Qu’est-ce que l’impuissance apprise ?

22 novembre 2020
Face aux situations désagréables, le plus normal et le plus sain est de répondre en permettant aux circonstances de s'améliorer. Cependant, certaines personnes restent passives et résignées car elles pensent qu'elles n'ont aucun contrôle sur les événements de la vie.

L’impuissance apprise est une réaction de passivité et de soumission face aux situations généralement désagréables. Par conséquent, les personnes qui en souffrent n’essaient pas d’éradiquer les stimuli déplaisants.

En général, la condition se présente après une expérience traumatisante au cours de laquelle des mesures ont été prises sans succès pour éviter la souffrance. Ainsi, la personne comprend qu’il n’y a rien d’utile qu’elle puisse faire pour mettre fin à des situations douloureuses.

L’impuissance apprise: définition

Selon l’Association Américaine de Psychologie (APA), l’impuissance apprise est un phénomène qui résulte d’une exposition répétée à des facteurs stressants. Ces derniers deviennent incontrôlables et font que les personnes n’utilisent pas les options disponibles en elles pour contrôler les faits.

De ce fait, elles intègrent qu’elles manquent de contrôle sur ce qu’elles vivent, ou sur les processus environnementaux. A moyen terme, l’apprentissage détruit la motivation de mettre en place des changements.

En d’autres termes, il s’agit d’une condition psychologique qui conduit à l’incapacité de réagir à des situations qui produisent une souffrance. Ceci est la conséquence d’exécution d’actions échouées face à des événements désagréables dans le passé. Par conséquent, la personne apprend à accepter la souffrance et à croire qu’elle ne peut rien faire pour éviter les événements désagréables.

Une jeune fille qui pleure.

“Les expériences traumatisantes de l’enfance peuvent conduire à une impuissance apprise à l’âge adulte.”

Les causes de l’impuissance apprise

Toutes les causes de l’impuissance apprise sont liées à une erreur qui conduit les personnes à penser qu’elles n’ont aucun contrôle sur les événements de leur vie. Cela contribue à un manque d’analyse des conséquences possibles de certaines situations. Elles croient que leur destin est déjà défini et qu’elles ne peuvent rien faire pour le changer. Voici donc les causes les plus communes de cette condition.

Expériences traumatisantes dans l’enfance

L’un des facteurs qui déterminent le développement de cet état psychologique est l’expérience des premières années de la vie. Si la personne a vécu des situations traumatisantes pendant son enfance, et n’a reçu aucun type de soutien ou de réponse positive, il est probable qu’à l’âge adulte elle développera une posture de soumission face à des circonstances similaires.

Lisez également: 6 étapes pour soigner les blessures émotionnelles de l’enfance

L’éducation

L’éducation reçue pendant l’enfance est un autre facteur déterminant dans le développement de l’impuissance apprise. Si les rôles sociaux de passivité et de dépendance sont encouragés dans certaines situations, alors la vulnérabilité face à une impuissance future augmente.

D’autre part, les messages reçus pendant l’enfance jouent un rôle important dans l’établissement de l’inaction. Par exemple, si un enfant est entouré de personnes qui lui disent sans arrêt qu’il n’est pas capable ou qu’il ne sait pas, cela peut avoir un impact énorme sur sa vie adulte.

Un foyer excessivement contrôlé

Il existe des foyers excessivement contrôlés. Les enfants qui vivent dans un environnement où l’on contrôle tout ce qui se passe autour d’eux, où on les prive d’expérimenter et d’apprendre des conséquences de leurs actes, sont plus vulnérables.

Sentiments de culpabilité

D’autre part, il existe des facteurs internes, tels que la responsabilité ou la culpabilité, qui influencent le développement de l’impuissance apprise. Autrement dit, la personne se sent coupable de l’événement désagréable et commence à croire qu’elle est incapable de changer ou de stopper quelconque situation qui pourrait se présenter à l’avenir.

On tombe ainsi dans la résignation et la justification des attitudes qui ont des effets négatifs sur l’estime de soi et la dignité. Cela peut être lié au type d’éducation qui a renforcé le sentiment de culpabilité.

Conséquences de l’impuissance apprise

L’impuissance apprise a un effet négatif sur les dimensions suivantes :

  • Motivation : la croyance d’un manque de contrôle génère une diminution de la motivation. Ainsi, les tentatives de réponse face à de nouvelles situations se font plus rares.
  • Cognition : il est difficile d’apprendre de nouveaux modèles de réponses qui entraînent des résultats positifs. En outre, tout problème peut être perçu comme quelque chose de normal.
  • Emotionnel : il est fréquent que des états émotionnels négatifs aient lieu, tels que la dépression, l’anxiété et la frustration. Il existe également un manque d’estime de soi marqué. Cet état dure jusqu’à ce que la personne soit capable de contrôler les circonstances.
  • Physique : les affections corporelles comprennent les troubles alimentaires ainsi que les altérations du système immunitaire.

Découvrez aussi : 6 façons de combattre votre peur de la solitude

Traitements de l’impuissance apprise

Le meilleur moyen de traiter ce phénomène se fait à travers l’intervention thérapeutique. Cette approche a pour but d’apprendre à la personne comment réagir face une situation déterminée. Selon Vazquez Valverde et Polaino Lorente, l’approche thérapeutique consiste en ce qui suit :

  • Changer les attributions négatives que le sujet fait des situations : à travers la réalisation de tâches simples qui offrent des résultats positifs une fois que la personne a effectué telle ou telle action. Il est possible également de lui apprendre que les échecs ne sont pas dus à elle-même.
  • Intégration de sentiments positifs : dans l’objectif de renforcer l’estime de soi. L’individu sera alors plus en capacité de pouvoir intervenir à l’avenir.

D’autre part, l’intervention thérapeutique peut viser l’approche des événements traumatisants du passé. L’idée est que le patient puisse surmonter ses expériences en leur donnant un sens différent. Il développera ainsi des réactions plus fonctionnelles et positives lors des situations futures.

Un thérapeute et son patient.

“Une approche psychologique pour l’impuissance apprise est possible à travers des techniques définies par les thérapeutes.”

Un problème acquis

Comme son nom l’indique si bien, l’impuissance apprise est acquise, elle n’est pas innée. Elle s’établit généralement depuis l’enfance. Cette condition entraîne une série d’effets négatifs qui nuisent au bien-être de la personne, parfois de façon sévère. Il est donc important que cette affection soit traitée.

Le meilleur traitement est la thérapie psychologique. Grâce à elle, la personne pourra découvrir qu’elle peut être maître de sa vie. Une fois qu’elle en aura conscience, elle éprouvera des changements positifs à tous les niveaux : émotionnel, physique et cognitif.

  • American Psychological Association. APA Dictionary of Psychology  [Internet]. Washington, DC: APA. Disponible en: https://dictionary.apa.org/learned-helplessness
  • Monti, José Galeano, and Oscar Balbuena Jara. “Tortura e indefensión aprendida en adolescentes en privación de libertad.” Revista Paraguay desde las Ciencias Sociales 7 (2016): 129-158.
  • Cepeda P. Análisis de la relación entre la indefensión aprendida y el femicidio [Internet]. Vol. 11. Pontificia Universidad Católica del Ecuador; 2017. Available from: http://repositorio.puce.edu.ec/handle/22000/1311
  • Peña V. Relación Entre Dependencia Emocional e Indefension aprendida en Mujeres víctimas de violencia intrafamiliar [Internet]. Universidad Autónoma del Estado de México; 2019. Available from: http://148.215.1.182/handle/20.500.11799/105655
  • Reyes M. INDEFENSIÓN APRENDIDA Y ESTILO PARENTAL PERCIBIDO EN ESTUDIANTES QUE SUFREN BULLYING DE UNA SECUNDARIA [Internet]. Universidad Autónoma del Estado México; 2019. Available from: http://148.215.1.182/handle/20.500.11799/105652
  • Berengil Llantoy, Ana Paula, and Tessy Anyela Povis Matencio. “Autoconcepto e indefensión aprendida en estudiantes de 2 a 5 año del nivel secundario de una institución educativa pública de Chaclacayo-Lima.” (2019).
  • Vázquez-Valverde C, Polaino-Lorente A. La indefension aprendida en el hombre : Revisión crítica y búsqueda de un algoritmo explicativo. Estud Psicol [Internet]. 1982;11:70–89. Available from: https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=65852
  • Sanmartín, Pedro García. “Educar en fortalezas psicológicas para mitigar la vulnerabilidad.” EHQUIDAD. Revista Internacional de Políticas de Bienestar y Trabajo Social 13 (2020): 121-150.