8 signes d'abus via WhatsApp

WhatsApp et d'autres applications similaires peuvent être utilisées pour surveiller, harceler ou manipuler le partenaire. Nous vous montrons comment identifier si vous êtes victime de ce type d'abus.
8 signes d'abus via WhatsApp

Dernière mise à jour : 10 janvier, 2022

Internet et les réseaux sociaux sont devenus incontournables dans votre vie et sont donc essentiels dans les relations humaines. Les applications de messagerie en particulier ont transformé la façon dont les gens interagissent. Ainsi, il est important de savoir reconnaître les signes d’abus à temps via WhatsApp et d’autres applications similaires.

On estime que plus de 50 % des jeunes âgés de 18 à 30 ans ont subi une forme de cyberintimidation. Parmi ses manifestations figurent le contrôle, la surveillance et la manipulation exercés à travers ce type de chat.

De tels comportements abusifs peuvent être dirigés contre des personnes avec lesquelles tout type de lien est partagé (comme des amis ou la famille), mais ils sont particulièrement fréquents dans les relations amoureuses.

L’un des principaux problèmes à cet égard est la difficulté d’identifier qui est victime de violence. Beaucoup de ces comportements sont normalisés, minimisés et ignorés, mais leurs répercussions sur la santé mentale de la victime sont indiscutables. Ainsi, nous présentons quelques signes auxquels vous devez être vigilant.

Signes courants d’abus via WhatsApp

8 signes d'abus via WhatsApp
Exiger une réponse immédiate est l’un des signes d’abus les plus courants sur WhatsApp.

Les abus via WhatsApp incluent tous les comportements visant à contrôler, manipuler ou endommager émotionnellement la victime. Comparativement à ce que l’on pourrait penser, ce type d’abus affecte les hommes et les femmes à des taux similaires à l’adolescence.

De cette façon, il est très important que tout le monde soit prévenu. L’abus peut avoir différents visages ; cependant, voici quelques-unes des manifestations les plus courantes.

Exigez des réponses immédiates

La demande de réponses immédiates est l’un des comportements les plus courants. La personne se met en colère si son partenaire ne répond pas immédiatement à ses messages et l’accuse de manque d’intérêt ou de ne pas donner la priorité à la relation.

Il n’est pas entendu (ou n’est pas respecté) que personne ne doit offrir une disponibilité constante et exclusive, qu’il peut y avoir d’autres questions à régler et qu’il est tout à fait légal de ne pas répondre tant que cela n’est pas possible.

Forcer à converser chaque fois que vous êtes en ligne

Chaque fois que la victime entre dans WhatsApp, elle doit entamer une conversation avec son partenaire ; sinon, il s’énerve et commence par des reproches, des soupçons et des manipulations. Il n’est pas permis de discuter avec d’autres personnes sans s’occuper du partenaire, car cela l’interprète comme un manque de respect.

Envoyer son emplacement

La possibilité d’envoyer l’emplacement (à l’heure ou en temps réel) est un excellent outil de contrôle pour ceux qui abusent de WhatsApp. Ainsi, ils forcent leur partenaire à montrer où ils se trouvent à tout moment, peut-être avec l’excuse de s’assurer qu’ils ne mentent pas ou ne commettent pas d’infidélité.

Demander des photos ou des vidéos pour exercer une surveillance

Par rapport à ce qui précède, il est également courant de trouver des personnes qui demandent à leurs partenaires d’envoyer des photos ou des vidéos à des moments précis de la journée. Par exemple, pendant qu’ils sont en classe ou qu’ils mangent avec des amis.

Cette demande a pour but de vérifier qu’il est bien là où il dit être et avec qui il dit qu’il est. Parfois, les compagnons sont même obligés d’apparaître sur les photos ou les vidéos pour calmer les soupçons de l’autre.

En outre, il peut arriver que des preuves graphiques (captures d’écran) de votre interlocuteur via WhatsApp soient demandées. En fin de compte, le but est d’exercer un contrôle sur la vie et les relations de la victime.

Bloquer ou appliquer la loi de la glace

L’abus n’est pas toujours actif et direct ; parfois il adopte une forme passive-agressive qui est aussi nocive ou plus que les précédentes. Par exemple, lorsqu’après une discussion l’une des personnes applique un silence absolu à l’autre ou même le bloque de l’application.

De cette façon, il génère une angoisse énorme en la laissant sans possibilité de s’exprimer, sans explications ni canaux de communication et dans l’incertitude totale. Avec ce type d’attitudes, il est possible de soumettre ceux qui sont de l’autre côté, qui finissent généralement par s’excuser et accepter n’importe quel terme tant que cette “punition” du silence est retirée.

Décidez quelle photo doit être affichée sur le profil

Votre partenaire est-il offensé, en colère ou se plaint-il de vous lorsque votre photo de profil WhatsApp ne vous montre pas tous les deux ? Vous demande-t-il de supprimer ou de modifier certaines images parce qu’il n’aime pas comment ou avec qui vous sortez dessus ?

Ce type de manipulation est très courant et menace la liberté individuelle. Chaque personne est libre de choisir ce qu’elle veut afficher dans son profil et être en couple ne donne pas à l’autre personne le droit de décider à votre place.

8 signes d'abus via WhatsApp
Le contrôle dans WhatsApp est mis en évidence, par exemple, par l’obligation de partager des mots de passe ou des emplacements.

Donnez-vous des mots de passe et des schémas de déverrouillage

C’est l’un des signes d’abus les plus répandus et les plus normalisés via WhatsApp. Surtout, la population plus jeune en vient à considérer que le partage des mots de passe avec le partenaire est nécessaire, obligatoire et un signe de confiance. Si elle n’est pas acceptée, cela peut générer suspicion et méfiance envers l’autre alors qu’en réalité, le respect de la vie privée est une priorité dans un lien de ce type.

Sexting forcé

Enfin, il ne faut pas oublier l’un des comportements abusifs les plus nocifs et dangereux : le sexting forcé. Cela implique de forcer ou de contraindre le partenaire à envoyer des images ou des vidéos avec un contenu explicite ou à participer à des conversations sexuelles sans vraiment le vouloir.

Comment agir face à ces comportements abusifs via WhatsApp ?

Si vous vous êtes vu identifié dans l’un des points précédents, il est important que vous preniez des mesures à cet égard. Tout d’abord, rappelez-vous qu’aucune de ces actions n’est naturelle ou saine dans une relation ; ce sont plutôt des signes d’abus.

Gardez à l’esprit qu’être en couple ne vous oblige pas à perdre votre individualité ou vos droits, que vous pouvez toujours parler avec d’autres personnes, avoir votre temps libre, protéger votre vie privée et ne pas offrir d’explications face à des doutes irrationnels.

Afin de faire face à ces comportements de la part du couple, il est important non seulement de comprendre où sont les limites de l’amour, mais aussi d’avoir une solide estime de soi. C’est cette confiance qui vous permettra de dire « non », de mettre un frein aux comportements intrusifs et contrôlants, et de ne pas céder aux manipulations émotionnelles.

Si vous pensez que vous n’êtes pas assez fort pour le faire ou si vous vous sentez coupable de refuser à votre partenaire ces privilèges, demandez conseil à un professionnel. Le contrôle et les abus peuvent dégénérer et avoir des conséquences importantes sur votre santé psychologique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Procrastination de vengeance à l’heure du coucher : pourquoi est-ce mauvais pour la santé ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Procrastination de vengeance à l’heure du coucher : pourquoi est-ce mauvais pour la santé ?

Découvrez ici ce qu'est la procrastination de vengeance à l’heure du coucher, comment elle se manifeste, quelles sont ses causes et ses conséquence...



  • Reed, L. A., Tolman, R. M., & Ward, L. M. (2017). Gender matters: Experiences and consequences of digital dating abuse victimization in adolescent dating relationships. Journal of adolescence59, 79-89.
  • Borrajo, E., Gámez-Guadix, M., & Calvete, E. (2015). Cyber dating abuse: Prevalence, context, and relationship with offline dating aggression. Psychological reports116(2), 565-585.
  • Díaz, P. (2015). El ciber-acoso entre parejas adolescentes. Departamento de Ciencias de la Comunicación y Trabajo Social. Facultad de Ciencias Políticas, Sociales y de la Comunicación. Universidad de La Laguna.
    [Citado 07 de enero 2021]. Disponible en:
    https://riull.ull.es/xmlui/bitstream/handle/915/884/El%20ciberacoso%20entre%20parejas%20adolescentes.pdf?sequence=1&isAllowed=y