Comment détecter la dépression chez un ami

5 décembre 2019
La dépression, que l'on appelle parfois l'épidémie du XXIème siècle, se manifeste chez les personnes que nous connaissons. Il est dont utile de connaître les signes avant-coureurs qui peuvent nous donner des indices sur ce trouble chez un ami, un partenaire ou un membre de la famille.

Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la dépression est une maladie courante dans le monde entier. Elle touche plus de 300 millions de personnes. D’ici 2020, elle sera la première cause de perte d’années de vie en bonne santé dans les pays développés.

Etant donné sa prévalence dans le monde, il n’est pas rare de penser que la dépression nous est proche. Etant la deuxième cause de décès chez les jeunes adultes, il est essentiel de connaître les caractéristiques de ce trouble, non seulement pour prendre soin de soi, mais aussi pour pouvoir le détecter chez ses amis et connaissances.

Bien qu’il existe des traitements efficaces pour les troubles de l’humeur, la vérité est que la plupart des personnes ne reçoivent pas de soins. Que ce soit en raison de la stigmatisation, des préjugés, du manque de connaissance des symptômes ou du manque de professionnels adaptés au problème, la dépression est sous-diagnostiquée voire non diagnostiquée.

Souvent, les personnes atteintes de dépression ne savent pas qu’elles ont ce problème et, par conséquent, ne croient pas qu’elles ont besoin d’aide malgré leur mal-être. Pour cette raison, il est essentiel que le grand public sache ce qu’est la dépression et ses signes avant-coureurs.

Cela peut permettre à ces amis atteints de dépression de se faire comprendre et de recevoir de l’aide beaucoup plus rapidement et donc de façon plus efficace. Tendre la main, offrir de l’aide, faire preuve de patience et ne pas attribuer certains comportements au mal des personnes affectées, sont des mesures qui ne peuvent être prises que si la personne reconnaît le problème.

La dépression : un problème peu homogène

Avant d’illustrer comment détecter la dépression chez un ami, un partenaire ou un membre de la famille, il est essentiel de se rappeler qu’il n’existe pas un seul type de dépression. Dans ce cas, l’article traite du trouble dépressif majeur ou des épisodes de dépression majeure.

Cependant, il existe d’autres troubles de l’humeur comme le trouble dysphorique prémenstruel ou le trouble dépressif persistant, dont nous parlerons à un autre moment.

Les clés pour détecter la dépression chez un ami

Voici une série de symptômes ou de caractéristiques qui peuvent apparaître chez la personne. Ceux-ci peuvent indiquer que la personne souffre de dépression. Selon la personne, certains de ces symptômes peuvent sembler, à un degré plus ou moins grand, être au cœur de la dépression ou secondaires.

Mémoire trop généralisée : souvenirs vagues et flous

Il est très typique pour une personne souffrant de dépression d’avoir une mémoire autobiographique altérée. Lorsque nous évoquons un événement,cela se fait soit spécifiquement (temps et lieu), soit de manière trop généralisée (vague et diffuse).

Cette situation est courante dans les TSA, les TCA et les TSPT. Elle est aussi très caractéristique des dépressions. Avec ce type de mémoire, ils généralisent davantage et ont tendance à déformer le contenu de la mémoire évoquée. C’est-à-dire qu’ils ont tendance à déformer la mémoire.

Lisez aussi : Habitudes des personnes souffrant de dépression masquée

Ce qui est mauvais est de ma faute, ce qui est bon est de la tienne

La dépression chez une femme

Les événements négatifs ont des causes internes, stables et globales. Cela signifie que tout ce qui arrive de mal est la faute de la personne ou de l’ami que nous soupçonnons de souffrir de dépression. De plus, elles ont tendance à penser que tout ce qui se passe de mal va rester ainsi au fil du temps ou durer.

S’il y a quelque chose de bon, c’est pour les autres et c’est temporaire, ça ne dure pas. Si vous voyez ces types d’attributions causales, vous pouvez soupçonner une dépression, bien qu’elles apparaissent également dans d’autres troubles comme les TSA.

Symptômes dysphoriques et désagréables

La dépression chez un ami peut aussi se manifester par des symptômes dysphoriques, qui peuvent devenir les plus importants. La dysphorie est l’opposé de l’euphorie et fait donc référence à une inadaptation émotionnelle qui entraîne des émotions désagréables.

Les symptômes dysphoriques apparaissent non seulement dans la dépression, mais aussi dans la schizophrénie, le trouble dysmorphique corporel ou TAG. La dysphorie peut survenir à la suite du trouble lui-même. Elle se manifeste à travers des sentiments dominés par la tristesse ou les pleurs.

Ce sont des personnes attristées, affligées par le chagrin et dont l’humeur est très basse. En outre, de nombreuses personnes souffrant de dépression souffrent d’anhédonie, c’est-à-dire de l’incapacité à profiter des choses qu’elles font, malgré le fait que ces choses leur donnait du plaisir dans le passé.

Si faire une activité que notre ami aime – escalader, manger au restaurant ou aller boire un verre – ne semble pas être apprécié, c’est peut-être un signe avant-coureur de dépression.

Les symptômes dysphoriques sont également liés à la fatigue, car ce sont des personnes qui se sentent constamment fatiguées. De plus, des sentiments d’apathie apparaissent pour de nombreuses activités : sexuelles, sociales, d’aventure, etc.

Symptômes somatiques : quand le corps nous donne des indices

 

Bien qu’il n’existe pas d’origines physiques identifiables, les personnes atteintes de ce trouble souffrent de problèmes physiques en raison de leur problème psychologique. Par conséquent, il est nécessaire d’être vigilant si notre ami commence à souffrir de symptômes tels que :

  • Maux de tête
  • Difficultés à dormir
  • Constipation
  • Indigestion
  • Perte de poids
  • Tachycardie

Ces manifestations peuvent être essentielles pour déterminer si quelque chose ne va pas. Cependant, il est important de s’assurer que ces nuisances n’ont pas une origine clairement organique.

Les excès comportementaux : ce qu’il ou elle vous communique

Les personnes souffrant de dépression pèchent parfois par défaut ou par excès. Dans ce dernier cas, on peut détecter la dépression chez un ami s’il se plaint de façon excessive d’une multitude de problèmes : argent, travail, amis, famille… Peu importe le sujet, sa plainte est constante.

Dans ce cas, il est important de savoir comment localiser la dépression, car on ne peut attribuer ces plaintes ou mécontentements à une recherche frivole d’attention ou à son désir de déranger.

Souvent, il existe une friction avec l’environnement de la personne dépressive, car sans connaître son état, on pense que c’est une mauvaise personne, faible, pas très proactive ou qui ne sait que se plaindre. C’est totalement faux et cela peut être très dangereux et stigmatisant. Un tel comportement est motivé par :

  • Facteurs de protection et de risque
  • Pensées irrationnelles
  • Styles attributifs négatifs
  • Saturation émotionnelle
  • De terribles sentiments de tristesse et de solitude.

Parmi les excès comportementaux, on trouve aussi l’expression de sentiments de culpabilité pour avoir fait du mal aux autres, des sentiments d’indécision ou de pleurs.

Cet article peut également vous intéresser : 5 collations saines contre la dépression

Déficits comportementaux : observer ce qui manque chez la personne souffrant de dépression

La dépression peut être soignée en thérapie

La détection des déficits comportementaux est souvent plus compliquée que celle des excès, car ils ne sont pas évidents. Cependant, en connaissant la personne avant de soupçonner une dépression, c’est-à-dire son état de référence antérieur, nous pouvons nous rendre compte des choses manquantes qui existaient auparavant.

Les personnes souffrant de dépression ont tendance à avoir une faible participation sociale et une incapacité à accomplir leur travail quotidien. Elles ont des difficultés à travailler, à faire le ménage ou à s’acquitter de leurs activités quotidiennes. Par conséquent, il y a aussi une négligence de la propreté et de l’apparence.

D’autre part, il y a un ralentissement psychomoteur. Ce sont des personnes qui peuvent voir un discours lent, réduit et monotone. Enfin, comme déficit comportemental caractéristique de la dépression, on retrouve l’absence de réponses joyeuses.

Tous ces symptômes peuvent être considérés comme une alerte face à une dépression possible chez un ami. Cela ne signifie pas que toutes les personnes qui, à un moment donné, présentent de l’apathie souffrent de dépression, ni que tous les symptômes mentionnés précédemment apparaissent chez toutes les personnes souffrant de dépression.

Cependant, s’il y a des soupçons que quelque chose ne va pas chez notre ami, membre de la famille ou connaissance, et que nous ne savons pas ce que c’est, nous pouvons examiner son comportement. Et ainsi évaluer s’il est déprimé ou non.

Le diagnostic doit être établi par un professionnel, pas par nous, mais il peut être utile de motiver la personne à suivre une thérapie et à commencer un traitement avant que le problème ne devienne beaucoup plus grave.

 

  • Goldberg D. The detection and treatment of depression in the physically ill. World Psychiatry. 2010;9(1):16–20.
  • Gilbody SM, Whitty PM, Grimshaw JM, Thomas RE. Improving the detection and management of depression in primary care. Qual Saf Health Care. 2003;12(2):149–155. doi:10.1136/qhc.12.2.149
  • Kessler D, Bennewith O, Lewis G, Sharp D. Detection of depression and anxiety in primary care: follow up study. BMJ. 2002;325(7371):1016–1017. doi:10.1136/bmj.325.7371.1016
  • Ng CW, How CH, Ng YP. Major depression in primary care: making the diagnosis. Singapore Med J. 2016;57(11):591–597. doi:10.11622/smedj.2016174
  • Recognizing and Treating the Physical Symptoms of Depression in Primary Care. Prim Care Companion J Clin Psychiatry. 2004;6(4):168–177.