10 astuces pour ne pas souffrir de règles douloureuses

29 avril 2020
Afin d'avoir des règles moins douloureuses et moins inconfortables, il convient de prêter davantage attention aux produits d'hygiène intime utilisés et d'améliorer le mode de vie. Nous vous en dirons plus dans cet article.

Un grand nombre de femmes ressentent souvent des douleurs et des malaises pendant leurs règles. Au-delà des crampes menstruelles typiques, certaines personnes souffrent de malaises tels que des irritations de la zone intime, des brûlures, des démangeaisons et, dans certains cas, des infections. Heureusement, il existe aujourd’hui plusieurs moyens connus pour ne pas souffrir de règles douloureuses.

Bien qu’il soit important de consulter un médecin ou un gynécologue lorsque la douleur est intense, la plupart du temps nous pouvons la réduire, voire l’atténuer, en adoptant certaines habitudes.

Saviez-vous que vous ignorez peut-être certaines des causes de ce malaise ? Nous souhaitons vous en dire plus à ce sujet et, bien entendu, vous indiquer ce que vous pouvez faire pour l’améliorer.

Comment ne pas souffrir de règles douloureuses

Il existe de nombreux facteurs liés aux désagréments typiques de la période menstruelle. Certains, comme l’activité hormonale et la présence de maladies, ne peuvent être contrôlés. Cependant, d’autres sont liés aux habitudes et aux soins que nous avons pendant ces journées et, par conséquent, nous pouvons faire beaucoup pour essayer de les soulager.

1. Miser sur des produits d’hygiène intime sains

Aujourd’hui, il existe une grande variété de produits d’hygiène intime qui permettent de faire face aux menstruations avec plus de confort.

De nombreux produits conventionnels, tels que les serviettes, les protecteurs et les tampons, sont fabriqués à partir de plastique, de coton conventionnel (pulvérisé avec des pesticides) et de produits chimiques qui ne respectent pas le microbiote vaginal.

Le grand inconvénient est que ces caractéristiques sont propices à l’accumulation de sueur, de bactéries et de traces de rejets qui génèrent ensuite de mauvaises odeurs. En outre, ils provoquent également des irritations, des démangeaisons et d’autres désagréments. Même un contact fréquent avec de telles substances, parmi lesquelles le glyphosate, est considéré comme un facteur de risque pour des maladies telles que l’endométriose et la stérilité.

Heureusement, contrairement à tout cela, nous trouvons des alternatives saines comme les produits Natracare, fabriqués avec des ingrédients naturels et écologiques, comme le coton biologique, la pulpe de bois et l’amidon végétal. Cette marque propose une gamme complète de serviettes hygiéniques, de protections quotidiennes et de tampons en coton biologique qui sont également respirants et exempts de tout parfum ou teinture.

Il convient de mentionner, entre autres, qu’il s’agit d’une des lignes de produits d’hygiène intime ayant les meilleures références sur le marché. Ceux qui les ont essayés soulignent que leur utilisation permet d’éviter les démangeaisons, les brûlures et même les crampes menstruelles. Bien que tout cela soit anecdotique, il vaut la peine de leur donner une chance de prouver ces avantages.

L'usage des produits Natracare en coton bio permet de ne pas souffrir de règles douloureuses

2. Ne pas souffrir de règles douloureuses : veiller à utiliser du coton biologique

Dans le prolongement de ce qui précède, il est important de souligner l’importance de l’utilisation du coton biologique. Nous utilisons souvent des produits conventionnels sans jamais savoir de quoi ils sont faits. C’est pourquoi nous ignorons souvent leur lien avec les brûlures vaginales, les irritations et autres désagréments typiques des menstruations.

Outre l’impact environnemental, le type de coton utilisé dans les produits d’hygiène féminine peut compromettre votre bien-être. Sa culture a été classée comme l’une des plus polluantes au monde, car elle utilise plus d’insecticides et de pesticides que toute autre. Au contraire, les produits à base de coton biologique comme ceux de Natracare sont exempts de ces éléments.

Une étude réalisée en 2015 par des chercheurs de la Faculté des sciences exactes de l’Université nationale de La Plata a révélé que 85 % des tampons conventionnels analysés contenaient du glyphosate. Ce produit chimique toxique est présent dans l’herbicide de Monsanto, le Roundup, qui est couramment utilisé sur les cultures de coton conventionnelles dans le monde entier. Il est prouvé que l’exposition à ce produit chimique est liée à des problèmes de reproduction et à des maladies.

A lire également : 5 choses que vous pouvez faire pour prévenir les crampes menstruelles

3. Se tenir à l’écart des produits chimiques agressifs

Le vagin est l’une des zones les plus délicates de tout le corps. Bien qu’il possède un microbiote qui le protège des agents infectieux, il ne dispose pas d’un processus pour décomposer ou éliminer les produits chimiques qui entrent en contact avec lui lorsque nous utilisons certains produits. Dans le cas des articles d’hygiène intime, tels que les serviettes hygiéniques et les tampons, 5 ingrédients toxiques ont été reconnus :

  • Plastique : un élément qui, en plus de polluer, provoque un environnement transpirant qui entraîne de mauvaises odeurs, des irritations et des infections
  • Dioxines : produit chimique résultant du blanchiment du coton au chlore. Son exposition a été liée à des problèmes hormonaux et à des lésions de la reproduction, comme le précise un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)
  • Polymères superabsorbants (SAP) : ce sont des dérivés du pétrole qui peuvent provoquer des irritations et de mauvaises odeurs
  • Pesticides : produits chimiques toxiques souvent utilisés sur les cultures de coton
  • Colorants : leur utilisation est inutile et peut provoquer des altérations du microbiote vaginal, entraînant une irritation et un risque accru d’infection

Alors, comment éviter ces produits chimiques pour avoir des menstruations moins douloureuses et moins gênantes ? Il s’agit simplement de savoir comment choisir. De nos jours, il existe de nombreuses options pour s’occuper de la zone intime les jours de la période. De nombreux gynécologues recommandent les produits Natracare aux femmes qui souffrent d’allergies, d’irritations, de douleurs et de démangeaisons pendant leurs menstruations.

4. Ne pas souffrir de règles douloureuses : améliorer l’alimentation

Passons maintenant à un autre sujet très important, celui de la réduction des douleurs menstruelles, pour lequel il est primordial de procéder à certains ajustements dans l’alimentation. Selon une étude publiée dans la revue médicale Obstetrics and Gynecology, une alimentation riche en légumes et pauvre en graisses peut réduire l’intensité de la dysménorrhée et la durée des symptômes prémenstruels.

 

5. Essayer la thermothérapie contre les règles douloureuses

La thermothérapie est utilisée depuis de nombreuses années comme adjuvant à des menstruations moins douloureuses. Une recherche publiée dans Evidence-Based Nursing a montré que la chaleur appliquée localement était aussi efficace que l’ibuprofène pour les crampes menstruelles. En outre, elle réduit également le gonflement et induit la relaxation.

6. Ne pas souffrir de règles douloureuses : consommer une infusion anti-inflammatoire

Une autre option thérapeutique d’origine naturelle contre les affections de la période est l’infusion anti-inflammatoire. En effet, un article paru dans le Iranian Journal of Pharmaceutical Research a révélé que la phytothérapie est prometteuse pour calmer la dysménorrhée primaire. Parmi les options possibles, citons : la camomille, le gingembre, la cannelle, la menthe poivrée.

A ne pas manquer : 5 boissons chaudes pour soulager les douleurs menstruelles

7. Faire de l’exercice physique régulièrement

L’exercice physique est recommandé tout au long du cycle menstruel. Le sport et d’autres formes d’activité physique favorisent la libération d’endorphines, connues sous le nom d’hormones du bien-être. Grâce à cela, une pratique régulière aide à avoir des menstruations moins douloureuses et, en plus, améliore l’humeur. Consacrez au moins 20 minutes par jour à ce sujet.

8. Ne pas souffrir de règles douloureuses : pratiquer des techniques de relaxation

Prendre du temps pour les loisirs, la méditation, le yoga ou toute forme de relaxation peut aider à soulager de nombreux malaises dus aux règles douloureuses. Non seulement elle a un effet sur votre humeur, mais elle aide aussi à soulager la douleur et l’inconfort dans la zone intime.

Eviter de souffrir de règles douloureuses en faisant du yoga

9. Éviter l’automédication

Il est vrai que de nombreux analgésiques en vente libre peuvent être utiles pour soulager les crampes menstruelles. Il est toutefois déconseillé de dépasser leur consommation et, dans la mesure du possible, de demander à un professionnel (médecin ou pharmacien) quelles sont les doses appropriées. Quant aux autres symptômes tels que l’irritation et les démangeaisons, il n’est pas non plus conseillé d’utiliser n’importe quel produit. Il est nécessaire de connaître leur origine afin de déterminer un traitement adéquat.

10. Ne pas souffrir de règles douloureuses : consulter un gynécologue

Il est normal, dans une certaine mesure, d’avoir des règles douloureuses et inconfortables. Toutefois, si elles se manifestent par des symptômes graves et persistants, il est préférable de consulter un gynécologue. Parfois, les crampes, les irritations, les brûlures et les mauvaises odeurs sont causées par des conditions plus prudentes. Par conséquent, des tests supplémentaires peuvent être nécessaires pour le déterminer.

Pour conclure sur les règles douloureuses

Pour avoir des menstruations moins douloureuses, il vaut la peine de prêter plus d’attention aux produits d’hygiène intime utilisés et d’opter pour des alternatives telles que Natracare, qui assurent une hygiène biologique, écologique et exempte de toute substance irritante ou nocive. Il est également important de revoir votre mode de vie et de consulter régulièrement votre gynécologue.

Gardez cela à l’esprit dès maintenant !

 

  • Nicole W. A question for women’s health: chemicals in feminine hygiene products and personal lubricants. Environ Health Perspect. 2014;122(3):A70–A75. doi:10.1289/ehp.122-A70 
  • Fashemi B, Delaney ML, Onderdonk AB, Fichorova RN. Effects of feminine hygiene products on the vaginal mucosal biome. Microb Ecol Health Dis2013;24:10.3402/mehd.v24i0.19703. Published 2013 Feb 25. doi:10.3402/mehd.v24i0.19703 
  • Barnard, N. D., Scialli, A. R., Hurlock, D., & Bertron, P. (2000). Diet and sex-hormone binding globulin, dysmenorrhea, and premenstrual symptoms. Obstetrics and Gynecologyhttps://doi.org/10.1016/S0029-7844(99)00525-6 
  • Akin, M. D., Weingand, K. W., Hengehold, D. A., Goodale, M. B., Hinkle, R. T., & Smith, R. P. (2001). Continuous low-level topical heat in the treatment of dysmenorrhea. Obstetrics and Gynecologyhttps://doi.org/10.1016/S0029-7844(00)01163-7 
  • Safarzadeh, A., Zare, S., Yousefabadi, S. R., & Ghoreishinia, G. (2016). The relationship between Exercise and premenstrual syndrome. International Journal of Medical Research & Health Sciences. 
  • Jasuja, Veena. (2013). Relaxation Technique and Premenstual Syndrome: A Psychophysiological Study.. IOSR Journal of Dental and Medical Sciences. 8. 17-22. 10.9790/0853-0811722.