Rétinopathie hypertensive : causes, symptômes et traitements

La rétinopathie hypertensive est une pathologie liée à la pression artérielle qui peut affecter la vision si elle n'est pas traitée à temps. Apprenez-en plus ici sur cette maladie.
Rétinopathie hypertensive : causes, symptômes et traitements

Dernière mise à jour : 12 octobre, 2021

En plus des problèmes cardiaques et cérébrovasculaires, l’hypertension artérielle est également associée à la rétinopathie hypertensive. Cette maladie affecte les vaisseaux sanguins de la rétine, ce qui peut endommager la vision.

L’hypertension artérielle est l’un des problèmes de santé les plus courants dans le monde, touchant 1 personne sur 5. Ce chiffre est plus élevé dans les pays développés.

Cependant, toutes les personnes hypertendues qui peuvent souffrir de rétinopathie hypertensive ne sont pas conscientes du problème et des risques. Un examen de la rétine permet de diagnostiquer cette condition.

Qu’est-ce que la rétinopathie hypertensive?

Une pression artérielle élevée affecte les parois des vaisseaux, dont les artères qui alimentent l’œil. Au fil du temps, l’une des conséquences de l’hypertension artérielle dans le corps est que les vaisseaux sanguins de la rétine dégénèrent, provoquant des problèmes de vision.

L’ensemble des altérations qui se produisent dans l’œil en raison de l’hypertension artérielle est appelé rétinopathie hypertensive. Voyons quels sont ses symptômes.

Les symptômes de la rétinopathie hypertensive

La rétine est un tissu transparent très sensible à la lumière, qui se trouve au centre et derrière le globe oculaire. Sa fonction est de recevoir les images et de les convertir en impulsions électriques, impulsions qui atteignent le cerveau par le nerf optique.

Si la rétine est affectée, la vision peut être compromise dans la même mesure. Mais la plupart des patients atteints de cette maladie ne présentent pas de symptômes tant que le trouble n’est pas à un stade avancé.

Selon l’évolution, le temps et la gravité de la rétinopathie hypertensive, les symptômes peuvent varier. Parmi eux, figurent les suivants :

  • Maux de tête légers ou modérés
  • Vision floue temporaire qui peut être restaurée
  • Perte de vision importante, en particulier lorsque le patient souffre de diabète sucré ou d’athérosclérose concomitants
  • Dilatations des vaisseaux (anévrismes)
  • Hémorragies sous-conjonctivales éparses : par éclatement des vaisseaux sanguins de la sclérotique
  • Œdème de la papille optique ou inflammation du nerf optique
La rétine et ses vaisseaux sanguins.
La rétine est un tissu fin qui a la capacité de capter les signaux lumineux et de les transmettre au cerveau.


Les différents types

La gravité de la rétinopathie hypertensive est déterminée en fonction des symptômes présents sur la base du système de classification de Keith-Wagener-Barker. Il établit une échelle qui va du degré 1 au degré 4, ce dernier étant le plus sérieux :

  • Degré 1 : il peut ne pas y avoir de symptômes apparents, le rétrécissement des artères étant très léger.
  • Degré 2 : le rétrécissement est détectable, des irrégularités visuelles peuvent être ressenties et il y a plus de constrictions de l’artère rétinienne.
  • Degré 3 : on observe un gonflement dans certaines parties de la rétine. On peut également observer des œdèmes, des microanévrismes, des taches de coton et des hémorragies.
  • Degré 4 : le patient souffre d’une inflammation du nerf optique avec œdème maculaire, de problèmes de vision graves et il y a un risque d’accident vasculaire cérébral.

La rétinopathie hypertensive peut être aiguë ou chronique. La première est la plus courante. Elle est associée à l’hypertension artérielle.

La variante aiguë, également appelée maligne ou accélérée, peut apparaître brutalement, en peu de temps, accompagnant une augmentation très marquée de la pression. Elle est liée à la pré-éclampsie et aux tumeurs de la glande surrénale.

Causes et facteurs de risque

L’hypertension artérielle à long terme est la principale cause de rétinopathie hypertensive. On parle d’hypertension lorsque les valeurs systoliques sont égales ou supérieures à 140 millimètres de mercure (mm Hg) et les valeurs diastoliques sont égales à 90 mmHg.

Dans une large mesure, les facteurs de risque de la rétinopathie hypertensive sont les mêmes que ceux de l’hypertension artérielle, bien qu’il puisse y en avoir d’autres. Il s’agit notamment des facteurs suivants :

  • Pression artérielle non contrôlée
  • Maladies associées, telles que l’athérosclérose ou l’ hypercholestérolémie
  • Obésité
  • Tabagisme
  • Alcoolisme
  • Forte consommation de sel
  • Stress
  • Âgé de plus de 50 ans
  • Antécédents personnels ou familiaux d’hypertension

Selon certaines recherches, la rétinopathie hypertensive est plus fréquente chez les personnes d’ascendance africaine.



Le diagnostic de la rétinopathie hypertensive

Il est très important que les personnes souffrant d’hypertension artérielle fassent des contrôles oculaires réguliers pour diagnostiquer une rétinopathie hypertensive. À cette fin, différents types d’examens sont effectués.

Tout d’abord, la pupille est dilatée à l’aide de gouttes qui agrandissent la pupille. Les médicaments les plus couramment utilisés à cette fin sont l’atropine, ainsi que la phényléphrine, le tropicamide et le cyclopentolate.

Après cela, le médecin utilisera un ophtalmoscope, un outil qui projette de la lumière pour éclairer la pupille et qui permet d’examiner la rétine et le fond de l’œil. Il s’agit d’une procédure indolore qui prend moins de 10 minutes.

Dans certains cas, un test connu sous le nom d’angiographie à la fluorescéine est effectué. Un colorant (fluorescéine) est injecté dans les veines et des photos de l’œil sont prises pour voir à quoi ressemble le flux sanguin dans la rétine. Par ailleurs, d’autres tests, tels que la tomographie par cohérence optique (OCT), peuvent être nécessaires.

Le traitement

Pour le traitement de la rétinopathie hypertensive, l’aspect fondamental est le contrôle de l’hypertension artérielle. Cela est accompli grâce à l’utilisation de médicaments et de changements au niveau du mode de vie.

Le médecin peut recommander des bêta-bloquants et des inhibiteurs de l’ECA. Il peut également recommander des diurétiques, des inhibiteurs calciques et des inhibiteurs de la rénine.

D’autre part, certaines des complications de la rétinopathie hypertensive peuvent être traitées avec des médicaments injectables dans l’œil. Et éventuellement avec des procédures impliquant l’utilisation de lasers ou de chirurgie.

Concernant les changements au niveau une mode de vie, une alimentation riche en fruits et légumes, un apport plus faible en matières grasses, moins de sel, peu ou pas de caféine, ainsi qu’une consommation modérée des boissons alcoolisées sont recommandées.

Bien entendu, les fumeurs doivent arrêter de fumer. Il convient également de garder le poids sous contrôle et de faire de l’exercice régulièrement.

Examen rétinien pour rétinopathie hypertensive.
Les examens rétiniens ne sont pas nombreux et ils permettent d’obtenir rapidement un diagnostic précis.

Conséquences et complications

La rétine se rétablira si la pression artérielle peut être maîtrisée. Si le pronostic est positif dans les degrés 1 et 2 de l’échelle, à un niveau plus élevé, les dommages au niveau du nerf optique et de la macula peuvent être permanents. Les principales complications de la rétinopathie hypertensive sont les suivantes :

  • Hémorragies superficielles de la rétine
  • Zones blanches qui manquent d’oxygène (taches de coton)
  • Exsudats durs, dus au dépôt de lipides intrarétiniens
  • Inflammation du disque optique
  • Occlusion de l’artère rétinienne ou de la veine rétinienne
  • Neuropathie optique ischémique, avec perte de vision
  • Choroïdopathie hypertensive
  • Œdème papillaire

Les degrés supérieurs de la rétinopathie hypertensive sont également associés à un risque plus élevé d’occurrence d’un accident vasculaire cérébral, d’après les études. En outre, d’autres recherches ont révélé un risque accru de crise cardiaque, d’insuffisance cardiaque et de décès chez les personnes souffrant d’hypertension artérielle.

Peut-on prévenir la rétinopathie hypertensive ?

La rétinopathie hypertensive est une conséquence d’un autre problème, qui est l’hypertension artérielle. La bonne nouvelle est que l’hypertension artérielle est un facteur de risque modifiable. Cela signifie que la maladie peut être contrôlée.

Les personnes souffrant d’hypertension artérielle remarquent rarement des symptômes. La plupart d’entre elles ne ressentent rien. Cela signifie qu’il faut être proactif. Si vous souffrez d’hypertension artérielle, vous devez vous rendre régulièrement chez l’ophtalmologiste pour effectuer un contrôle complet.

Si vous avez soudainement commencé à ressentir des changements au niveau de votre vision, vous devez d’autant plus vous rendre rapidement chez le médecin. Si la maladie est à un stade précoce, les dommages à la rétine peuvent être réversibles.

Cela pourrait vous intéresser ...
Trou maculaire : symptômes et traitement
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Trou maculaire : symptômes et traitement

Le trou maculaire est généralement causé par une série de modifications de l'humeur vitréenne avec l'âge. Nous en parlons ici.



  • Henderson AD, Bruce BB, Newman NJ, Biousse V. Hypertension-related eye abnormalities and the risk of stroke. Rev Neurol Dis. 2011; 8(1-2):1–9.
  • Herrero-Garibi J, Cruz-González I, Parejo-Díaz , Jang I, Tomografía de coherencia óptica: situación actual en el diagnóstico intravascular. Revista Española de Cardiología. 2010; 63(8): 951-962,
  • Mendoza C, Santiesteban R, González A, et al. La tomografía de coherencia óptica en el diagnóstico de enfermedades de la retina y el nervio óptico. Rev Cubana Oftalmol  [Internet]. 2005;  18(2). Disponible en: http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0864-21762005000200009&lng=es.
  • Pérez Oliván S, Torrón C, Marcuello B, Ferrer E, Ruiz O, Honrubia F. A propósito de un caso de coroidopatía puntata interna: diagnóstico diferencial. Arch Soc Esp Oftalmol. 2002; 77(11): 631-634.
  • Sohan H. Neovascular glaucoma. Progress in Retinal and Eye Research. 2007; 26(5):470-485.
  • Trisán A, Menéndez H, Soto MesaD, et al. Retinopatía hipertensiva. Medicina General. 2000; 25: 554-564.