Pourquoi avons-nous des poils sous les aisselles ?

31 décembre 2020
Nous nous sommes tous demandé, à un moment donné ou un autre, pourquoi nous avions des poils sous les aisselles. Si, à première vue, cela peut sembler inutile, en réalité ces poils jouent un rôle très important dans le corps.

A la puberté, les changements hormonaux entraînent la pousse de poils sous les aisselles et dans d’autres parties du corps. Pour quelle raison se développent-ils ? Quelle est leur fonction ? Dans cet article, nous vous en disons davantage sur leurs caractéristiques.

A l’approche de l’âge adulte, nous pouvons remarquer la croissance de petits poils -imperceptibles jusque là- qui commencent à changer. En effet, ils deviennent les poils définitifs et interviennent dans plusieurs fonctions. Voyons de quoi il s’agit.

Caractéristiques des poils définitifs

L’être humain possède trois types de poils sur le corps, qui varient au cours des différentes étapes de son développement. Chacun possède ses propres caractéristiques.

Le lanugo, qui se répartit sur tout le corps, est présent dès le dernier trimestre de gestation et disparaît lors des premiers mois de vie du nourrisson. Les poils androgéniques (non définitifs), moins fins que le lanugo, sont encore incolores et superficiels. Puis enfin, les poils définitifs, qui remplacent les poils prépubères avec les particularités suivantes :

  • Ils contiennent beaucoup de pigment et de moelle.
  • Ils sont épais et visibles.
  • Nous les trouvons surtout sous les aisselles, le pubis, les sourcils et les cils. Ceux qui poussent sur le cuir chevelu (les cheveux) font également partie des poils définitifs.
  • Nous pouvons les distinguer des poils non définitifs parce qu’ils sont plus longs. A l’exception des cheveux qui poussent sur le cuir chevelu. Les poils des aisselles ont une longueur supérieure à 2 centimètres et ne dépassent généralement pas les 3-5 centimètres.

Par ailleurs, le nom scientifique des poils définitifs qui poussent sous les aisselles, de même que les poils pubiens, est “poils ambo-sexuels“. Cela signifie qu’ils poussent chez les deux sexes. D’autre part, leur densité dépendra de la quantité d’androgènes de la personne. Quelle est leur fonction spécifique ?

Poils sous les aisselles.

“La densité et d’autres caractéristiques des poils corporels sont attribués à l’activité des androgènes dans l’organisme.”

Pourquoi avons-nous des poils sous les aisselles ?

Les poils sous les aisselles poussent par l’action des androgènes dans le corps humain. Il s’agit d’un ensemble d’hormones dont la plus importante est la testostérone. A ce propos, on pense souvent que c’est une hormone exclusive au genre masculin, mais ce n’est pas le cas. Elle est également produite dans le système reproducteur féminin, mais dans une moindre mesure.

Dans les deux cas, ces changements hormonaux sont responsables de la croissance des poils définitifs pendant l’adolescence. Les poils pubiens poussent en premier, puis environ deux ans après, les poils des aisselles se développent. Le moment d’apparition est variable selon le développement de chaque personne.

Bienfaits des poils sous les aisselles

L’une des principales fonctions des poils sous les aisselles est de maintenir une température optimale dans le corps. Les poils sont effectivement capables d’agir comme une protection face à l’air froid ou la chaleur excessive qui entre en contact avec cette région sensible.

Ils servent également à retenir ou ralentir la sueur lorsqu’elle est produite en grandes quantités. Ils empêchent ainsi à ce fluide de goutter, comme c’est souvent le cas dans le dos.

Par ailleurs, il convient de rappeler que les poils ne sont pas responsables à eux-seuls de la mauvaise odeur qui peut survenir sous les aisselles. Cette mauvaise odeur est plutôt attribuée à une hygiène inadéquate qui permet aux bactéries de s’accumuler dans cette région.

1. Ils réduisent la friction

Les poils axillaires empêchent le contact peau à peau et réduisent donc l’irritation que la friction peut provoquer, par exemple, lorsque nous faisons de l’exercice. Le fait de ne pas raser ou épiler ces poils diminue considérablement la possibilité de souffrir de poils incarnés. Ces derniers peuvent effectivement entraîner des douleurs et des infections.

Lisez également : 11 remèdes maison pour les odeurs sous les aisselles

2. Les phéromones

Une odeur caractéristique provenant des aisselles est spécifique chez chaque personne. La présence de poils aide à la retenir. Ces odeurs sont connues sous le nom de phéromones. Il s’agit notamment de substances chimiques produites par le corps de manière naturelle et qui se libèrent pour agir comme des signaux. En particulier à l’intention du sexe opposé.

Le terme phéromone est un néologisme qui provient du grec, et signifie porter ou transporter quelque chose qui provoque une réaction ou une excitation. Cette définition est devenue populaire au milieu du XXème siècle et dès lors, des parfums ont été fabriqués visant à reproduire l’essence de ces odeurs.

D’où la croyance ancienne qui associait l’intensité de l’odeur des aisselles à une exaltation des vertus masculines. De même que lors des études scientifiques sur les animaux, elles servaient à augmenter l’attraction et à rencontrer un partenaire.

3. Les poils sous les aisselles préviennent d’autres gênes ou maladies

Le port de poils sous les aisselles de façon naturelle, sans raser ni épiler, réduit l’apparition d’éruption cutanée. Cela permet également de prévenir les abcès qui se forment à cause d’un pore obstrué lors de l’exposition à des substances chimiques ou de la saleté. Face à ce phénomène, certains médecins conseillent de couper les poils avec des ciseaux si l’on veut que la zone reste dégagée.

Une femme qui caresse son aisselle.

“Garder les poils sous les aisselles permet d’éviter les irritations dans la zone. Leur élimination est un choix personnel, et esthétique.”

Découvrez aussi : L’élimination des poils pubiens: les bonnes méthodes

L’épilation des poils sous les aisselles est une décision personnelle

Même si, de nos jours, la tendance est de retirer tous les poils, il est intéressant de connaître les bienfaits de laisser les poils naturels sous les aisselles. Les critères pour les éliminer répondent à une directive esthétique, et non médicale. Cela fait effectivement partie d’un modèle culturel propre à notre époque.

Arborer une peau imberbe et subir des traitements pour retirer tous les poils axillaires est un choix purement personnel. Cela dépend des goûts et des habitudes de chacun. Quoi qu’il arrive, dans les deux cas, cela ne pose aucun problème pour assurer de bonnes habitudes d’hygiène.

  • InformedHealth.org [Internet]. Cologne, Germany: Institute for Quality and Efficiency in Health Care (IQWiG); 2006-. What is the structure of hair and how does it grow? 2019 Aug 29. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK546248/
  • Randall VA. Androgens and hair growth. Dermatol Ther. 2008 Sep-Oct;21(5):314-28. doi: 10.1111/j.1529-8019.2008.00214.x. PMID: 18844710.
  • Lanzalaco A, Vanoosthuyze K, Stark C, Swaile D, Rocchetta H, Spruell R. A comparative clinical study of different hair removal procedures and their impact on axillary odor reduction in men. J Cosmet Dermatol. 2016;15(1):58-65. doi:10.1111/jocd.12197
  • Verhaeghe J, Gheysen R, Enzlin P. Pheromones and their effect on women’s mood and sexuality. Facts Views Vis Obgyn. 2013;5(3):189-195.
  • Suro Reyes, José Ángel, Gutiérrez Fernández, Luisa, Ruíz Ávila, Javier y Bouhanna, Pierre. (2007) “El pelo, generalidades y funciones.” Revista Dermatología Cosmética, Médica y Quirúrgica. Volumen 5. N° 4. Octubre-Diciembre.
  • Luo DQ, Liang YH, Li XQ, Zhao YK, Wang F, Sarkar R. Ingrowing Hair: A Case Report. Medicine (Baltimore). 2016;95(19):e3660. doi:10.1097/MD.0000000000003660