Qu'est-ce que le dogmatisme et quelles sont ses caractéristiques ?

Le dogmatisme, en tant que courant philosophique, défendait la nécessité d'accepter le monde tel que nous l'apprécions, sans le remettre en question. Le sens actuel du dogmatisme diffère quelque peu de cette notion.
Qu'est-ce que le dogmatisme et quelles sont ses caractéristiques ?

Dernière mise à jour : 28 avril, 2022

Un dogme est une proposition qui est supposée être une vérité absolue, indéniable et irréfutable. Ses fondements ne sont pas sujets à discussion ou à remise en question, puisque sa véracité (qu’elle soit démontrable ou non) est irréprochable. Or, à l’heure actuelle, le dogmatisme peut être compris comme la propension aux dogmes.

Or, en philosophie, le dogmatisme renvoie à un courant de pensée qui défendait la nécessité d’accepter le monde tel que nous l’apprécions, sans le remettre en cause. Elle repose sur la capacité du raisonnement humain à acquérir la vérité.

Le dogmatisme, en tant que mouvement philosophique, est né dans la Grèce antique, lorsque le dogme était compris comme une opinion philosophique ou fondée. Par la suite, ce terme a continué à être utilisé tout au long de l’histoire de l’Occident, notamment associé au christianisme.

Origines du dogmatisme

Le dogmatisme en tant que courant philosophique trouve son origine dans la Grèce antique, entre le VIe et le VIIe siècle av. Elle est considérée comme la plus ancienne école de pensée et diffère du sens que nous lui attribuons aujourd’hui.

Dans l’Antiquité, le dogmatisme impliquait d’accepter le monde tel que nous le voyons, sans le remettre en cause. Le fondateur de cette doctrine est Thalès de Milet, considéré comme le premier philosophe de la culture occidentale. Plus tard, en 1545, le dogme fut appliqué à la religion et assumé comme une vérité absolue et incontestable dont dérive le reste de la connaissance.

Caractéristiques du dogmatisme

Les caractéristiques du dogmatisme philosophique sont les suivantes :

  • La seule capacité cognitive de l’être humain est ce qui permet une connaissance directe du monde et de ses lois. En ce sens, l’être humain est capable de connaître l’être véritable des choses sans intermédiaires ni distorsions.
  • Rien ne peut être mis en doute ; même les opinions et les croyances sont vraies.
  • La conviction que l’esprit peut connaître le monde de manière objective est basée sur la croyance que le fonctionnement de l’esprit est similaire à celui de la nature. C’est-à-dire que l’homme et les choses dans le monde sont gouvernés par le même substrat.

Pour sa part, on pourrait résumer les caractéristiques du dogmatisme contemporain comme suit :

  • Il existe des vérités absolues et incontestables, appelées dogmes.
  • C’est quelque chose de typique de la connaissance non scientifique.
  • Il y a peu de rigueur et le dogmatisme est fermé à la falsifiabilité.
Je rejette le dogmatisme.
A l’heure actuelle, le lien entre dogmatisme et religions ne correspond pas à la véritable origine du concept dans la Grèce antique.

Principaux gestionnaires

Les principaux représentants du dogmatisme philosophique sont les suivants. Apprenons-en plus sur leur vie.

Thalès de Milet (624 avant JC – 546 avant JC)

Philosophe, géomètre, physicien, mathématicien et législateur grec, Thalès fut l’initiateur de l’École de Milet. Il n’a laissé aucun ouvrage écrit, donc ses théories et ses connaissances viennent de ses disciples.

Il est considéré comme le premier philosophe occidental à avoir tenté d’expliquer rationnellement les différents phénomènes du monde. Thales a affirmé que l’eau est le premier élément, le commencement de tout. Par conséquent, il lui donne vie. Cela lui donne aussi une âme, car l’âme fait bouger les choses et l’eau se meut toute seule.

Anaximandre (610 avant JC – 546 avant JC)

Anaximadro était un philosophe, géographe et disciple de Thalès de Milet. Pour lui, le principe constitutif de toutes choses est ápeiron, qui n’est ni eau, ni terre, ni feu ni air. Il n’a pas de forme concrète, il est infini, impérissable, indestructible et immortel. Le cosmos naît, se développe et périt dans cet apeiron.

Anaximène (546 av. J.-C. – 528/525 av. J.-C.)

Anaximène était le compagnon et le successeur d’Anaximandre. Comme son professeur, il croit que le commencement de toutes choses est infini. Cependant, il a défendu que ce principe est un élément concret : l’air.

Selon ce philosophe, l’ air transforme tout par condensation et raréfaction. C’est-à-dire que la raréfaction génère du feu, tandis que la condensation forme du vent, des nuages, de l’eau, de la terre et des pierres. À partir de ces substances, le reste des choses est créé.

Héraclite (544 av. J.-C. – 484 av. J.-C.)

Ce philosophe présocratique défendait que le commencement de toutes choses devenait, représenté par le feu. C’est-à-dire qu’Héraclite soutenait que le fondement de tout est en changement incessant. L’entité devient et tout se transforme dans un processus de naissance et de destruction continue.

Quel est le contraire de dogmatisme ?

Pour certains penseurs, le dogmatisme s’oppose au scepticisme, puisque ce dernier se caractérise par un doute constant et défend que les êtres humains sont incapables d’obtenir une connaissance absolue et vraie des choses. De son côté, pour Emmanuel Kant, le dogmatisme s’oppose à la critique. Cette dernière tendance peut être comprise comme une attitude qui considère la connaissance comme quelque chose d’impossible et d’indésirable sans critique préalable.

De plus, on pourrait affirmer que le dogmatisme est contraire à la connaissance scientifique, puisque celle-ci est ouverte à la modification des postulats. Egalement à l’établissement de nouvelles conclusions avant l’arrivée d’autres preuves.

Feu.
Les initiateurs du dogmatisme cherchaient un élément qui était d’abord. Pour Héraclite, c’était le feu.

Avantages et inconvénients du dogmatisme

Le dogmatisme, entendu comme l’exigence qu’un argument soit accepté comme vrai sans possibilité de le remettre en cause, n’a aucun avantage. Au contraire, adopter une position dogmatique comporte de nombreux dangers.

Nous le voyons dans la politique, dans la religion et dans les relations. Si nous avons des croyances dogmatiques, nous fermons notre esprit aux perspectives et opinions alternatives. En d’autres termes, le dogmatisme produit une rigidité dans la pensée, ce qui entraîne des conséquences émotionnelles et comportementales.

Par exemple, les personnes qui soutiennent des croyances dogmatiques et n’autorisent pas d’explications alternatives ressentiront souvent de la colère. Surtout quand il y a des décalages entre vos attentes et la réalité.

Pour sa part, une étude a révélé que le dogmatisme est l’un des facteurs qui affectent négativement le bien-être. Dans ce cas, il a été établi que les personnes dogmatiques présentent un système cognitif inflexible qui apparaît comme un trait de personnalité stable et réduit leur adaptation à l’environnement. Ce processus entraîne une diminution du bonheur et une augmentation de l’agressivité.

Enfin, la thérapie comportementale émotive rationnelle suggère que les croyances irrationnelles sont de nature dogmatique. C’est-à-dire qu’elles sont incompatibles avec la réalité empirique, illogiques et empêchent les gens d’atteindre leurs objectifs.

Le dogmatisme aujourd’hui

Le dogmatisme en tant que courant philosophique diffère du sens contemporain que nous donnons à ce concept. En se référant au dernier sens, nous devons être prudents et éviter que nos croyances soient supposées être des vérités absolues.

Sinon, nous serons enclins à l’intolérance et au manque de respect pour des positions différentes des nôtres. Essayons de cultiver l’ouverture et la flexibilité de la pensée.

Cela pourrait vous intéresser ...
Que signifie rêver d’un labyrinthe ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Que signifie rêver d’un labyrinthe ?

Le labyrinthe est l'un des plus anciens symboles de l'humanité. Nous vous invitons ici à découvrir la signification de ce symbole dans les rêves.