Médecine intégrative : usages, bienfaits et risques

La médecine intégrative continue d'attirer l'attention des personnes qui souffrent de maladies chroniques. En quoi consiste-t-elle ? Nous vous parlons ici de ses bienfaits.
Médecine intégrative : usages, bienfaits et risques
Leonardo Biolatto

Relu et approuvé par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 15 novembre, 2022

À l’heure actuelle, la médecine intégrative est très demandée en raison de ses bienfaits. Elle regroupe les traitements de la médecine conventionnelle avec ceux de la médecine naturelle, afin d’apporter une approche plus complète des maladies chroniques. Son rôle dans l’amélioration de la qualité de vie et des pronostics favorables est même reconnu.

En d’autres termes, il s’agit d’une modalité thérapeutique qui n’ignore pas les effets bénéfiques de nombreux traitements naturels, sans pour autant négliger le rôle pertinent joué par la médecine occidentale. Pour la médecine intégrative, ces deux médecines se complètent. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus !

Médecine intégrative : usages et bienfaits

La médecine intégrative est considérée comme une approche du bien-être en raison de ses effets positifs. Plus précisément, elle englobe de multiples facteurs qui affectent la santé des patients, tels que leur statut physiologique, psychologique, nutritionnel et même social.

Il s’agit de mettre en œuvre des alternatives naturelles et peu invasives, telles que des thérapies spirituelles, émotionnelles, environnementales et nutritionnelles, mais sans diminuer l’importance du traitement médical. Voyons en détail ses principales applications et ses principaux bienfaits.

Maladies chroniques

Sans aucun doute, les personnes qui bénéficient le plus des pratiques de médecine intégrative sont celles qui souffrent de maladies chroniques. Comme indiqué dans une publication de Frontiers of Medicine, il s’agit d’une modalité appropriée pour la santé humaine, car elle considère le corps comme une entité holistique.

Par conséquent, elle effectue une analyse globale des causes des maladies, afin d’opter les thérapies les plus efficaces. Elle peut être appliquée dans les cas suivantes :

  • Asthme
  • Cancer
  • Douleur chronique
  • Diabète
  • Fibromyalgie
  • Maux de tête
  • Douleurs musculaires
  • Infertilité
  • Syndrome du côlon irritable (SCI)
  • Douleur articulaire
  • Sclérose en plaque
  • Sciatique

Elle est également appliquée dans les troubles mentaux. Par exemple :

  • Dépendance
  • Troubles anxieux
  • Trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)
  • Dépression
  • Insomnie
  • Trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Qualité de vie

Bien entendu, l’un des principaux objectifs de la médecine intégrative est de promouvoir la qualité de vie des patients, au-delà de provoquer des améliorations au niveau physique. À cet égard, une étude publiée par Cancer Management and Research a conclu que cette médecine peut améliorer la qualité de vie des patients atteints de cancer. Cela s’explique, dans une large mesure, à partir de ses bases fondamentales :

  • Traiter le patient dans son ensemble
  • Se concentrersur les causes profondes, au-delà des symptômes
  • Ne pas négliger l’aspect psychologique et nutritionnel
  • Adopter une approche personnalisée
  • Renforcer la relation médecin-patient
  • Tenir compte de l’environnement dans lequel vit le patient.


Prévention des maladies et des complications

Au-delà de son application aux maladies diagnostiquées, la médecine intégrative a gagné en importance en tant que mesure préventive. Une recherche publiée sur American Journal of Preventive Medicine met en évidence le potentiel des soins complets pour augmenter les chances de succès dans les stades pré-maladie.

Selon cette recherche, au niveau de la prévention primaire, la médecine intégrative contribue à la promotion de la santé par des conseils diététiques, des changements de mode de vie, des techniques de réduction du stress et l’utilisation de produits naturels.

Pour la prévention secondaire, des approches telles que la gestion du stress et les changements de mode de vie sont pertinentes. Enfin, en matière de prévention tertiaire, l’utilisation simultanée de thérapies complémentaires et conventionnelles prévient les complications, tout en ayant un impact positif sur la gestion des symptômes.

Médecine intégrative : les différents types de thérapie

Avant de recourir à la médecine intégrative, il faut consulter un médecin ou un spécialiste. Ce professionnel sera chargé de déterminer la meilleure approche de la maladie, en fonction des options conventionnelles.

Une fois cela fait, vous pouvez évaluer les thérapies complémentaires qui conviennent pour soulager les symptômes, réduire les complications ou les effets secondaires. Parmi les plus importantes, figurent les suivantes :

  • Régime ou thérapie nutritionnelle
  • Suppléments à base de plantes
  • Probiotiques
  • Suppléments vitaminiques et minéraux
  • Biofeedback
  • Hypnothérapie
  • Méditation
  • Reiki (énergie de guérison)
  • Yoga et Tai Chi
  • Acupuncture
  • Massages thérapeutiques
  • Aromathérapi
  • Thérapie assistée par les animaux
  • Réflexologie
L'acupuncture en médecine intégrative.
Les thérapies alternatives doivent être exécutées par des personnes expérimentées.

Les risques possibles

En premier lieu, il est essentiel de garder à l’esprit que les thérapies de la médecine intégrative ne remplacent pas les traitements médicaux. Ce sont des compléments et elles ne sont pas toujours les plus adaptées.

Par conséquent, avant de choisir une option ou une autre, il est nécessaire de se renseigner sur ses contre-indications et les effets secondaires possibles. Certaines pratiques ne sont pas adaptées à certaines maladies, car elles augmentent le risque de complications ou d’interactions médicamenteuses.

Pour dissiper tout doute, nous vous invitons à consulter la page du Centre National de Santé Complémentaire et Intégrative. Il est également judicieux de faire part au médecin de son intention d’utiliser des méthodes complémentaires. Cette supervision garantit non seulement la sécurité, mais aussi le succès du traitement.



Que retenir de la médecine intégrative ?

Le succès des méthodes proposées par la médecine intégrative n’est pas le fruit du hasard. Il existe de plus en plus de preuves mettant en évidence les bienfaits des thérapies globales dans le traitement de diverses maladies chroniques. Cependant, ces méthodes ne diminuent pas la nécessité de maintenir un traitement conventionnel.

Ainsi, dans un premier temps, il est nécessaire de recevoir un avis médical, notamment en cas de maladies graves ayant tendance à se compliquer avec le temps. Une fois l’approche définie, il est possible d’envisager d’autres options pour la compléter.



  • Gannotta R, Malik S, Chan AY, Urgun K, Hsu F, Vadera S. Integrative Medicine as a Vital Component of Patient Care. Cureus. 2018;10(8):e3098. Published 2018 Aug 4. doi:10.7759/cureus.3098
  • Fan D. Holistic integrative medicine: toward a new era of medical advancement. Front Med. 2017;11(1):152-159. doi:10.1007/s11684-017-0499-6
  • Institute of Medicine (US). Integrative Medicine and the Health of the Public: A Summary of the February 2009 Summit. Washington (DC): National Academies Press (US); 2009. Summary. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK219637/
  • Shah AK, Becicka R, Talen MR, Edberg D, Namboodiri S. Integrative Medicine and Mood, Emotions and Mental Health. Prim Care. 2017;44(2):281-304. doi:10.1016/j.pop.2017.02.003
  • Lin WF, Zhong MF, Zhou QH, et al. Efficacy of complementary and integrative medicine on health-related quality of life in cancer patients: a systematic review and meta-analysis. Cancer Manag Res. 2019;11:6663-6680. Published 2019 Jul 22. doi:10.2147/CMAR.S195935
  • Maizes V, Rakel D, Niemiec C. Integrative medicine and patient-centered care. Explore (NY). 2009;5(5):277-289. doi:10.1016/j.explore.2009.06.008