6 types d'autorité

Les types d'autorité sont en relation avec les groupes de pouvoir, et ceux-ci varient selon le contexte socioculturel. Nous vous montrons ce qu'ils sont et leurs caractéristiques.
6 types d'autorité

Dernière mise à jour : 26 novembre, 2021

Définir ce qu’est l’autorité n’est pas une tâche facile à entreprendre. D’un point de vue pratique, et de manière très simple, on peut dire que l’ autorité est le pouvoir qui a une certaine approbation sociale d’un groupe par rapport à un autre. La question devient beaucoup plus compliquée lorsque nous essayons d’aborder les types d’autorité.

La définition la plus connue est celle que Max Weber a donnée dans son essai La politique comme vocation (1919). Dans cet ouvrage, l’auteur allemand distingue trois types d’autorité. Cependant, il existe des centaines de contributions que nous trouvons en ce qui concerne ces idées, la plupart provenant de la théorie politique, de la théorie économique et de la sociologie. Aujourd’hui, nous synthétisons 6 types parmi les plus importants.

Combien y a-t-il de types d’autorité ?

Nous ne pouvons comprendre l’autorité que d’un point de vue dialectique. C’est-à-dire comme la confrontation de groupes de pouvoir (un plus grand ou actif et un moins ou soumis). Il est toujours associé au pouvoir, bien que les experts mettent en garde contre la différenciation du pouvoir, de l’autorité et de la légitimité.

L’autorité doit avoir une approbation asociale pour exister (même si cela se fait par imposition, violence ou force). Elle se manifeste dans presque tous les aspects de la vie sociale : dans la famille, dans le pouvoir de l’État, des religions, des entreprises, etc. Voyons 6 types d’autorité qui peuvent servir de guide pour réfléchir à cette idée.

1. Traditionnel

L’autorité traditionnelle est l’un des types d’autorité de Weber distingués dans l’ouvrage cité. Il se caractérise parce que l’autorité (c’est-à-dire la légitimité, le leadership, le pouvoir et d’autres concepts associés) est fondée sur des valeurs ou des coutumes traditionnelles.

Il surgit à travers les coutumes d’il y a des centaines voire des milliers d’années. Suivant les idées de Weber, il existe parce qu’il en a toujours été ainsi. Un exemple d’autorité traditionnelle est la monarchie. Le monarque qui exerce l’autorité le fait en fonction des traditions, coutumes et valeurs qui le précèdent. Son pouvoir ne fait aucun doute car il en a toujours été ainsi.

D’autres exemples que nous pouvons citer sont le patriarcat (dans son sens historique), l’autorité militaire, les chefs tribaux, etc. L’autorité traditionnelle est souvent fondée sur le sexe ou le genre.

2. Charismatique

Parmi les types d'autorité se trouve le charismatique
Les personnes ayant une autorité charismatique ont tendance à construire leur réseau d’influence à partir de zéro, en fonction de leurs compétences sociales.

La deuxième division que propose Weber est celle de l’autorité charismatique. Contrairement au cas précédent, la légitimité de ladite autorité ne repose pas sur des traditions, mais sur le charisme du leader qui assume le rôle de pouvoir. Le terme charisme a été historiquement associé à un don divin, surnaturel ou exceptionnel. C’est pourquoi les charismatiques sont élevés en tant que leaders.

L’autorité charismatique a tendance à entrer en conflit dialectique avec l’autorité à la fois traditionnelle et rationnelle-légale, de sorte qu’elle possède certains dons révolutionnaires (dans le sens d’être provocante). En temps de crise ou de conflit, des leaders de ce type émergent souvent, qui peuvent aussi incarner des idées radicales ou innovantes.

Un exemple d’autorité se trouve dans les nouveaux mouvements religieux et dans l’apparition de prétendus prophètes qui parviennent à rassembler autour d’eux une communauté de fidèles. Bien entendu, ce type d’autorité peut conduire au culte de la personnalité ou au totalitarisme. La démocratie, ou plutôt ses représentants, en sont un autre bon exemple.

La dernière division suggérée par Weber est celle de l’autorité rationnelle-légale. On l’appelle aussi bureaucratique, et c’est celui qui est fondé sur la base d’une norme juridique (le traditionnel et le charismatique ne répondent pas à ce critère). La meilleure façon de comprendre ce genre d’autorité est à travers les États modernes.

Un État est une entité politique organisée autour de lois. Le monopole de la force qu’il exerce en relation dialectique avec d’autres entités politiques le fait grâce à son pouvoir. À son tour, cela se manifeste à travers les différents systèmes d’organisation politique (démocratie, monarchie et autres).

La légitimité de la personne exerçant le pouvoir dans ce cas repose sur un appareil judiciaire. Les membres de cette société, pour suivre l’exemple des États modernes, ont légitimé une telle autorité quand, d’une manière ou d’une autre, ils en approuvent le pouvoir.

4. De l’élite

Laissant de côté la classification des types d’autorité de Max Weber, nous trouvons l’autorité de l’élite. C’est celui qui est exercé par un groupe privilégié de la société en raison de sa richesse, de ses influences ou dans certains cas en raison de ses connaissances.

L’autorité de l’élite est quelque chose que nous expérimentons de première main aujourd’hui. Les dirigeants des grandes entreprises technologiques, des médias sociaux, des organisations internationales et bien plus encore illustrent l’autorité de l’élite. Sa légitimité n’est pas fondée sur la loi, le charisme ou la tradition ; il le fait dans le statut qu’ils ont acquis en tant que groupe privilégié.

5. Basé sur la force

Les types d'autorité comprennent celui de la force
Celui qui prend le pouvoir brutalement et ne tient pas compte du bien-être des personnes sur lesquelles il exerce une influence, peut épouser le profil de l’autorité par la force.

L’autorité fondée sur la force est aussi appelée autorité illégitime, ou du moins elle l’est par rapport à ceux à qui elle s’impose. Cela peut être légitimé du point de vue juridique (l’usage de la force pour ses dissidents peut être cautionné, comme dans les dictatures), mais il est illégitime si l’on considère le degré de pression et de coercition contre ceux qui sont imposés.

Bien entendu, ce type d’autorité peut aussi être considéré comme traditionnel dans certaines sociétés ou à certains moments historiques. Cependant, ce n’est pas une manifestation du passé; puisque des dizaines d’États modernes fondent leur autorité sur l’usage de la force, la répression, la peur et la supériorité du pouvoir.

6. Religieux

Enfin, on ne peut évoquer les types d’autorité sans évoquer l’autorité religieuse. Il est vrai qu’on peut le considérer comme un sous-type du traditionnel, mais il est si bien défini qu’à lui seul il peut être groupé de manière autonome.

L’autorité du groupe au pouvoir se fait par des actes de foi ou des croyances spirituelles. Tous les systèmes d’organisation de croyances ont ce type d’autorité, qui est légitimée par tous les croyants qui se rassemblent autour d’elle. Le niveau d’autorité augmente à mesure que nous approchons des postes les plus élevés, comme c’est le cas avec d’autres types.

Comme vous pouvez le voir, lorsque nous parlons d’autorité, il est très important de définir à quel type d’autorité nous nous référons. Chacun a ses propres caractéristiques, ainsi que des coordonnées spécifiques qui permettent de mieux le comprendre.

Cela pourrait vous intéresser ...
Technopathies dans l’enfance : pourquoi s’inquiéter ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Technopathies dans l’enfance : pourquoi s’inquiéter ?

Les technopathies dans l'enfance surviennent lorsque les styles parentaux sont permissifs et que les parents n'établissent pas de normes.



  • Uphoff, N. (1989). Distinguishing power, authority & legitimacy: Taking Max Weber at his word by using resources-exchange analysis. Polity. 1989; 22(2): 295-322.