Douleur physique et anxiété : quelle est la relation ?

5 novembre 2019
Plusieurs études montrent que la douleur physique et l'anxiété surviennent souvent ensemble. Le corps et l'esprit ne sont pas deux réalités distinctes mais elles s'influencent mutuellement. En effet, chacune de leurs dimensions affecte l'autre, bien que cette corrélation passe parfois inaperçue.

La douleur physique et l’anxiété sont des symptômes qui vont souvent de pair. Selon un rapport présenté par l’Association Américaine de Psychiatrie lors de son 161ème congrès, 60% des patients anxieux souffrent également de douleur physique. Par ailleurs, 80% de ces cas sont aussi dépressifs.

Dans une autre étude réalisée par des médecins espagnols et publiées dans le Journal of Affective Disorders, on signale que 78% des personnes qui souffrent de problèmes psychologiques développent également des symptômes physiques, y compris la douleur.

Bien que ces chiffres soient si évidents, on estime que dans 60% des consultations, les médecins n’établissent pas de lien entre la douleur physique et l’anxiété. En effet, l’approche divisée prédomine, dans laquelle les symptômes physiques et mentaux sont traités séparément.

L’anxiété, un problème répandu

Une femme anxieuse qui ressent de la douleur physique

L’anxiété est un état désagréable que la plupart des gens éprouvent, au moins de façon momentanée, dans leur vie. Il s’agit d’une réponse face aux stimulations qui sont perçues comme menaçantes. Parfois, ces stimuli représentent des risques réels et d’autres fois, ils correspondent à des risques perçus ou imaginaires.

Par ailleurs, l’excès de stimuli simultanés conduit également à l’anxiété. On estime que la vie dans les grandes villes a un potentiel élevé de générer des états anxieux chez les personnes qui y vivent. En effet, ces environnements impliquent des états d’alertes successifs qui, dans leur ensemble, génèrent du stress et, finalement, de l’anxiété.

Dans l’anxiété, il y a une peur imprécise qui mène à la création de comportements défensifs. Dans cet état, se produisent alors des changements organiques tels que l’augmentation du rythme cardiaque, une transpiration plus importante ainsi qu’une respiration agitée. Evidemment, avec le temps, ces modifications physiologiques contribuent à altérer le fonctionnement de l’organisme.

Lisez également : Les crises de panique : que sont-elles et comment les affronter ?

Une recherche sur la douleur physique et l’anxiété

En Espagne, une étude a été menée auprès de 1317 patients, dans 80 centres de santé. Une partie des résultats a été publiée par le Conseil Général de Psychologie Espagnole. Les données indiquent que 981 des patients présentent un certain niveau d’anxiété.

D’autre part, il a été établi que 59% des patients atteints d’anxiété présentaient aussi des douleurs physiques. Il est donc clair qu’il existe une relation étroite entre cet état émotionnel et la douleur physique. Mais, en plus, en cas de dépression, le pourcentage augmente de 19%. Le plus inquiétant, c’est que seulement 17% de ces patients ont reçu un traitement pour leurs problèmes psychologiques.

En outre, de nombreux patients souffrent de douleurs physiques pour lesquelles aucune explication physiologique n’est trouvée. La douleur finit alors par devenir la façon d’exprimer les souffrances émotionnelles chez certaines personnes. Cependant, tous les médecins n’admettent pas ou ne reconnaissent pas cette corrélation.

Douleur physique et anxiété

Une femme qui a des douleurs physiques

En général, les personnes anxieuses souffrent principalement de maux de tête, de douleurs musculaires, de dérangements gastriques et de douleur dans la poitrine. Voyons pourquoi :

  • Douleurs musculaires : l’anxiété provoque une tension dans les muscles. Si cet état est prolongé ou plus ou moins constant, il entraîne des douleurs musculaires, en plus d’une sensation de surcharge et de contractures. Ces douleurs se concentrent le plus souvent dans le dos et la nuque
  • Maux de tête : cette douleur est perçue comme une sorte de casque qui recouvre la tête et la presse. Les sensations de fourmillement ou de picotement sont également courantes dans le crâne. Il s’agit d’une céphalée tendue causée par la contraction des muscles du cuir chevelu et de la nuque
  • Douleurs gastriques : une respiration agitée peut produire des gaz et les états nerveux peuvent aussi altérer la digestion. Souvent, la plupart des personnes anxieuses éprouvent des pincements au niveau de l’estomac
  • Douleurs dans la poitrine : de nombreuses personnes ressentent des pincements également dans la poitrine. Cela cause beaucoup d’incertitude et peut augmenter l’anxiété. Il s’agit d’un problème musculaire et non cardiaque

Découvrez aussi : 5 enseignements du yoga pour lutter contre l’anxiété

Que faire ?

Le plus important est d’admettre que nous sommes tous exposés, d’une manière ou d’une autre, à l’anxiété. Pour cette raison, il est judicieux d’adopter des modes de vie qui nous permettent de trouver des espaces de détente et de distraction. D’autant plus si le binôme douleur physique/anxiété est présent.

L’exercice physique est l’un des moyens les plus efficaces pour retrouver l’équilibre des émotionsEn effet, une petite routine d’exercice, 15 minutes par jour, suffit généralement pour se sentir mieux. Si cela est combiné à une pratique de relaxation, c’est encore mieux.

Enfin, dans les cas où l’anxiété est excessive, il est conseillé de consulter un professionnel de la santé mentale. Il existe de nombreuses thérapies et techniques qui peuvent nous aider à gérer correctement les émotions.

 

  • Queraltó, J. M. (2005). Análisis de los factores psicológicos moduladores del dolor crónico benigno. Anuario de psicología/The UB Journal of psychology, 36(1), 37-60.
  • Lumley MA, Cohen JL, Borszcz GS, et al. Pain and emotion: a biopsychosocial review of recent research. J Clin Psychol. 2011;67(9):942–968. doi:10.1002/jclp.20816
  • Anderson E, Shivakumar G. Effects of exercise and physical activity on anxiety. Front Psychiatry. 2013;4:27. Published 2013 Apr 23. doi:10.3389/fpsyt.2013.00027
  • Sheng J, Liu S, Wang Y, Cui R, Zhang X. The Link between Depression and Chronic Pain: Neural Mechanisms in the Brain. Neural Plast. 2017;2017:9724371. doi:10.1155/2017/9724371
  • de Heer EW, Gerrits MM, Beekman AT, et al. The association of depression and anxiety with pain: a study from NESDA [published correction appears in PLoS One. 2014;9(12):e115077]. PLoS One. 2014;9(10):e106907. Published 2014 Oct 15. doi:10.1371/journal.pone.0106907
  • Woo AK. Depression and Anxiety in Pain. Rev Pain. 2010;4(1):8–12. doi:10.1177/204946371000400103