Les règles irrégulières à l'adolescence, quelle en est la cause ?

Les règles irrégulières de l'adolescence ne devraient pas, en principe, être une cause d'inquiétude. Il n'est nécessaire d'aller chez le médecin que si cette situation dure longtemps ou présente des caractéristiques inhabituelles.
Les règles irrégulières à l'adolescence, quelle en est la cause ?

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 09 août, 2022

Les règles irrégulières à l’adolescence sont très fréquentes. En fait, la variabilité du cycle menstruel est normale à toutes les étapes de la vie, mais elle survient plus souvent chez les adolescentes.

Cela dit, il est également important d’apprendre à identifier quand les règles irrégulières de l’adolescence sont un signe que quelque chose ne va pas. Parfois, il y a un problème de santé ou il y a un facteur spécifique qui en est la cause.

Certains aspects tels que la qualité de la nutrition, l’indice de masse corporelle, le statut socio-économique ou l’humeur, entre autres, influencent les règles irrégulières de l’adolescence. De plus, cela peut être l’effet d’un problème de santé

L’adolescence et le cycle menstruel

évitez de faire pendant vos menstruations.

Commençons par rappeler que la menstruation est la perte de l’endomètre , une muqueuse qui tapisse l’utérus. Une fois qu’il s’est écaillé, le saignement se produit et est expulsé vers l’extérieur. Cela se produit tous les mois en raison de l’effet des hormones féminines.

Un cycle menstruel normal dure en moyenne 28 jours. Celles-ci sont comptées du début d’une période au début de la suivante. Il est toujours considéré comme normal si la période se produit sept jours avant ou sept jours après. C’est-à-dire entre 24 et 38 jours.

Certains experts pensent que les règles irrégulières à l’adolescence étant très courantes, il pourrait être considéré comme normal que le cycle menstruel se situe entre 21 et 45 jours. Cependant, certains médecins préviennent que cela pourrait également être le symptôme d’un problème de santé et que l’aborder normalement retarderait le diagnostic.

Évolution à l’adolescence

L’âge moyen de la première menstruation, ou ménarche, est de 12,5 ans. Cependant, il est considéré comme normal qu’il se produise entre 10 et 16 ans. Lorsqu’il se produit avant ou après, cela peut être le signe d’une anomalie.

Certaines filles ont leurs premières règles à 8 ou 9 ans. Dans ces cas, on parle de puberté précoce. Ceci est généralement associé au syndrome métabolique et devient un facteur de risque de développer des problèmes cardiovasculaires à l’âge adulte.

À d’autres moments, la ménarche survient après l’âge de 16 ans. On parle alors de puberté tardive ou retardée. Ceci est associé à des problèmes de fertilité accrus et pourrait également être le signe d’une anomalie chromosomique ou d’une autre difficulté grave.

Règles irrégulières à l’adolescence

Comme nous l’avons déjà indiqué, les règles irrégulières à l’adolescence sont très fréquentes. Il est normal que, par exemple, la fille ait ses règles et qu’il se passe plusieurs mois avant qu’elles ne reviennent. La fourchette raisonnable est de six mois sans règles.

Si après six mois la fille n’a pas eu de nouvelles règles, il est conseillé d’attendre encore trois mois. A la fin de cette période, face à l’absence de règle, ou aménorrhée, la chose la plus indiquée est de consulter le médecin. Des cycles très courts, inférieurs à 21 jours, ou très longs, supérieurs à 38 jours, sont également un motif de consultation, bien qu’ils ne soient pas toujours anormaux.

Les règles irrégulières de l’adolescence se manifestent également par des saignements. S’il est supérieur à sept jours ou inférieur à deux, il est considéré comme anormal. De même, lorsqu’il y a trop peu ou trop de flux menstruel ou que des saignements se produisent en dehors des menstruations, une évaluation médicale est importante.

Pourquoi cela survient-il ?

La principale cause des règles irrégulières à l’adolescence est la présence de cycles anovulatoires ; c’est-à-dire sans ovulation. Dans ce processus, les ovaires libèrent un ovule, tandis que les hormones provoquent des changements dans l’utérus pour le rendre propice à la grossesse.

Si l’ovule n’est pas fécondé, la muqueuse de l’utérus se détache et sort par le vagin sous forme de saignement. S’il n’y a pas d’ovulation, le processus n’est pas terminé. Dans ces cas, la menstruation ne se produit pas et lorsqu’elle se produit, elle génère de longues périodes.

Les premiers cycles menstruels sont souvent anovulatoires. On estime que cela se produit chez 30 % à 55 % des adolescentes au cours des deux à quatre années suivant leurs premières règles. C’est, dans la plupart des cas, la cause de l’irrégularité.

Autres causes

La chose habituelle est qu’avec le temps, le cycle menstruel devient régulier et plus stable. Les autres causes possibles de règles irrégulières à l’adolescence sont les suivantes :

  • Immaturité organique. L’hypothalamus, l’hypophyse ou les ovaires n’ont pas atteint une maturité suffisante.
  • Excès d’exercice physique. Elle peut provoquer un retard des règles, une absence d’ovulation ou une absence de menstruation.
  • Troubles alimentaires. S’il n’y a pas assez de tissu adipeux, ou de graisse, dans le corps, un dysfonctionnement menstruel peut survenir.
  • L’excès de graisse corporelle interfère également avec le cycle menstruel.
  • Grossesse.
  • Stress.
  • Radiothérapie ou chimiothérapie.
  • Blessures à l’utérus.
  • Problèmes de thyroïde. Ils provoquent généralement des irrégularités dans les menstruations.
  • Syndrome de Turner ou syndrome de Swyer. Ce sont des pathologies génétiques qui peuvent provoquer des règles irrégulières à l’adolescence.
  • Tumeur de l’hypophyse ou des ovaires.
  • Dysfonctionnement de l’hypothalamus.
  • Anomalies anatomiques du tractus génital.
  • Syndrome des ovaires polykystiques.
  • Insuffisance ovarienne primaire.
  • Hyperandrogénie. C’est la production excessive d’androgènes qui fait pousser les poils sur le visage, la poitrine et l’abdomen.
  • Maladies sexuellement transmissibles.

Que faire ?

Taquineries envers un adolescent qui ne sait pas se fixer de limites émotionnelles.
Face à des règles trop courtes ou trop longues, il faudrait consulter un médecin.

Les règles irrégulières de l’adolescence en tant que telles ne sont pas un motif de consultation médicale. Vous ne devez consulter un professionnel que si l’absence de règles, ou d’aménorrhée, dure plus de six mois, s’il y a de grands contrastes dans la quantité de saignements ou s’il y a des saignements en dehors des règles.

Aussi, il est conseillé de demander une consultation dans les cas suivants :

  • Périodes de moins de 21 jours qui se répètent fréquemment.
  • Les règles durent plus de sept jours.
  • Les menstruations continuent de montrer des irrégularités importantes depuis trois ans.
  • Les douleurs ou crampes menstruelles sont très fortes.
  • Les poils poussent sur le visage, la poitrine ou l’abdomen.

Le plus souvent, le médecin procédera à un examen pelvien et, dans certains cas, prescrira une prise de sang. Les troubles associés aux règles irrégulières de l’adolescence peuvent généralement être traités avec succès par des médicaments. Ce n’est que dans quelques cas que des traitements plus spécialisés sont nécessaires.

Les règles irrégulières de l’adolescence ne doivent pas être une cause d’inquiétude

Les règles irrégulières de l’adolescence ne sont qu’un des problèmes auxquels les filles doivent faire face à cet âge. Il n’est pas nécessaire de s’alarmer face à une anomalie, car cela peut déclencher une anxiété inutile chez les filles qui subissent une grande transformation de leur corps.

Il est très important que les adolescents soient bien informés sur toutes ces questions, car cela les aide à se sentir plus calmes et à avoir plus d’éléments de jugement pour détecter une éventuelle anomalie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Que signifient les pertes blanches avant les règles ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Que signifient les pertes blanches avant les règles ?

Les pertes blanches avant les règles sont normales, à moins qu'elles ne soient accompagnées de symptômes gênants.



  • MedlinePlus. Menstruación. https://medlineplus.gov/spanish/menstruation.html
  • Soriano-Guillén, L., & Argente, J. (2011, May). Pubertad precoz central: aspectos epidemiológicos, etiológicos y diagnóstico-terapéuticos. In Anales de Pediatría (Vol. 74, No. 5, pp. 336-e1). Elsevier Doyma.
  • De Pediatría, S. A., & Subcomisiones, C. (2010). Trastornos del ciclo menstrual en la adolescencia. Arch Argent Pediatr, 108(4), 363-369.