se défendre dans des situations qui impliquent un défi ou un risque. Si l’on ressent cela continuellement, ou à des niveaux très élevés, cela devient un problème.

Quand le stress s’active, l’organisme répond par une plus grande production de cortisol. Par ailleurs, une autre hormone et neurotransmetteur se renforce : l’adrénaline. L’un des effets secondaires est que le corps réagit plus rapidement et avec plus de force.

Le stress peut se transformer en sensation fréquente quand une personne apprend à classer comme dangereux certains stimuli qui ne le sont pas. Par exemple, arriver en retard au travail, finir une tâche ou même sortir de chez soi. En faisant cela, le stress devient continu et on en demande beaucoup trop à notre organisme.

Le stress quotidien au travail.

Poursuivez votre lecture : Découvrez un test efficace pour mesurer votre stress

Le stress quotidien peut provoquer une dépression

Le stress quotidien peut déboucher sur une dépression car maintenir un état d’alerte pendant des périodes de temps prolongées altère les fonctions physiologiques normales. Cela a des effets sur l’humeur et des états dépressifs apparaissent.

Ces deux troubles sont généralement liés et, en fait, présentent une grande similitude dans plusieurs de leurs symptômes. Il faut bien souligner que toutes les dépressions ne naissent pas du stress mais que ce dernier augmente bien le risque de souffrir de dépression.

Le stress use et accable ; il peut donc donner lieu à des difficultés, comme la diminution de la productivité, un rendement plus faible au travail, des problèmes dans les relations interpersonnelles et des troubles de l’alimentation ou du sommeil.

La routine commence à être perçue comme un défi ou à être très frustrante. Tout cela, dans son ensemble, conduit à un sentiment d’inadéquation personnelle, accompagné de tristesse et d’absence de motivation. À ce niveau-là, on se retrouve déjà sur le terrain de la dépression, qui peut avoir différents niveaux de sévérité.

Comment détecter le problème ?

Comment gérer le stress quotidien ?

Étant donné que le stress quotidien peut provoquer une dépression et que la dépression est un facteur de stress, le plus important est d’être attentifs aux manifestations précoces pour prendre les mesures adéquates à temps.

Il existe plusieurs symptômes révélateurs, comme :

  • Une tension constante : on a la sensation que la réalité accable et nous met la pression, comme dans une sorte de lutte constante
  • Une irritabilité : on se fâche fréquemment et de petites choses nous font sortir de nos gonds de façon continue
  • Des pleurs sans raison : on a envie de pleurer, sans qu’il existe de motif spécifique
  • Peu d’enthousiasme pour la vie : le désintérêt prédomine ainsi que l’apathie vis-à-vis de la vie. Les projets n’éveillent pas d’enthousiasme et on a la sensation de vivre par inertie
  • Un isolement et un mépris de soi : on fuit le contact avec les autres, surtout si ce lien est très étroit et intime. Des auto-critiques sévères apparaissent
  • Des problèmes cognitifs : l’attention, la concentration, la rapidité et la vivacité mentale diminuent
  • Indécision : d’immenses doutes apparaissent dans presque tous les domaines et on a beaucoup de mal à prendre des décisions

Découvrez cet article : Comment détecter la dépression chez un ami

Le stress et la dépression affectent le physique

Lorsque l’on retrouve du stress et de la dépression, il existe aussi des signaux physiques qui le révèlent. Le plus frappant est une sensation de fatigue permanente, qui ne se dissipe même pas alors que l’on a dormi. En fait, les troubles du sommeil sont très fréquents, comme l’insomnie ou le sommeil interrompu.

Les problèmes d’alimentation sont un autre point révélateur, que ce soit parce que l’on mange très peu ou beaucoup trop. Le stress et la dépression sont des facteurs de risque pour le développement d’addictions. Il n’est pas non plus rare de voir une personne négliger ses soins personnels.

Par conséquent, si vous notez que votre vie se dirige vers un stress persistant ou une dépression qui vous provoque des symptômes au quotidien, n’hésitez pas à aller consulter un professionnel de santé. Avec de petits changements dans votre style de vie et des conseils professionnels, vous serez peut-être capable d’inverser ce processus.

 

  • Valdés, J. L., & Torrealba, F. (2006). La corteza prefrontal medial controla el alerta conductual y vegetativo: Implicancias en desórdenes de la conducta. Revista chilena de neuro-psiquiatría, 44(3), 195-204.
  • Montejo, A. P. (2001). Evaluación del desempeño laboral. Gestión, 2(9).
  • Herrero, J., & Musitu, G. (1998). Apoyo social, estrés y depresión: un análisis causal del efecto supresor. Revista de Psicología Social, 13(2), 195-203.